Mazurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

53° 52′ 02″ N 20° 42′ 10″ E / 53.86711, 20.70279 ()

La Mazurie (en polonais : Mazury ; en allemand : Masuren) est une région au nord-est de la Pologne actuelle et qui s'étend jusqu'à l'extrème sud de l'enclave russe de Oblast de Kaliningrad.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lac en Mazurie
Varmie-Mazurie

Au sud de la Mazurie s'étend la région historique de Podlachie à partir du canal d'Augustow et du Parc national de la Biebrza. A l'est la Mazurie s'étend jusqu'à la Vistule. La Mazurie est notamment connue pour avoir de très nombreux lacs (près de 3000). Ceux-ci sont reliés entre eux par une multitude de canaux et de rivières. Le plus grand de ces lacs est le lac Śniardwy Cette présence de lacs est due à la dernière glaciation du quaternaire qui a créé un modelé morainique. La qualité de l'environnement naturel attire les touristes pour des activités sportives liées à la voile et au kayak.

La région administrative qui comprend la Mazurie est la Voïvodie de Varmie-Mazurie. La ville d'Olsztyn (173,000) est la plus peuplée de la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

Prussiens[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prussiens.
Les tribus baltes et les clans prussiens à la veille de la croisade teutonique au début du XIIIe siècle.

Aux XIe / XIIIe siècles, le territoire est habité par les Borusses également appelés Prussiens baltes, une population ayant habité la Prusse dans les terres de Pomésanie, Pogésanie, Galindie, Bartie et Sudovie, et dans les terres de la côte sud-est région de la mer Baltique autour de la lagune de la Vistule et de la lagune de Courlande. Ils parlaient une langue maintenant connue comme le vieux-prussien et suivaient une mythologie païenne. Bien qu'ils portassent le nom d'une entité politique allemande du XIXe siècle, ils ne sont pas des « Germains ». Ils ont été convertis au catholicisme dans la fin du XIIIe et le XIVe siècle, après la conquête par les chevaliers de l'Ordre teutonique, puis au protestantisme dans le début du XVIe siècle.

On estime que près de 220 000 Vieux-prussiens vécurent dans ce territoire en 1200. La naturalité était leur barrière naturelle contre les attaques des éventuelles envahisseurs. Pendant les croisades du Nord du début du XIIIe siècle, les Vieux-prussiens utilisent |cette forêt épaisse comme une ligne de défense. Ils le font à nouveau contre les chevaliers de l'Ordre teutonique invités par la Pologne par Conrad Ier de Mazovie en 1226. Le but de l'ordre est de convertir la population indigène au christianisme et baptisé par la force si nécessaire. Dans la suite de la conquête qui a duré plus de 50 ans, la population d'origine a été presque exterminé notamment pendant la grande rébellion prussienne de 1261-83. Durant les années 1278-1283 l'éradication de la culture locale était totale, même si des subsides ont survécu dans la forêt pendant les décennies à venir.

Après l'acquisition de la région par l'Ordre, les Polonais commence à s'installer dans la partie sud-est de la région conquise. Les colons allemands, français, flamand, danois, néerlandais et norvégien investissent la zone peu après. Le nombre de colons polonais augmente considérablement à nouveau au début du XVe siècle, en particulier après le premier et le second traités de Thorn, respectivement en 1411 et 1466, après la guerre de Treize Ans et la défaite finale de l'Ordre. Plus tard, l'assimilation des colons allemands, ainsi que les immigrés polonais et tous les autres créé la nouvelle identité allemande. Le grand maître devient un vassal de la couronne polonaise, obligé d'accueillir des membres ethniquement polonais au sein de la congrégation.

Prusse ducale[modifier | modifier le code]

Après le deuxième Traité de Thorn en 1466, l'Ordre teutonique passe sous la suzeraineté de la couronne polonaise.

La conversion d'Albert de Brandebourg au luthéranisme en 1525 s'applique à toute la Prusse ducale. La langue polonaise y prédomine en raison des nombreux colons de Mazovie. Bien qu'une grande partie de la campagne soit peuplée de locuteurs polonais, les villes ont une population mêlée d'Allemands et de Polonais. Le vieux-prussien survit dans certaines parties de la campagne jusqu'au début du XVIIIe siècle. Les zones ayant de nombreux locuteurs de langue maternelle polonaise étaient connus comme les districts polonais.

En 1656, pendant la bataille de Prostki, les forces de la République des Deux Nations vainc l'armée suédoise et l'armée Brandebourg capture le prince Bogusław Radziwiłł. Les 2 000 tatars qui ont combattu au côté des polonais - avant leur retour en Crimée - démoli bon nombre de villages et causé la mort de plus de 50 % de la population du sud de la région de Prusse (plus tard la Mazurie) dans les années 1656-1657, en prenant 3 400 personnes en l'esclavage. De 1708 à 1711, environ 50 % des habitants des villages nouvellement reconstruits sont morts de la peste noire. Les pertes de population ont été en partie compensée par la migration des colons protestants ou des réfugiés venus d'Écosse, de Salzbourg (expulsion des protestants 1731), de France (réfugiés huguenots après l'édit de Fontainebleau en 1685), et surtout de la Pologne-Lituanie, y compris les frères polonais expulsés de la Pologne en 1657. Le dernier groupe de réfugiés d'immigrer au Mazurie sont les vieux-croyants russes en 1830, lorsque le roi Frédéric-Guillaume III de Prusse accorde l'asile.

église jésuite 1619 à Swieta Lipka

Royaume de Prusse[modifier | modifier le code]

Après la mort d'Albert Frédéric de Prusse en 1618, son fils adoptif Jean III Sigismond de Brandebourg, hérite du duché, y compris la région des lacs (plus tard Mazurie), en combinant les deux territoires sous une dynastie unique et forme le Brandebourg-Prusse. Le traité de Wehlau révoque la souveraineté nominale du roi de Pologne en 1657. La région devient une partie du royaume de Prusse, avec le couronnement du roi Frédéric Ier de Prusse en 1701. La région des lacs (Mazurie) fait partie de la nouvelle province administrative de la Prusse orientale lors de sa création en 1773. Le nom « Mazurie » commence à être utilisé officiellement après de nouvelles réformes administratives dans le Royaume après 1818. Pendant cette période, les Mazuriens s'appellent entre-eux des « Prussiens polonais » ou « Staroprusaki » (Vieux prussiens). Les Mazuriens montrent un soutien considérable pour l'insurrection de la Pologne en 1831, et a maintenu de nombreux contacts avec la Russie et les zones tenues par la Pologne au-delà de la frontière de la Prusse, les zones étant reliées par une culture et une langue commune ; devant le peuple soulèvement de foires des pays les uns des autres et du commerce bien pris place, avec la contrebande également très répandue. Certains auteurs écrivent sur les Mazuriens - comme Max Toeppen - et postulent en tant que médiateurs entre les cultures germanique et slave. La politique de germanisation en Mazurie inclut diverses stratégies. D'abord et avant tout, figurent les tentatives de propager la langue allemande et d'éradiquer, autant que possible,la langue polonaise. L'allemand est devenu la langue obligatoire dans les écoles en 1834.

Dans un plébiscite en 1920 en Mazurie 99,32% décidé pour rester avec la Prusse orientale et donc en Allemagne[1].

Période d'après-guerre[modifier | modifier le code]

La région allemande fut annexée par la Pologne en 1945 sous le nom de voïvodie de Varmie-Mazurie et sa population expulsée.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :