McDonaldisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

« McDonaldisation » est un terme employé par le sociologue américain George Ritzer dans son livre The McDonaldization of Society (1991) pour désigner la prise d'une société des caractéristiques d'un restaurant rapide. En effet, on observe un glissement du traditionnel vers des modes dits raisonnables de pensée et de gestion scientifique. Là où Max Weber avait fait référence au modèle de bureaucratie pour représenter l'orientation de cette société changeante, Ritzer voit la restauration rapide comme devenu le paradigme de représentation contemporaine.

Alternativement, la « McDonaldisation » peut se rapporter au remplacement des restaurants traditionnels par des restaurants McDonald's.

Composants et processus[modifier | modifier le code]

Ritzer détermine cinq composants principaux de la « McDonaldisation » :

  1. Efficience : trouver la méthode optimale pour accomplir une tâche (organisation scientifique du travail) ;
  2. Quantification : l'objectif doit être quantifiable (par exemple en termes de chiffre d'affaires) plutôt que subjectif ;
  3. Prédictibilité : des services normalisés, où que le client se rende il recevra le même service ;
  4. Contrôle : des employés « normalisés », et remplacement des employés par des technologies non-humaines ;
  5. Culture : dans le processus de standardisation, une hybridation culturelle se produit. Quand McDonald's s'installe dans un nouveau pays, les habitudes des consommateurs sont standardisées et, commençant par la chaine alimentaire, les cultures locales sont occidentalisées.

Avec ces cinq processus, une stratégie apparemment raisonnable selon un point de vue peut mener à des résultats nocifs ou irrationnels. Ainsi, le processus de McDonaldisation peut être récapitulé comme suit : « Les principes du restaurant rapide parviennent à dominer de plus en plus de secteurs de la société américaine aussi bien que du reste du monde. »[1]

Dans des publications suivantes, Ritzer a conceptualisé un processus culturel qu'il a nommé « De-McDonaldization » comme réaction à la McDonaldisation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Puisais, Et si nous refusions la MacDonaldization du goût ?, éditions Délicéo, 2010 (ISBN 2-914635-33-8)
  • (en) George Ritzer, The McDonaldization of Society (ISBN 0-7619-8812-2)
  • (en) George Ritzer, McDonaldization: The Reader (ISBN 0-7619-8767-3)
  • (en) George Ritzer, The McDonaldization Thesis: Explorations and Extensions (ISBN 0-7619-5540-2)
  • (en) Matthew B. Robinson, McDonaldization of America's Police, Courts, and Corrections
  • (en) Bryan Turner, McCitizens
  • (en) Resisting McDonaldization, Ed. Barry Smart
  • (en) James L. Watson, Golden Arches East: McDonald's in East Asia
  • (en) Sociology of Consumption: Fast Food, Credit Cards and Casinos, Ed. George Ritzer
  • (en) The McDonaldization of Higher Education, Ed. Dennis Hayes & Robert Wynyard
  • (en) Eric Schlosser, Fast Food Nation, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The principles of the fast-food restaurant are coming to dominate more and more sectors of American society as well as of the rest of the world. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]