Megaloceros giganteus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Megaloceros ou Megaceros (Megaloceros giganteus)[1],[2], appelé autrefois le « grand cerf des tourbières », a été un des plus grands cervidés de tous les temps. Il ressemblait à un daim de grande taille et ses bois mesuraient jusqu'à 3,50 m d'une extrémité à l'autre. Bien qu'il ait vécu dans toute l'Europe et dans une grande partie de l'Asie pendant un demi-million d'années avant son extinction récente, dans l'usage international il est souvent appelé « élan irlandais » à cause des nombreux exemplaires qui ont été découverts conservés dans les tourbières d'Irlande du Quaternaire. Les derniers restes connus de cette espèce ont été datés par le carbone 14 de l'Holocène inférieur, il y a onze mille ans[3].

Description[modifier | modifier le code]

Ce cerf géant atteignait une hauteur de 1,8 à 2 mètres au garrot[4],[5],[6] dans le cas des mâles, soit presque autant que le plus grand des élans-stag. Il s'agissait d'une espèce avec un fort dimorphisme sexuel, car les femelles étaient bien plus petites et plus graciles que les mâles, outre qu'elles étaient dépourvues de leurs bois impressionnants[7]. On peut trouver une importante collection de squelettes de M. giganteus au Natural History Museum à Dublin.

Traditionnellement, on a qualifié d'exagérée la taille des bois de l'élan irlandais, on y a vu le résultat d'une sélection sexuelle tellement poussée qu'elle a conduit l'espèce à sa disparition. Dans les ouvrages anciens, on voit souvent des illustrations montrant un cerf géant empêtré dans les broussailles et les arbres avec ses propres bois, devenant une proie facile pour un lion des cavernes ou un groupe d'hommes primitifs. En réalité, de telles représentations n'ont aucun sens, les cerfs géants vivant ont survécu à trois glaciations et vivaient surtout dans les toundras et les steppes ouvertes ou dans les réseaux de prairies et clairières entretenus par les nombreux troupeaux de mammouths, bisons, élans, rennes et autres aurochs et cervidés, et non dans les forêts fermées comme les cerfs européens et les daims aujourd'hui. Le cerf géant ne s'est pas éteint par la faute de ses bois que d'ailleurs il ne portait qu'en automne et en hiver, à l'époque du rut. Chez les cervidés, les bois du mâle croissent en proportion du reste du corps. Petits chez le chevreuil ou le poudou, ils sont moyens chez le cerf et le daim et grands chez l'élan ; une fois qu'on a pu déterminer la relation corps/ramure, on peut calculer si vraiment il y a disproportion par rapport à l'animal, et les études des paléontologues comme Stephen Jay Gould, concluent que le Megaloceros avait les bois qui correspondaient à sa taille[8],[9].

Des espèces insulaires naines comme Megaceros algarensis de Sardaigne, Megaceros cretensis de Crète ou Megaloceros cazioti de Corse ont des bois beaucoup plus petits et de proportions, tant en taille brute qu'en relation avec le reste du corps, plus semblables à celles des cervidés de leur taille qu'à celles de leur gigantesque cousin.

Les représentations de l'art pariétal paléolithique permettent de constater des variations dans la coloration et la longueur des poils selon l'époque de l'année. Il semble qu'en été, les poils étaient plus courts et de couleur brune, rougeâtre ou fauve ; en hiver, avec la ramure pleinement développée, ils devenaient brun foncé sur le cou, les pattes et l'échine, tandis que la tête, le poitrail et le ventre étaient blancs ou jaunâtres. Sur les épaules s'étendait une zone plus foncée qui dessinait deux lignes latérales vers le cou, lignes qui se croisaient en formant un « collier » foncé au milieu du cou, et deux autres vers les flancs. On ignore dans quelle proportion la chasse a pu contribuer à sa disparition, mais cet animal a été consommé par les hommes préhistoriques.

Comportement[modifier | modifier le code]

Les cerfs géants se nourrissaient grâce à l'herbe et aux jeunes pousses d'arbre qui abondaient dans les grandes plaines froides qui couvraient l'Eurasie pendant une grande partie du Pléistocène. Il est probable que dans les périodes les plus froides de l'hiver, ils se retiraient légèrement vers les zones les plus méridionales de leur habitat. Comme prédateurs habituels les individus adultes n'avaient à redouter que le lion des cavernes, l'homme de Néandertal et Homo sapiens. Les individus jeunes ou affaiblis pouvaient aussi être victimes des loups, des hyènes et des ours.

Comme le suggère leur fort dimorphisme sexuel, les cerfs géants étaient polygames. Tout comme d'autres cervidés, il est probable que les mâles se constituaient un harem de femelles à l'époque du rut après avoir combattu front contre front avec leurs rivaux masculins ; à la fin de l'hiver ces groupes se séparaient, la femelle restant seule à s'occuper de son unique petit.

De nombreux squelettes de jeunes mâles indiquent que les mâles cessaient de manger à l'époque du rut et se consacraient exclusivement à la lutte et à la reproduction, comme le font les cerfs européens actuels. Il en résultait de nombreuses morts parmi les mâles à cette époque, spécialement dans le cas des individus jeunes qui succombaient facilement devant la force plus grande des plus âgés et mouraient ensuite complètement épuisés sans avoir pu se reproduire. En outre, les besoins en calcium et en phosphate pour la formation des bois prédisposaient les mâles à l'ostéoporose ; ainsi la mortalité, déjà élevée, s'accroissait pendant les mauvaises années. Les changements de flore aux périodes chaudes privaient l'espèce des minéraux nécessaires dans plusieurs zones où la population se réduisait ou arrivait à disparaître.

Évolution au cours des temps[modifier | modifier le code]

Reconstitution d'un Megaloceros giganteus au Musée national de Préhistoire

Tout comme les autres mégacerinés, l'élan irlandais a ses origines dans les steppes asiatiques. On trouve l'espèce pour la première fois en Asie centrale et en Europe de l'Est il y a presque un demi-million d'années. Comme il était adapté à un climat froid et sec et à des espaces ouverts, le cerf géant étendait son domaine en Europe pendant les périodes froides ; quand la glaciation s'accentuait, il se réfugiait dans sa zone d'origine où il faisait plus chaud. À l'époque de leur plus grande extension, les cerfs géants sont arrivés jusqu'en Irlande et dans la Péninsule ibérique, mais jamais ils n'ont atteint l'Amérique, comme l'ont fait au contraire d'autres animaux comme le bison des steppes et le mammouth.

Avec la fin des glaciations, alors que les populations humaines s'étendaient vers le nord et l'ouest, l'espèce a rapidement diminué. En principe, on place son extinction à environ – 10 600 ans, avec celle de la plus grande partie de la mégafaune mondiale, mais en 2000 on a découvert dans l'Île de Man et dans le Sud de l'Écosse des restes qui dataient d'environ –7 500 avant notre ère. Apparemment, une petite population avait suivi les glaces dans leur retrait vers le Nord et s'était retrouvée isolée là, où elle s'est éteinte, probablement victime de l'arrivée par le sud des chasseurs humains. En 2004 a eu lieu une découverte encore plus sensationnelle : à des milliers de kilomètres de là, aux pieds des montagnes de l'Oural, en Russie, on a trouvé des restes plus récents qui montraient l'existence des cerfs géants en Sibérie occidentale jusqu'aux environs de – 5 000. Leur extinction coïncide avec une série de modifications dans leur environnement induite par des paysans du Néolithique en Russie, mais il est possible que ces géants aient également encore souffert de la chasse. Le cerf irlandais, après avoir survécu à trois ères glaciaires, s'est éteint.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geist, Valerius (1998) - « Megaloceros: The Ice Age Giant and Its Living Relatives », In: Deer of the World. Stackpole Books. ISBN 0-8117-0496-3
  2. Lister, A.M. (1987) - « Megaceros or Megaloceros? The nomenclature of the giant deer », Quaternary Newsletter 52: 14-16
  3. Stuart, A.J.; Kosintsev, P.A.; Higham, T.F.G. & Lister, A.M. (2004) - « Pleistocene to Holocene extinction dynamics in giant deer and woolly mammoth », Nature 431(7009): 684-689. PMID 15470427 DOI:10.1038/nature02890 PDF fulltext Supplementary information. Erratum in Nature 434(7031): 413, DOI:10.1038/nature03413
  4. A. M. Lister, « The phylogenetic position of the ‘giant deer’ Megaloceros giganteus », Nature, vol. 438, no 7069,‎ 2005, p. 850–853 (lire en ligne)
  5. A. M. Lister, « The evolution of the giant deer, Megaloceros giganteus (Blumenbach) », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 112, no 1-2,‎ 1994, p. 65–100 (lire en ligne)
  6. Kim AAris-Sørensen, « Late Pleistocene remains of giant deer (Megaloceros giganteus Blumenbach) in Scandinavia: chronology and environment », Boreas, vol. 33, no 1,‎ 2004, p. 61–73 (lire en ligne)
  7. http://www.motherearthnews.com/Nature-Community/1989-03-01/Of-Moose-Megaloceros-and-Miracles.aspx
  8. (en) S.J. Gould, « The Origin and Function of 'Bizarre' Structures: Antler Size and Skull Size in the 'Irish Elk,' Megaloceros giganteus », Evolution, vol. 28,‎ juin 1974, p. 191-220 (DOI 10.2307/2407322, lire en ligne [PDF]).
  9. Gould, S.J. (1997). « L'élan d'Irlande mal nommé, mal traité, mal compris », In Darwin et les grandes énigmes de la vie, Éditions du Seuil, p. 81-93.

Sur les autres projets Wikimedia :