Medical Act de 1858

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Medical Act de 1858 est une ancienne Loi du Parlement du Royaume-Uni par laquelle fut créé le General Medical Council afin de réglementer la profession médicale au Royaume-Uni. Décrivant les missions de cet organisme, la loi précisait qu'« il était opportun que les personnes nécessitant une aide médicale soient capables de distinguer les praticiens qualifiés des non qualifiés »[1].

La loi créait le poste (toujours existant) d'officier d'enregistrement (Registrar) du General Medical Council dont le rôle était de maintenir à jour et de rendre accessible au public les registres de ceux qui étaient autorisés à exercer la médecine. Elle stipulait que sous le régime des Poor Laws (« Lois sur les Pauvres »), le conseil de surveillance (Board of Guardians) ne pouvait employer que les personnes qualifiées en médecine et en chirurgie comme Médecins assermentés de la Loi sur les Pauvres[2].

En vertu d'une clause reconnaissant les médecins titulaires de diplômes étrangers exerçant en Grande-Bretagne, Elizabeth Blackwell (qui avait obtenu son diplôme aux États-Unis en 1849) fut la première femme médecin du Royaume-Uni à être inscrite au registre médical (1er janvier 1859)[3].

Cette loi est aujourd'hui quasiment abrogée[4] et a été remplacée par le Medical Act de 1983[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) (en) Royaume-Uni. [Medical Act 1858] [lire en ligne (page consultée le 14 février 2011)]
  2. (en) « The Poor Law » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 2007. Mis en ligne le 15 février 2011
  3. (en) M. A. Elston, « Blackwell, Elizabeth (1821–1910) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ 2004 (consulté le 15 février 2011)
  4. (en) (en) Royaume-Uni. [Medical Act 1858] [lire en ligne (page consultée le 14 février 2011)]
  5. (en) « UK primary legislation- Medical Act 1983 », General Medical Council,‎ 2011

Sources[modifier | modifier le code]