Max Lagarrigue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Max Lagarrigue, journaliste et historien français spécialiste du communisme rural, né en 1972 à Castelsarrasin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a enseigné l'histoire du communisme à l'Institut d'études politiques de Paris et a publié de nombreuses contributions, notamment dans la revue Communisme[1] publiée par le Groupe d'études et d'observatoire de la démocratie (GEODE) au Centre national de la recherche scientifique, et un ouvrage remarqué sur le charismatique leader du communisme rural français Renaud Jean, Carnets d’un député communiste (2001).

Travaillant parallèlement sur l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, il s'est également intéressé à l'Exode et à l'histoire des réfugiés de 1940. Organisateur d'un colloque international sur ce sujet, il a dirigé un ouvrage de référence intitulé 1940, La France du repli. L'Europe de la défaite (2001)[2]. Ces recherches l'ont également conduit à écrire et réaliser un documentaire (La France du repli, mai 1940) et un ouvrage sur l'exode des Belges dans le Sud-Ouest de la France (2005)[3].

Également organisateur d'un colloque international intitulé Manuel Azaña et la mémoire de la Guerre civile espagnole en novembre 2004 à Montauban), il travaille à la préservation de la mémoire du dernier Président de la République espagnole, Manuel Azaña, réfugié et inhumé à Montauban en novembre 1940. Il a cofondé, en 2005, avec le comédien et metteur en scène François-Henri Soulié, et le vice-président du conseil général de Tarn-et-Garonne, J. Gonzalez, l'association "Présence de Manuel Azaña". Structure associative qui a depuis mis en place des journées éponymes qui se tiennent annuellement à la date de la disparition du dernier président de la république espagnole.

Souhaitant promouvoir l’histoire contemporaine régionale, il a cofondé à Montauban une association nommée Arkheia – Histoire, mémoire du vingtième siècle en Sud-Ouest, qui publie une revue du même nom. Cette revue rassemble un collectif d'historiens, d'universitaires, de journalistes, d'érudits locaux, d'enseignants et d'étudiants, réunis dans une même volonté de renouveler l'histoire du XXe siècle à travers le prisme de l'histoire régionale[4].

Également journaliste, il débute, en 2001, par des collaborations locales (Journal du Palais) avant de se professionnaliser, en 2006, au sein du quotidien régional La Dépêche du Midi.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Historique

  • « La France du repli, 1940 : refuge et solidarité », Migrance, hors-série sous la direction de Max Lagarrigue, Paris, 2000.
  • L’affaire du Fau (mai 1944-1952), Montauban, Arkheia, 2000.
  • Itinéraire d’un cadre en marge : Renaud Jean, 1939-1941, Communisme (CNRS), Paris, Éditions de L'Âge d’Homme, 1999.
  • Un communisme rural ? L’exemple lot-et-garonnais durant les années trente, Éditions les Amis du Vieux Nérac, Toulouse, 1998.
  • Le PCF dans le Sud-Ouest : Centre et Périphérie, Communisme (CNRS), Paris, L'Âge d’Homme, 1998.
  • Le PCF de la France rurale des années trente à la Guerre froide (1930-1961) : l’exemple du Sud-ouest, Revue des Archives en Limousin, n° 12, Brive, 1998.
  • La Confédération paysanne des Paysans Travailleurs (CGPT). Émergences, actions et difficultés d’une syndicalisme de « classe » dans les années trente, Le Festin, n° 25, Bordeaux, 1998.

Opinion, politique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Max Lagarrigue, Instructeurs et délégués du PCF, Communisme n° 51-52, 1998; "Renaud Jean: iconoclaste ou l'enfant terrible du communisme (et publication de ses carnets de guerre (1039-1944), Communisme, n° 55-56, 1999.
  2. Yves Le Maner, Compte-rendu, revue Vingtième siècle, Sciences-Pop Paris, n°76, 2002.
  3. Jean-Pierre François, Quand Montauban vivait à l'heure des Belges, in La Dépêche du Midi, 28/4/2005; Marcel Leroy, Une Petite Belgique, Le Soir, 24 mars 2005.
  4. Les 50 qui font bouger Montauban, L'Express, 13 décembre 2004.]