Max Mara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Max Mara

Création 1951
Dates clés 1951, 1981, 2005
Fondateurs Achille Maramotti
Personnages clés Achille Maramotti
Siège social Drapeau d'Italie Reggio d'Émilie (Italie)
Activité Prêt-à-porter
Produits Vêtements
Site web www.maxmara.com

Max Mara est une maison italienne de prêt-à-porter, fondée en 1951 par Achille Maramotti[1], dont le siège se trouve à Reggio d'Émilie. Elle est spécialisée dans le cuir et la fourrure.

Histoire[modifier | modifier le code]

1951 - 1980 : Lancement d'une marque[modifier | modifier le code]

En 1951, l'italien Achille Maramotti crée Max Mara, la première manufacture européenne de prêt-à-porter, à Reggio Emilia[2]. Achille Maramotti, né le , est le fils de Giulia Maramotti, fondatrice d'une école de couture, et le petit-fils de Marina Rinaldi, propriétaire et dirigeante d'un atelier de confection. À ses vingt ans, Achille Maramotti travaille pour un confectionneur d'imperméables suisse[3]. Parallèlement à la mode, Achille Maramotti prend très tôt des parts dans une banque italienne, puis dans plusieurs banques (en 2005, il est vice-président de la Credito Emiliano et directeur de Unicredito Italiano et Mediobank). Il investit également dans une fabrique de parmesan[3].

La première collection ne contient que deux pièces : un tailleur et un manteau. Son fondateur cherche à dupliquer les styles de vêtement de la haute couture parisienne avec les techniques de production de prêt-à-porter américaine des années 1930[4],[3].

Dès les années 1960, la marque s'associe à des créateurs reconnus pour dessiner ses collections : Emmanuelle Khanh, Jean-Charles de Castelbajac (collection Sauvez le baleine, dessinée pour Sportmax[5]), Guy Paulin, Lison Bonfils, Franco Moschino[4], Karl Lagerfeld (création des premières vestes sans doublure)[3],[5]. Le première boutique de la marque ouvre ses portes en 1964 à Reggio Emilia[6]. Lors de la même décennie, son premier spot publicitaire est réalisé par Sergio Leone[5].

En 1969, Max Mara sort une ligne de vêtements sportswear, Sportmax[2]. Avec Sportmax, l'enseigne développe des boutiques « Total Look » où les clientes de Sportmax peuvent s'habiller de la tête aux pieds[7].

1980 - 2005 : distribution et internationalisation[modifier | modifier le code]

HK Prince's Building 太子大廈 MaxMara shop window

En 1981, la marque sort son manteau 101801, son best-seller qui s'est vendu à 145 000exemplaires en trente ans[2], une création signée Anne-Marie Berreta[4].

En 1986, Max Mara mise sur la distribution et lance son réseau de magasins sous franchise et diversifie ses lignes de vêtements[4],[7]. L'enseigne se constitue en groupe, prenant des parts dans les sociétés de leurs fournisseurs, et une seule société du groupe, Imax, fournit la maille pour toutes les filiales[7].

Le , Achille Maramotti, alors 4e fortune italienne selon Forbes[3], décède et ses enfants Luigi Ignazio et Maria Ludovica reprenne le flambeau de son empire[4].

depuis 2005[modifier | modifier le code]

En 2008, la marque lance l'exposition Coats !! Max Mara, 55 ans de mode italienne qui retrace l'histoire de la marque. L’exposition se déroule à Berlin, Tokyo, puis s'achève à Pékin du 19 octobre au [8].

En 2010, la marque propose à ses clients de personnaliser la doublure de leur 101801 avec une broderie de leur choix directement depuis le site internet de la marque[pertinence contestée][9].

En 2013, Max Mara choisit la comédienne Jennifer Garner comme sa nouvelle égérie[10]. En 2014, c'est au tour de l'actrice Amy Adams de devenir l'image publicitaire de la marque[11].

En 2014, la marque introduit sur sa série Weekend New Life des matériaux recyclés[12].

Marques[modifier | modifier le code]

Logo Persona

En 2005, son groupe compte 20 marques[3], dont :

  • Max Mara
  • Sportmax (créée en 1969)
  • Max&Co
  • Marella
  • Marina Rinaldi (créée en 1980, en hommage à sa grand-mère)
  • PennyBlack (créée en 1978)
  • Weekend Max Mara
  • iBLUES
  • persona

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Max Mara », sur tendances-de-mode.com,‎ (consulté le 12 octobre 2013)
  2. a, b et c « Max Mara en 4 dates »,‎
  3. a, b, c, d, e et f « Biographie d'Achille Marmotti », sur Puretrend.com
  4. a, b, c, d et e « Parcours Max Mara », sur Vogue.fr,‎
  5. a, b et c Genone Paola, « Max Mara, une saga familiale », sur Lexpress.fr,‎
  6. Vanessa Houpert, « Max Mara, l'histoire mode de la marque », sur Elle.fr
  7. a, b et c « Max Mara: l'industriel devenu commerçant », sur Lesechos.FR,‎
  8. Céline Savary, « Max Mara, 55 ans de mode italienne », sur Femmeactuelle.fr,‎
  9. « Kate, Stella, Max Mara, Kitsuné… Et toute l’actu mode », sur Vogue.fr,‎
  10. « Jennifer Garner : Egérie Max Mara pour une histoire de premières fois », sur Purepeople.com,‎
  11. « La très glamour Amy Adams devient égérie pour Max Mara », sur Premiere.fr,‎
  12. Anna Mellone, « La mode éco chez Max Mara aussi », sur Lesoir.be,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]