Maya Pedersen-Bieri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pedersen.
Maya Pedersen-Bieri Skeleton pictogram.svg
Maya Pedersen.jpg
Contexte général
Sport Skeleton
Période active 1995 à 2010
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Suisse Suisse
Naissance 27 novembre 1972 (42 ans)
Lieu de naissance Spiez, Suisse
Taille 162 cm
Poids de forme 52 kg
Entraîneur Snorre Pedersen
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 1 0 0
Championnats du monde 2 2 1
Coupe du monde (globes) 1 4 2
* Dernière mise à jour : 13 mars 2014

Maya Pedersen-Bieri, née le 27 novembre 1972, est une skeletoneuse suisse. Elle a obtenu la médaille d'or aux Jeux olympiques de Turin le 16 février 2006. Elle a également remporté deux fois les Championnats du monde de skeleton et une fois le classement général de la Coupe du monde de skeleton en 1998 (appelée Coupe de la FIBT à cette époque).

Biographie[modifier | modifier le code]

Maya Pedersen-Bieri est née le 27 novembre 1972 à Spiez, dans le canton de Berne, en Suisse. Elle a commencé à pratiquer le skeleton à partir de 1994, après avoir essayé ce sport sur piste de Innsbruck, en Autriche[1]. Elle est entrée dans l'équipe de Suisse de skeleton en 1995. Son gabarit de 162 centimètres pour 52 kilos a fait d'elle une des plus petites skeletoneuses du circuit. À cette époque, le skeleton féminin était très peu représenté. Il n'y avait pas encore de Chapionnat du monde, ni de Coupe du monde féminine. La coupe de la FIBT a fait son apparition lors de la saison 1997-1998 et a été le précurseur de la Coupe du monde. Maya Pedersen-Bieri a remporté cette première édition de la Coupe de la FIBT, qui est devenue l'année suivante la Coupe du monde féminine[1]. Elle a terminé ensuite en Coupe du monde à la deuxième place en 1999, puis à la deuxième place en 2000.

Le Championnat du monde féminin est apparu lors de la saison 1999-2000. Maya Pedersen-Bieri participe à compétition l'année suivante. Elle remporte la médaille d'or sur la piste de Calgary, au Canada, en devançant la britannique Alex Coomber[2]. Elle a également terminé à la troisième de la coupe du monde à la fin de la saison[1].

Les succès de la skeletoneuse sont restés toutefois inaperçus par le public. Le skeleton a été très peu médiatisé à cette époque. Mais en 2002, ce sport a fait son retour aux Jeux olympiques d'hiver, 54 ans après sa dernière apparition aux Jeux olympiques d'hiver de 1948. Aux Jeux de Salt Lake City, Maya Pedersen-Bieri a participé à l'épreuve féminine et a terminé à la 5e position[2]. Elle a terminé également à la deuxième au classement de la coupe du monde.

Elle a décidé de prendre une pause sportive lors de la saison 2003-2004 où elle a accouché de son premier enfant[3]. Par la suite, elle a pris part au championnat d'Europe où elle a obtenu une 4e place en 2004 et une 2e place en 2005. Elle a remporté la médaille d'or au championnats du monde de skeleton en 2005, devenant ainsi la première double championne du monde dans sa discipline[2].

En 2006, elle est qualifiée pour les Jeux olympiques d'hiver de 2006, à Turin. La skeletoneuse suisse fait partie des favorites, malgré quelle ait été le plus petit gabarit de la compétition[4]. Elle a remporté la médaille d'or en terminant devant la Britannique Shelley Rudman et la Canadienne Mellisa Hollingsworth. Elle devient la première athlète suisse à remporter l'or en skeleton, hommes et femmes confondus[5]. La même année, elle a terminé deuxième du classement de la coupe du monde et a remporté le championnat d'Europe sur la piste de St-Moritz, en Suisse[6].

En 2007, elle a remporté la médaille d'argent en individuelle et la médaille de bronze de la compétition par équipes des Championnats du monde. Elle a aussi obtenu une seconde place au championnat d'Europe[3]. En 2008, elle a pris une pause sportive avec la venue au monde de son second enfant[1]. Elle a repris la compétition en 2009, mais les résultats n'ont pas suivi les même réussites des années précédentes. Elle a tout de même remporté la médaille de bronze au Championnat d'Europe et l'argent à la compétition par équipes des Championnats du monde.

Maya Pedersen-Bieri s'est qualifiée pour les Jeux olympiques d'hiver de 2010, à Vancouver. Elle a annoncé qu'elle mettra un terme à sa carrière après l'épreuve olympique[7]. Contrairement aux Jeux de 2006, la skeletoneuse n'a pas figuré parmi les favorites. Elle a terminé à la 9e place de la compétition, la dernière de sa carrière[8].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Championnats du monde de skeleton.

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Championnats d'Europe de skeleton.
  • 2005 : Argent Médaille d'argent.
  • 2006 : Or Médaille d'or.
  • 2007 : Argent Médaille d'argent.
  • 2009 : Bronze Médaille de bronze.

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coupe du monde de skeleton.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (de)[PDF] « Olympia Siegerin: Maya Pedersen », www.maya-pedersen.ch,‎ 20 mars 2006 (consulté le 13 mars 2014)
  2. a, b et c « Maya Pederseon, une maman en or », Le Temps,‎ 17 février 2006 (consulté le 14 mars 2014)
  3. a et b (de)« Resultate. Skeleton Erfolge seit 1980 », www.maya-pedersen.ch (consulté le 14 mars 2014)
  4. Frédéric Vassaux, « Les plus grands champions olympiques suisses de tous les temps », L'Illustré,‎ 12 septembre 2012 (consulté le 14 mars 2014)
  5. (de) « Erstes Olympia-Gold an die Schweiz », Neue Zürcher Zeitung,‎ 17 février 2006 (consulté le 14 mars 2014)
  6. « Skeleton : les Suissesses Maya Pedersen-Bieri et Tanja Morel médaillées d’or et de bronze aux CE », Swiss Olympic,‎ 24 janvier 2006 (consulté le 14 mars 2014)
  7. « Les adieux de Maya Pedersen en skeleton », Radio Télévision Suisse,‎ 20 février 2010 (consulté le 14 mars 2014)
  8. (de)« Pedersen-Bieri, Schneider & Spirig im Porträt », Schweizer Illustrierte,‎ 4 octobre 2012 (consulté le 14 mars 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :