Maxence Layet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maxence Layet

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Maxence Layet en 2010

Naissance 1971
Nationalité français Drapeau de la France France
Profession

Charles-Maxence Layet, né en 1971 à Marseille, est un écrivain et journaliste français d'investigation scientifique. Il est l'auteur de plusieurs livres et documentaires spécialisés dans l'innovation, les alternatives, la cyberculture, les médecines douces, les nouvelles technologies de l'énergie et la pollution électromagnétique.

Carrière[modifier | modifier le code]

Diplômé en sociologie et communication, Maxence Layet a travaillé comme consultant en organisation et conduite du changement chez France Télécom.

Il rejoint la société éditrice de magazine en ligne Quelm en 1998 en tant que rédacteur en chef de Gamelog.com et participe au lancement de Bezok.com sur les sciences du futur.

Chef de rubrique environnement et énergies pour Bezok jusqu'en 2001, chef de rubrique jeux vidéo et MMORPG dans Casus Belli deuxième époque jusqu'en 2003, chef de rubrique intelligence animale pour le Monde de l'Intelligence (Mondeo Publishing) à partir de 2005, il publie ou participe depuis en tant que journaliste spécialisé à de nombreux ouvrages de réflexion et de vulgarisation scientifique.

Ancien attaché parlementaire de Michèle Rivasi[1], Maxence Layet est membre fondateur du conseil d'administration du Criirem et participe à l'instance de dialogue de la Fondation Santé et Radiofréquences.

En janvier 2013, il édite un nouveau livre-magazine intitulé Orbs l'autre planète[2], en référence à la revue Planète.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Du quinton contre la hernie discale, Jean-Yves Bilien, BigBangBoum films, 2008.
  • Sous le feu des ondes, Mosaïque Productions/Arte, 2009.
  • Les sacrifiés des ondes[N 1],[10], documentaire, Jean-Yves Bilien, BigBangBoum films, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le documentaire — Les sacrifiés des ondes — a été diffusé en premier lieu à Paris le 25 juin 2012 à l’Espace Saint-Martin[9], en prélude à une conférence et débat consacrés à la sensibilité électromagnétique avec, pour invités, les intervenants suivants :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Club Science Publique : Peut-on vraiment évaluer les dangers des ondes électromagnétiques ?
  2. a et b Couverture du magazine Orbs
  3. L'Énergie secrète de l’univers, Maxence Layet, Guy Trédaniel Éditeur, ISBN 2-84445-684-7, 2006.
  4. Futur 2.0 : Comprendre les 20 prochaines années, Maxence Layet, Frédéric Kaplan, Philippe Bultez Adams, Yves Michaud, FYP éditions, ISBN 978-2916571041, avril 2007.
  5. Quinton, le sérum de la vie, Maxence Layet et Jean-Claude Rodet, ISBN 978-2-7029-0637-8, 2008
  6. Green Wikia
  7. Survivre au téléphone mobile et aux réseaux sans fil, Catherine Gouhier, Maxence Layet, Michèle Rivasi, Le courrier du Livre - Collection Écologie, ISBN 978-2-7029-0696-5, mars 2009.
  8. http://www.unitheque.com/nature/electroculture_et_energies_libres-35840.html
  9. Espace Saint-Martin
  10. a, b, c, d, e, f et g [vidéo]« Les sacrifiés des ondes », documentaire, sur filmsdocumentaires.com, BigBangBoumFilms,‎ juin 2012 (consulté le 2 juillet 2012). Bande annonce en streaming vidéo. Liste des intervenants. Durée du film : 70 minutes.
  11. a, b, c, d, e et f « Jean-Yves Bilien, Maxence Layet et autres : Les sacrifiés des ondes », sur observatoire-reel.com, L’observatoire du réel,‎ 25 juin 2012 (consulté le 1er juillet 2012) : « Donner à connaître d’autres points de vue sur le vivant »

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]