Maxime Karlovitch Kantor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maxime Kantor
(ru)Макси́м Ка́рлович Ка́нтор

alt=Description de l'image Kantor, Maxim.JPG.
Nom de naissance Maxime Karlovitch Kantor
Naissance 22 décembre 1957
Paris
Nationalité Drapeau de Russie Russe
Activités peintre, Ecrivain

Maxime Karlovitch Kantor (en russe : Максим Карлович Кантор) (né le 22 décembre 1957 à Moscou) est un peintre et écrivain russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peintre[modifier | modifier le code]

Maxime Kantor est avant tout un peintre renommé influencé par Michel-Ange, Andrea Mantegna et Kouzma Petrov-Vodkine. Figure de l'underground russe des années 1980, il fonde en 1983 le groupe de peintres La maison rouge (russe : Krasny Dom). Depuis 1988, ses oeuvres sont présentées dans de grandes expositions internationales entre-autres à la Galerie Tretiakov, au Musée Russe, au Sprengel Museum Hannover, à la Galerie nationale de Berlin (de) ou à la Galerie nationale d'Australie[1]. Ses oeuvres sont aussi exposées dans des églises au Vatican, à la Cathédrale de Bruxelles, ou à l'église Saint-Merri.

Écrivain[modifier | modifier le code]

En 2006, il devient célèbre pour avoir écrit son roman Manuel de dessin (russe : Outchebnik rissovania), un pamphlet controversé sur la Russie post-soviétique et contre la nouvelle intelligentsia libérale. En 2008, il publie un recueil d'essais, Les mâchoires lentes de la démocratie (russe : Medliennyé tcheliousty demokratii) comparant la démocratie au totalitarisme[2]. En 2009, il publie à contre pied (russe : V tou Storonou) un requiem pour la civilisation[3] et qui compare la crise financière à un cancer[2]. En 2010, il sort Conseils au fumeur solitaire et en 2013 la Lumière rouge (Красный свет). Il est actuellement artiste en résidence à l'université d'Oxford[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Maxim Kantor, La stratégie du Chaos permanent, Courrier international,‎ octobre 2013
  • (fr) Maxim Kantor, Christina Burrus, Vulcanus : (Satires dans tous les sens), Editions musée du Montparnasse,‎ 2012 (ISBN 979-1090167087)
  • (fr) Maxim kantor, peintures 1982-1994, WIENAND,‎ 1995 (ISBN 978-3879094158)
  • (fr) « Vulcanus », une histoire russe, Le Monde diplomatique,‎ août 2011 (lire en ligne)
  • (ru) Maxim Kantor, Medlennye Cheliusti Demokratii: Stat'i i Esse, AST, Astrel,‎ 2008 (ISBN 978-5170531097)
  • (ru) Maxim Kantor, V Tu Storonu, OGI,‎ 2009 (ISBN 978-5942825683)
  • (ru) Maxim Kantor, Dom na pustyre: 21 rasskaz i 42 risunka, Izd-vo im. Sabashnikovykh,‎ 1993 (ISBN 978-5824200270)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « "Русский путь" по Максиму Кантору », Rossiyskaya Gazeta,‎ 29 novembre 2012
  2. a, b et c « Manuel d'agonie : Requiem pour la civilisation », Courrier International, no 986,‎ septembre 2009 (lire en ligne)
  3. (fr) Maxim Kantor, La stratégie du Chaos permanent, Courrier international,‎ octobre 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site officiel