Maximin de Bompar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maximin de Bompart
Marquis de Bompart
Naissance 1698
à Grasse
Décès 23 février 1773 (à ~75 ans)
à Toulon
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Lieutenant général des armées navales
Conflits Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Faits d'armes Invasion de la Guadeloupe
Distinctions Grand-croix de Saint-Louis
Autres fonctions Gouverneur général des îles du Vent
Gouverneur de la Martinique
Directeur du Dépôt des cartes et plans de la Marine
Commandant de la Marine à Toulon

d'azur à deux colombes d'argent, perchées sur un tronc écoté d'or, posé en fasce
Gouverneur général des îles du Vent
Gouverneur de la Martinique

Maximin de Bompar, marquis de Bompard, né en 1698 à Grasse et mort en 1773 à Toulon[1], est un officier de marine et administrateur colonial français du XVIIIe siècle. Il est gouverneur de la Martinique entre 1750 et 1757.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Maximin de Bompar descend de la Maison de Bompar, une famille noble originaire de Vinon, un petit village du diocèse d'Aix dont l'origine remonte à la fin XVe siècle. La famille de Bompar comptait deux branches l'une établie à Aix et l'autre à Grasse. Elle a pour armes : d'azur à deux colombes d'argent, perchées sur un tronc écoté d'or, posé en fasce.

Il est le fils de François de Bompar, des seigneurs de Fontcouverte et de Césarée de Fort.

Carrière dans la Marine royale[modifier | modifier le code]

En 1747, avec une flottille improvisée, il reprend les îles de Lérins capturées par les Anglais en 1746. En 1748, il est chargé d'apporter des renforts aux Indes, mais la fin de la guerre de Succession d'Autriche arrête l'expédition. Il est nommé Gouverneur général des îles du Vent en 1750 à la mort du marquis de Caylus (il occupera ce poste jusqu'en 1757) et gouverneur particulier de la Martinique à partir de 1752. Il est promu au grade de chef d'escadre en janvier 1757[2] ou le 1er juillet 1757.

Du 1er novembre 1757 au 15 février 1762, il est directeur du Dépôt des cartes et plans de la Marine. Il ne montre que peu d'intérêt pour cette tâche[3] et continue malgré tout à commander en mer. En 1759, il conduit une force navale française pour tenter de venir en aide à la Guadeloupe qui était attaquée par un corps expéditionnaire britannique pendant la guerre de Sept Ans[4]. Cependant, ses troupes débarquent trop tard pour sauver la Guadeloupe qui doit se rendre le 1er mai 1759. Bompart est contraint de se retirer et de reconnaître l'occupation de l'île par les Britanniques[5],[6].

Le 15 février 1762, il est nommé commandant de la Marine à Toulon. Il est promu lieutenant général des armées navales en octobre 1764. Il meurt alors qu'il est toujours en poste, le 23 février 1773 à Toulon et est inhumé par le prêtre de la paroisse Saint-Louis[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vergé-Franceschi 1990, p. 603.
  2. Chapuis 1999, p. 766.
  3. Meyer et Acerra 1998, p. 354.
  4. McLynn 2005, p. 113-114.
  5. McLynn 2005, p. 114-115.
  6. Anderson 2001, p. 314-315.
  7. Vergé-Franceschi 1990, p. 854.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Fred Anderson, Crucible of War : The Seven Years' War and the Fate of Empire in British North America, 1754-1766, Faber and Faber,‎ 2001
  • (en) Frank McLynn, 1759 : The Year Britain Became Master of the World, Pimlico,‎ 2005, 432 p. (ISBN 9780099526391)
  • Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, éditions Tallandier,‎ 2002
  • Olivier Chapuis, À la mer comme au ciel, Presses Paris Sorbonne,‎ 1999 (lire en ligne), p. 766
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Les marines de guerre européennes : XVIIe ‑ XVIIIe siècle, Presses Paris Sorbonne,‎ 1998, 447 p.
  • Michel Vergé-Franceschi, Les Officiers généraux de la Marine royale : 1715-1774, Librairie de l'Inde,‎ 1990, 3008 p.
Sur la Maison de Bompar
  • Artefeuil, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, vol. 1, Avignon, la veuve Girard ; se vend chez F. Seguin,‎ 1776 (lire en ligne), p. 161
  • L’État de la Provence, contenant ce qu'il y a de plus remarquable dans la police, dans la justice dans l'église et dans la noblesse de cette province, avec les armes de chaque famille., chez Pierre Auboin, Pierre Emery, Charles Clousier,‎ 1693, 610 p. (lire en ligne), p. 409

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]