Max von Gallwitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Max von Gallwitz
Max von Gallwitz
Max von Gallwitz

Naissance 2 mai 1852
Breslau, Allemagne
Décès 18 avril 1937 (à 84 ans)
Naples, Italie
Origine Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Allégeance Armée allemande
Arme Artillerie
Grade General der Artillerie
Années de service 18701918
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement 76e régiment d'artillerie de campagne
29e brigade d'artillerie de campagne
15e division d'infanterie
Corps de réserve de la Garde
12e armée
11e armée
2e armée
5e armée
Faits d'armes Bataille de la Somme
Distinctions Chevalier de l'Ordre Pour le Mérite
Chevalier de l'Ordre militaire de Saint-Henri
Autres fonctions Inspecteur-général de l'artillerie de campagne
Député au Reichstag
Famille Général Werner von Gallwitz (fils)

Max Karl Wilhelm von Gallwitz, né le 2 mai 1852 à Breslau (Wrocław), (Silésie, Allemagne), et mort le 18 avril 1937 à Naples (Italie), est un général d'artillerie et politicien allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les premières années[modifier | modifier le code]

Fils d'un percepteur, Max von Gallwitz s'enrôle dans l'armée prussienne lors de la guerre franco-prussienne de 1870, où il sert comme officier d'artillerie. Après la fin de celle-ci, il rejoint l'artillerie de campagne en 1872. Il suit ensuite des cours à l'Académie militaire, avant de servir au Commandement général et au ministère de la Guerre. Il est promu major en 1890, puis colonel en 1896. Il devient alors chef de l'artillerie de campagne au ministère de la Guerre. En 1902, il est élevé au grade de major-général, puis de lieutenant-général en 1905, et prend le commandement de la 6e Division, à Cologne. Il est inspecteur de l'artillerie de campagne et général en 1911. L'empereur l'anoblit en 1913, bien qu'il soit de confession catholique[1],[2].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Max von Gallwitz a exercé des commandements, durant la Première Guerre mondiale, sur les fronts de l'Est et de l'Ouest.

Au début de la guerre, il est, pendant une courte durée, chef de corps sur le front occidental. En août 1914, il prend part, à la tête du Corps de réserve de la Garde, au siège de Namur.

Opérations sur le front de l'Est[modifier | modifier le code]

En septembre 1914, son corps est affecté à la 8e Armée, commandée par Paul von Hindenburg, et prend part à certaines opérations à l'Est. Lors de la première bataille des lacs de Mazurie, il forme l'aile gauche de la 8e Armée et participe à l'encerclement de la 2e Armée russe. Il est ensuite rattaché à le 9e Armée lors des campagnes allemandes en Pologne de la fin 1914 (première et seconde batailles de Varsovie)[1].

En novembre 1914, le Corps de réserve de la Garde est démantelé, et Gallwitz prend le commandement d'un ensemble de corps allemands et austro-hongrois opérant en Pologne. Le 9 février 1915, il est nommé à la tête du "Groupe d'armées Gallwitz ", plus tard renommé 12e Armée, au Sud-est de la Pologne. En juin 1915, il participe à la campagne de Galicie, aux côtés de la 11e Armée, sous le commandement de August von Mackensen. Il attaque Varsovie par le Nord-Ouest lors de la troisième bataille de Varsovie. Il traverse la rivière Narev, et, après une série de combat autour de Pultusk, il fait prisonniers 111 000 soldats russes, ce qui lui vaut la plus haute distinction militaire allemande " Pour le mérite", le 24 juillet 1915[2]. Le 8 septembre 1915, il reçoit les feuilles de chêne pour ses opérations contre les Russes. À l'automne 1915, il remplace Mackensen à la tête de la 11e Armée, ce dernier ayant été promu Feldmarschall, avec la mission de mener les armées coalisées de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie dans l'offensive commune contre la Roumanie. Gallwitz dirige l'invasion de la Serbie. Le 7 octobre 1915, il traverse le Danube à l'Est de Belgrade, alors que les Austro-hongrois franchissent le fleuve à l'Ouest. Il repousse les Serbes vers le centre du pays, puis vers l'Adriatique à travers l'Albanie[1].

Retour à l'Ouest[modifier | modifier le code]

Le 29 mars 1916, alors qu'il se prépare à attaquer les alliés à Salonique, il est transféré sur le front Ouest, où il prend la tête du Groupe Meuse Ouest, à Verdun. Il participe à la première bataille de Verdun. Lors de la bataille de la Somme contre les Britanniques, en juillet 1916, il est à la tête de la 2e Armée, avant de recevoir, le 19 juillet 1916, le commandement d'un nouveau Groupe d'armées Gallwitz, constitué de la 1er et de la 2e Armées, chargé de la défense de la Somme[1].

Le 17 décembre 1916, il est de retour à Verdun, à la tête de la 5e Armée, sur le front Ouest, qu'il va diriger jusqu'en 1918. Il a pour mission de rétablir la situation qui s'est détériorée après l'échec de Falkenhayn. Après avoir reçu, le 21 décembre 1917, l'Ordre de l'Aigle noir. Le 1er janvier 1918, un nouveau Groupe d'armées Gallwitz est créé, en adjoignant le Détachement d'armée C à la 5e Armée[1].

Gallwitz combat, à la bataille de Saint-Mihiel de 1918, les premières troupes américaines à avoir pris part au conflit européen. Le saillant de Saint-Mihiel, au Sud de Verdun, est attaqué le 12 septembre 1918 par l'armée indépendante du général Pershing, placée entre la 2e et la 8e Armées françaises. Face aux 550 000 hommes de Pershing, appuyés par 110 000 Français, et disposant de 267 chars d'assaut, le général Gallwitz ne peut opposer que sept divisions, d'effectifs réduits, dont trois de la milice et une division autrichienne, pour défendre un front de 80 km de long. Bien que le Haut-commandement allemand sache que la position est intenable, il se refuse à l'évacuer, pour ne pas donner une impression de faiblesse. Après une préparation d'artillerie impliquant 2 900 pièces, appuyée par 1 500 avions, les forces allemandes sont incapables d'enrayer l'offensive des dix divisions américaines. Le 16 septembre 1918, Max von Gallwitz donne l'ordre à ses troupes de faire retraite. Il reconnait que celui-ci a été donné trop tard, et les pertes allemandes sont importantes[3]. Les Américains vont s'emparer de 450 pièces d'artillerie et faire 15 000 prisonniers, au prix de la mort de 7 000 hommes[2].

Gallwitz participe aussi à la troisième bataille d'Ypres.

Du 26 septembre au 11 novembre 1918, la 5e Armée qu'il commande depuis Verdun subit l'offensive Meuse-Argonne de l'Armée américaine, menée par le général John J. Pershing, puis par le lieutenant-général Hunter Liggett. Face aux 600 000 Américains et Français, épaulés par 500 pièces d'artillerie, 500 chars d'assaut et 500 avions, sous le commandement du général William “Billy” Mitchell, Gallwitz ne peut que ralentir l'avance alliée, mais pas la stopper. Dans un premier temps, les Allemands contiennent l'avance des Alliés, qui subissent de lourdes pertes, et cessent leur avance le 30 septembre 1918. Les combats reprennent le 4 octobre, et les Allemands se replient, mais font payer un prix élevé aux Américains pour le territoire conquis. Ceux-ci vont perdre 117 000 hommes en 47 jours. Les pertes allemandes sont équivalentes, auxquelles s'ajoutent 20 000 prisonniers[2]. La défaite des troupes de Gallwitz conduit à la signature de l'armistice du 11 novembre 1918. Gallwitz est alors opposé aux négociations et défend, auprès du Haut-Commandement, l'idée d'un appel général à la défense de la patrie allemande[1]. Il est encouragé par certains politiciens, qui souhaitent qu'il succède à Hindenburg à la tête des armées allemandes.

Max von Gallwitz quitte l'armée en décembre 1918.

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

Après son départ à la retraite, Max von Gallwitz devient, de 1920 à 1924, député du Parti national du peuple allemand au Reichstag. Selon l'historien Holger Afflerbach, c'est un « antisémite virulent[4] ».

Décorations[modifier | modifier le code]

Max von Gallwitz reçoit, le 24 juin 1915, l'Ordre « Pour le Mérite », pour sa « capacité de commandement et de planification ». Les feuilles de chêne lui sont accordées le 28 septembre 1915. Il se voit accorder l'Ordre de l'Aigle noir le 21 décembre 1917. Il est également chevalier de l'Ordre militaire de Saint-Henri.

Une citation controversée[modifier | modifier le code]

Une tradition veut qu'après la bataille de la Somme, Gallwitz ait déclaré, au sujet des soldats britanniques se battant courageusement : « Nulle part, je n'ai vu de lions si courageux dirigés par des moutons ». Cette citation se retrouve dans le titre du film américain Lions et Agneaux (Lions for Lambs), sorti en 2007.

La citation présumée ne se trouve ni dans les mémoires publiés de Gallwitz (« Erleben im Westen 1916-1918 »), ni dans son journal, et est donc susceptible d'être classée dans le domaine de la légende[5]. Le critique du Times en attribue l'origine à Alexandre le grand[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f [1]
  2. a, b, c et d [2]
  3. [3]
  4. Holger Afflerbach, « Gallwitz », dans « Enzyklopädie Erster Weltkrieg », p. 519
  5. Commentaire du Dr Jakob Jung, auteur de la biographie « Max von Gallwitz - General und Politiker », Osnabrück, 1996
  6. L'article du Times indique : « One such composition included the observation, "Nowhere have I seen such Lions led by such Lambs". While the exact provenance of this quotation has been lost to history, most experts agree it was written during the Battle of the Somme, one of the bloodiest clashes in modern warfare. While some military archivists credit the author as an anonymous infantryman, others argue that the source was none other than General Max von Gallwitz, Supreme Commander of the German forces. In either case, it is generally accepted to be a derivation of Alexander the Great’s proclamation, "I am never afraid of an army of Lions led into battle by a Lamb. I fear more the army of Lambs who have a Lion to lead them". « What's the significance of the title 'Lions for Lambs'? », dans « Times », 16 octobre 2007


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erleben im Westen 1916-1918
  • Jakob Jung, « Max von Gallwitz - General und Politiker », Osnabrück, 1996
  • Eric D. Brose, « The Kaiser’s Army: The Politics of Military Technology in Germany During the Machine Age, 1870–1914 », Oxford University Press, New York, 2001
  • Stephen. Bull, « World War One: German Army », Brassey’s, Herdon (Virginie), 2000
  • Antulio J. Echevarra, « After Clausewitz: German Military Thinkers Before the Great War », University Press of Kansas, Lawrence, 2000
  • Bruce I. Gudmundsson, « Storm Troop Tactics: Innovation in the German Army », Praeger, New York, 1989
  • Norman L. Kincaide, « Sturmabteilungen to Freikorps: German Army Tactical and Organizational Development », thèse, Université d'État de l'Arizona, 1989
  • Robert J. Maddox, « The Meuse-Argonne Offensive », dans « American History Illustrated », vol. 10, no 3, p. 22–35, 1975
  • Robert J. Maddox, « The Saint Mihiel Salient: Pershing’s ‘Magnificent Victory.’ », dans « American History Illustrated », vol. 16, no 1, p. 42–50, 1981
  • John Terrance, « To Win a War: 1918, the Year of Victory », Doubleday, Garden City (New York), 2000
  • Ulrich Trumpener, « Junkers and Others: The Rise of Commoners in the Prussian Army, 1871–1914 », dans le « Canadian Journal of History », vol. 14, p. 29–47, 1979

Liens externes[modifier | modifier le code]