Max Vasmer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Max Vasmer vers 1910.

Max Vasmer (Max Julius Friedrich Vasmer ; en russe : Макс Ю́лиус Фри́дрих Фа́смер, forme russifiée Максимилиан Романович Фасмер ; né le 28 février 1886, mort le 30 novembre 1962) est un linguiste allemand né en Russie, qui s'est intéressé à des questions d'étymologie dans les langues indo-européennes, finno-ougriennes et turciques, ainsi qu'à l'histoire des peuples slaves (slavistique), baltes, iraniens et finno-ougriens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vasmer naît à Saint-Pétersbourg de parents allemands et est diplômé de l'Université de Saint-Pétersbourg en 1907. En 1907-08, il voyage en Grèce (Athènes, Salonique), où il étudie les dialectes grecs ainsi que l'albanais. À partir de 1910, il donne des cours à l'Université de Saint-Pétersbourg. Pendant la Guerre civile russe, il exerce dans les universités de Saratov et de Youriev (aujourd'hui Tartu, en Estonie).

En 1921, il s'installe à Leipzig, où il fonde en 1924 la revue de Philologie slave (Zeitschrift für Slavische Philologie), puis plus tard à Berlin. En 1938-1939, il donne des cours à l'Université Columbia à New York. C'est là qu'il s'attelle à la réalisation de son œuvre principale, le Dictionnaire étymologique de la langue russe. Il prononce l'éloge du professeur Aleksander Brückner à Berlin Wilmersdorf en 1939 et reprend la chaire d'études slavistiques à l'Université de Berlin.

Il essaye d'intervenir en 1940 en faveur des universitaires polonais arrêtés au cours de la Sonderaktion Krakau et s'engage aussi en faveur des slavistes poursuivis.

En 1944, la maison de Vasmer à Berlin est bombardée, et la plupart de ses documents sont détruits. Malgré tout, Vasmer persévère dans son travail, qui sera finalement publié sous forme de trois volumes par l'Université de Heidelberg de 1950 à 1958 sous le titre de Russisches Etymologisches Wörterbuch.

Après la guerre, il reprend en 1946 ses cours à l'université Humboldt de Berlin. Après avoir été professeur invité en 1947-1948 à Stockholm, il retourne à Berlin-Ouest, et enseigne de 1949 à 1956 à l'université libre de Berlin. Il meurt à Berlin-Ouest le 30 novembre 1962, et est inhumé dans le cimetière évangélique de Berlin-Nikolassee à Steglitz-Zehlendorf.

Postérité[modifier | modifier le code]

Une traduction russe du dictionnaire de Vasmer, amplement commentée par Oleg N. Troubatchev, a été publiée de 1964 à 1973. Elle reste à ce jour la source qui fait le plus autorité pour l'étymologie des langues slaves. La version russe est disponible sur le site La Tour de Babel de Sergueï Starostine.

Une autre œuvre monumentale dirigée par Max Vasmer fut la compilation d'un dictionnaire en plusieurs volumes des hydronymes[1] russes[2]. Il fut aussi l'initiateur d'un projet encore plus important, qui fut complété par une équipe de chercheurs après sa mort : la création d'un répertoire géographique en 11 volumes qui comprenait pratiquement tous les noms de lieux peuplés en Russie, à partir aussi bien de sources pré-révolutionnaires que soviétiques[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (de) Russisches etymologisches Wörterbuch. Winter, Heidelberg 1950-1958.
  • (de) Die griechischen Lehnwörter im Serbo-Kroatischen. De Gruyter, Berlin 1944.
  • (de) Russische Grammatik. 7e édition. De Gruyter, Berlin 1971 (ISBN 978-3-11-001933-9) (en collaboration avec Erich Berneker; paru dans la Collection Göschen).
  • (de) Russisches Geographisches Namenbuch. Fondé par Max Vasmer, publié par Herbert Bräuer, Mainz.
  • (de) Die Slaven in Griechenland. Berlin 1941, Leipzig 1970.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Noms des cours d'eau et des pièces d'eau.
  2. Wörterbuch der russischen Gewässernamen (Dictionnaire des hydronymes russes) ; compilé par A. Kernd'l, R. Richhardt et W. Eisold, sous la direction de Max Vasmer. Wiesbaden, O. Harrassowitz, 1961.
  3. Russisches geographisches Namenbuch (Le Livre des noms géographiques russes), fondé par Max Vasmer. Compilé par Ingrid Coper et al. Wiesbaden, Atlas et Volumes 1-9. O. Harrassowitz, 1964-1981. Le volume additionnel n° 11 est paru en 1988 (ISBN 3-447-02851-3), et un atlas additionnel en 1989 (ISBN 3-447-02923-4.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]