Max Valier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lieu de naissance de Max Valier
Valier au volant de la Valier RAK 6, en 1929/1930

Max Valier (9 février 1895 - 17 mai 1930) est un pionnier de la recherche sur les fusées, d'origine autrichienne. Il est un des fondateurs de la Verein für Raumschiffahrt (ou VfR, pour Société pour la navigation dans l'espace) allemande, qui a fabriqué l'un des premiers moteurs de la conquête spatiale, avant la création des agences gouvernementales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Valier est né à Bolzano, dans l'ancien Tyrol, et fit des études de physique à l'université d'Innsbruck. Ses études furent interrompues par la Première Guerre mondiale, pendant laquelle il servit dans la reconnaissance aérienne de l'armée Austro-Hongroise.

Après la guerre, Valier ne retourna pas à ses études, mais écrivit des ouvrages scientifiques. En 1923, il lut Die Rakete zu den Planetenräumen d'Hermann Oberth, et décida d'écrire un livre reprenant les idées d'Oberth mais en des termes accessibles au grand public. Aidé par Oberth, il publia l'année suivante Der Vorstoß in den Weltenraum (La Poussée vers l'espace), qui fut un grand succès et connut six éditions avant 1930. Il écrivit ensuite plusieurs articles au sujet du voyage dans l'espace, avec des titres comme De Berlin à New York en une heure ou Un audacieux voyage vers Mars.

En 1928 et 1929, il travailla avec Fritz von Opel sur des projets de voitures ou avions équipés de moteurs-fusée. Von Opel y voyait un bonne publicité pour son entreprise, et Max Valier un moyen d'intéresser les foules aux fusées. Ce fut Valier qui fit appel à Friedrich Tsander pour la fourniture des fusées à propergol solide. À la fin des années 1920, la VfR tentait de mettre au point des fusées à carburant liquide. Leur première réussite dans ce domaine fut le fonctionnement pendant cinq minutes d'un moteur à l'usine Heylandt, le 25 janvier 1930. Le 19 avril de la même année, Valier testa la première voiture propulsée par moteur-fusée à carburant liquide, la Valier-Heylandt Rak 7.

Oberth resta critique au sujet du concept de voiture-fusée de Valier : la vitesse supersonique des gaz d'un moteur-fusée n'était pour lui pas adaptée à la faible vitesse d'une voiture[1].

Valier se tua un mois plus tard lors de l'explosion d'un moteur-fusée à carburant liquide durant ses tests, à Berlin : un éclat lui causa une blessure mortelle à l'aorte. Son protégé Arthur Rudolph continua par la suite les développements du moteur.

Max Valier reste connu dans sa province de Bolzano comme l'un de ses plus célèbres inventeurs et scientifiques ; plusieurs institutions portent donc son nom :

  • Les astronomes amateurs du Tyrol du sud Max Valier[2] ;
  • L'observatoire public Max Valier à Gummer[3] ;
  • L'école professionnelle Gewerbeoberschule Max Valier[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hermann Oberth, Ways to Spaceflight, 1929
  2. (en) AA Max Valier
  3. Sternwarte Max Valier
  4. Site de l'école Max Valier

Source[modifier | modifier le code]