Mazières-en-Gâtine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mazières (homonymie).
Mazières-en-Gâtine
Blason de Mazières-en-Gâtine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Arrondissement de Parthenay
Canton Canton de Mazières-en-Gâtine
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Sud-Gâtine
Maire
Mandat
Alain Clairand
2014-2020
Code postal 79310
Code commune 79172
Démographie
Gentilé Maziérois, Maziéroises
Population
municipale
999 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 32′ 00″ N 0° 19′ 20″ O / 46.5333333333, -0.32222222222246° 32′ 00″ Nord 0° 19′ 20″ Ouest / 46.5333333333, -0.322222222222  
Altitude Min. 107 m – Max. 226 m
Superficie 19,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Mazières-en-Gâtine

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Mazières-en-Gâtine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mazières-en-Gâtine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mazières-en-Gâtine

Mazières-en-Gâtine est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Poitou-Charentes.

Ses habitants sont appelés Mazièrois et Mazièroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique de la Gâtine vendéenne[modifier | modifier le code]

La Gâtine vendéenne est une région de vallons granitiques et de bocage située sur les contreforts sud-est du Massif armoricain. Elle correspond approximativement à l'arrondissement de Parthenay. Le mot gâtine signifie « terre gâtée », c'est-à-dire « mauvaise terre ».

La Gâtine est le véritable réservoir d'eau de la région Poitou-Charentes : malgré des épisodes récents de sécheresse, le climat océanique apporte environ 1000 mm de précipitations annuelles). L'Autize, affluent de la Sèvre Niortaise prend sa source sur la commune de Mazières.

Situation de Mazières[modifier | modifier le code]

Chef lieu de canton, Mazières-en-Gâtine est situé à l'extrême sud de la Gâtine, aux portes de la Plaine (pays de Niort et de Saint-Maixent-l'École), à 25 km au nord de Niort, 15 km au sud de Parthenay, 30 km du Marais Poitevin, 67 km de Poitiers et 95 km de La Rochelle.

Selon le classement établi par l’INSEE en 1999[1], Mazières-en-Gâtine est une commune rurale non polarisée, qui ne fait donc partie d’aucune aire urbaine ni d’aucun espace urbain.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Mazières-en-Gâtine se trouve sur l'axe routier Calais-Bayonne, qui a aujourd'hui perdu beaucoup de son importance du fait de l'expansion du réseau autoroutier national et régional. La commune est située à 13 km de l'échangeur "Niort Nord" de l'autoroute A83 (Nantes-Niort), qui se raccorde un peu plus loin à l'autoroute A10 (Bordeaux-Niort-Paris).

Depuis 2004-2005, le désenclavement routier, la pression démographique de l'agglomération de Niort et un cadre de vie préservé permettent à la commune de retrouver un certain dynamisme économique et démographique (installation de PME, création de lotissements communaux et privés, réhabilitation des maisons du centre bourg, maintien / agrandissement de commerces de proximité, création d'une zone d'activités à proximité de la nouvelle rocade inaugurée le 25 octobre 2008[2], et mise en service le 27 octobre 2008).

Il existe par ailleurs un projet de réouverture de la ligne de chemin de fer Niort-Parthenay-Bressuire, avec réouverture de la gare de Mazières-en-Gâtine[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Boissière-en-Gâtine Saint-Pardoux Vouhé Rose des vents
Saint-Marc-la-Lande N Verruyes
O    Mazières-en-Gâtine    E
S
Champdeniers-Saint-Denis Saint-Christophe-sur-Roc La Chapelle-Bâton

Histoire[modifier | modifier le code]

Mazières-en-Gâtine a pour origine un ancien village gaulois, puis gallo-romain ravagé durant les invasions barbares. Au Moyen Âge, les seigneurs de Mazières étaient les vassaux des seigneurs de Verruyes, qui eux-mêmes dépendaient des seigneurs de Parthenay (Parthenay L'Archevêque). À la Renaissance, la seigneurie de Mazières-en-Gâtine dépendait des comtes de Breuillac. Ces derniers y édifièrent le château du Petit-Chêne. La commune, en limite sud de la Vendée militaire, fut en partie incendiée durant les guerres de Vendée.

Longtemps très isolée, surpeuplée et pauvre (la terre est couverte d'ajoncs et de bruyères rendant impossible son exploitation), la commune n'a commencé son essor économique et social qu'au cours de la seconde moitié du XIXe siècle grâce à la création de routes la reliant aux villes de Parthenay, Saint-Maixent et Niort. Jusqu'alors seuls des chemins mal entretenus reliaient la région au monde extérieur.

À la fin du XIXe siècle le désenclavement de la commune s'est poursuivi avec la ligne de chemin de fer Paris-Bordeaux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au sautoir bretessé de gueules chargé d'une losange de sable et cantonné de quatre coquilles de même.
Commentaires : Armoiries de Mazières-en-Gâtine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  mars 2001 Jean Cantet SE Fonctionnaire des PTT
mars 2001 réélue en 2008[4] Nicole Fortune SE Infirmière libérale

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Mazières-en-Gâtine, cela correspond à 2004, 2009, 2014[5], etc. Les autres dates de « recensements » (comme 2006, etc.) sont des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
584 605 681 711 782 826 835 922 992
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
930 957 952 987 1 044 1 941 1 188 1 172 1 146
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 166 1 157 1 167 1 033 1 075 1 018 1 032 912 1 004
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
935 902 894 948 874 874 914 972 970
2011 - - - - - - - -
999 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Restes d'une voie romaine "Chemin des Chaussée", partant de Périgueux et de Limoges pour rejoindre Nantes (plein Nord-Ouest) en traversant la Gâtine. Cette voie fut créée au IIIe siècle sous l’empereur Tetricus. Aujourd'hui cette ancienne voie romaine est essentiellement la D2, route entre la gare et l’intersection de l’ancien et du nouveau tracé (3 voies) de la D743. Elle se termine quelque 200 mètres plus loin, entre la Lière à droite et la Gerberie à gauche et se prolonge en chemin de terre jusqu’à la commune de Saint-Pardoux (Deux-Sèvres). Elle suit la ligne des crêtes qui constitue la ligne de séparation de deux bassins versants : celui de la Loire au nord, celui de la Sèvre Niortaise et de la Charente au sud. Selon la tradition locale, cette ligne de crête constituerait un barrage aux orages qui ne la franchiraient que rarement. Pendant des siècles, les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle l’empruntèrent.

Petit patrimoine architectural : lavoir (rue de la Fontaine), un des derniers béliers hydrauliques encore en état de fonctionnement (modèle Bollée installé en 1877 dans le parc du Château de la Ménardière), château du Petit Chêne (transformé à la fin du XIXe siècle en style Louis XIII) et son belvédère récemment rénovés.

Golf du Petit Chêne : parcours de golf (18 trous par 72 – 6021 m + 6 trous Pitch & Putt par 18 – 400 m) et practice de 30 postes (dont 12 couverts). Entourant le château du Petit Chêne, le terrain de golf est situé à 3 km du village en direction de Niort.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune reste essentiellement tournée vers la terre (élevage, lait, arboriculture…), toutefois le village abrite un certain nombre d'activités industrielles, artisanales et commerciales. Le tourisme vert tend également à se développer.

À la sortie sud du village se trouve une importante carrière exploitant principalement de la diorite utilisée pour l'empierrement et l'entretien des routes et voies de chemins de fer. Cette carrière extrait chaque année 150 000 tonnes de pierres en moyenne. Cette entreprise qui fait partie d'Eurovia (Groupe Vinci) est le principal employeur de la commune.

La commune abrite également quelques PME liées au transport de marchandises, liées à l'agriculture (fabrication d'alimentation animale, matériel pour l'élevage), une société de chaudronnerie industrielle, une société de serrurerie / métallerie, deux imprimeries, une PME d'aménagement de magasins, ainsi qu'un centre régional de gestion Manpower. La commune abrite également le siège social du réseau de "Nettoie Chantier" premier réseau français d'agences de nettoyage écologique des chantiers de construction et de rénovation.

Des entreprises artisanales (maçonnerie, électricité, menuiserie, espaces verts...) sont également présentes.

Quelques commerces se sont maintenus et se développent : une supérette multi services (boucherie, tabac, presse, pressing, Loto-PMU...), une boulangerie-patisserie, un magasin de produits alimentaires locaux, des restaurants et bars, un pro-shop au golf du Petit-Chêne.

D'autres services sont également présents : auto-école, chambres d'hôtes, pompes funèbres, salons de coiffure, agent d'assurances, taxis, plusieurs médecins (généralistes et podologue, kinésithérapeute), dentistes et infirmiers, pharmacie, stations services et garages (concessionnaires automobiles), banque, auxquelles il convient d'ajouter la Poste (un nouveau bureau de poste vient d'ouvrir) et une perception.

La commune en tant que chef-lieu de canton abrite également une gendarmerie, un centre de secours, un collège, un centre médico-social, une bibliothèque et une école de musique.

À noter que le tissu associatif est particulièrement développé et varié.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune a un projet de jumelage avec Lesna Podlaska (Drapeau de la Pologne Pologne) qui devrait voir le jour officiellement en 2013. Le canton de Mazières-en-Gâtine est jumelé avec Janow Podlaski (Drapeau de la Pologne Pologne) depuis 1997 et Agou-Yiboe (Drapeau du Togo Togo).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Page INSEE [1] ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  2. [2]
  3. Article sur lepetiteconomiste.com
  4. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 11 avril 2012)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011