Maximilien III d'Autriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maximilien III d'Autriche
Image illustrative de l'article Maximilien III d'Autriche
Titre
42e Grand maître de l'ordre Teutonique Blason ordre teutonique 2.svg
15901618
Prédécesseur Heinrich von Bobenhausen
Successeur Charles d'Autriche-Styrie
Archiduc d'Autriche intérieure
15931595
Prédécesseur Charles II d'Autriche-Styrie
Successeur Ferdinand II du Saint-Empire
Gouverneur du Tyrol
16021618
Prédécesseur Ferdinand de Tyrol
Successeur Léopold V d'Autriche-Tyrol
Archiduc d'Autriche antérieure
16121618
Prédécesseur Matthias Ier
Successeur Léopold V d'Autriche-Tyrol
Biographie
Dynastie Maison de Habsbourg
Nom de naissance Maximilien III de Habsbourg
Date de naissance 12 octobre 1558
Lieu de naissance Wiener Neustadt (Autriche)
Date de décès 2 novembre 1618
Lieu de décès Vienne (Autriche)
Père Maximilien II du Saint-Empire
Mère Marie d'Espagne

Maximilien III d'Autriche

Maximilien III de Habsbourg, surnommé le Maître allemand (der Deutschmeister), est né le 12 octobre 1558 à Wiener Neustadt en Autriche et mort le 2 novembre 1618 à Vienne (Autriche). Il fut archiduc d'Autriche antérieure et gouverneur du Tyrol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maximilien III est le fils de l'empereur Maximilien II de Habsbourg et de Marie d'Espagne et le frère des empereurs Rodolphe II († 1612) et Matthias Ier († 1619).

Après l'échec de sa candidature au trône de Pologne, il devient le premier grand-maître de l'Ordre Teutonique de la Maison de Habsbourg (en 1590). Dans cette fonction, il tente de s'entremettre entre les membres évangéliques et catholiques de l'empire.

En 1602, son frère Rodolphe II le nomme gouverneur du Tyrol. En 1612, Maximilien renonce à sa candidature comme roi et empereur contre son frère aîné Matthias, et en 1617, contre son neveu Ferdinand (III).

Il eut un fils naturel: Martin Mittnacht.

Maximilien fit d'Innsbruck, un centre artistique et la capitale du Tyrol. L'astronome Christoph Scheiner était son protégé. Il se fit construire un ermitage où il se retirait pour méditer et prier, dans le couvent des Capucins à Innsbruck. Il est inhumé dans la cathédrale d'Innsbruck.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Die Eremitage Maximilians des Deutschmeisters und die Einsiedeleien Tirols, Innsbruck / Vienne, Tyrolia, Bozen: Athesia, 1986.
  • notice d'Elisabeth KOVÁCS, dans Luc DUERLOO (dir.), Charles-Alexandre de Lorraine. L'homme, le maréchal, le grand maître, Bruxelles, Générale de Banque, 1987, p. 187-188 (pour la grande-maîtrise de l'Ordre teutonique).