Max Fesca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Max Fesca

Naissance 31 mars 1846
Flag of Prussia 1892-1918.svg Slodin, Province de Brandebourg, Prusse
Décès 31 octobre 1917 (à 71 ans)
Flag of the German Empire.svg Wiesbaden, Allemagne
Nationalité Allemande
Profession Agronome
Conseiller étranger au Japon

Max Fesca (31 mars 184631 octobre 1917) est un agronome allemand qui fut conseiller étranger au Japon pendant l'ère Meiji.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un chef de bureau de poste, Fesca voit le jour à Slodin dans la Province de Brandebourg en Prusse[1]. En 1868, il commença à étudier l'agronomie à l'université Martin-Luther de Halle-Wittenberg, puis à l'université de Göttingen en 1873. Sa thèse sur l'agrochimie fut basée sur la composition physique des restes de tabac. Il fut ensuite pendant trois semaines l'assistant d'un professeur à l'université de Halle-Wittenberg. À la fin de l'année 1874, il retourna à Göttingen et se qualifia sur les sciences du sol. En 1875, il fit des recherches en Angleterre et en Écosse, et publia un livre à son retour, Pendant l'été 1882, Fesca fut maître de conférences à l'institut agricole de l'université de Göttingen.

Vie au Japon[modifier | modifier le code]

Cependant, fin 1882, Fesca fut invité par le gouvernement japonais à venir diriger la division d'agronomie de l'institut de recherche géologiques du ministère de l'Agriculture à Tokyo dans le but d'améliorer les techniques et la productivité de l'agriculture japonaise. Il enseigna également à l'École agricole de Komaba (qui fit plus tard partie de l'université impériale de Tokyo) dans le quartier de Meguro. Fesca estimait que la faible productivité des agriculteurs japonais comparée à leurs homologues allemands n'étaient pas dû à leurs champs de petites tailles comme ce qui était généralement suggéré, mais à la faible profondeur de leurs labours qui nécessitaient une utilisation intensive d'engrais que les agriculteurs n'avaient souvent pas les moyens de s'offrir. Une situation aggravée par une mauvaise connaissance de la rotation des cultures, et le manque d'animaux de traits lourds capables de labourer profondément.

Fesca est aujourd'hui vu comme le "père de l'agriculture moderne au Japon" grâce à ses introductions de nouvelles machines agricoles, de nouvelles méthodes de labours plus profondes, de la rotation des cultures, et de nouvelles semences. Durant son séjour au Japon, il fut constamment en conflit avec les Rōnō ("agriculteurs expérimentés"), un titre héréditaire accordé par le shogunat Tokugawa aux fermiers qui avaient des compétences et des connaissances locales excellentes. Bien que ces fermiers formaient la colonne vertébrale de l'agriculture traditionnelle et que leur savoir local était inestimable, ils insistèrent pour suivre les traditions et s'opposèrent aux nouvelles méthodes occidentales que Fesca tentait d'introduire.

Durant son séjour au Japon, Fesca fit une étude complète de l'agriculture de la province de Kai (actuelle préfecture de Yamanashi) et réalisa un certain nombre de documentations techniques sur les terres gagnées sur la mer par assèchement dans la région du Kantō. En 1890, il publia Beiträge zur Kenntniss der japanischen Landwirtschaft, un ouvrage basé sur son expérience au Japon[2].

Fesca rentra en Allemagne en 1894, après avoir reçu l'ordre du Soleil levant (4e classe) et l'ordre du Trésor sacré (3e classe) de la part de l'empereur Meiji. Sur le chemin de retour vers l'Allemagne, il visita les îles de Java, Sumatra, Malacca et de Ceylan où il examina les pratiques agricoles tropicales. De 1894 à 1895, il enseigna à l'université de Göttingen. En 1897, il accepta un poste d'enseignant en agriculture tropicale à l'université de Berlin et durant l'hiver 1899/1900, il enseigna à l'université de Bonn.

À partir de 1901, Fesca travailla comme professeur d'agriculture tropicale à l'école coloniale allemande de Witzenhausen. Il donna des cours sur les cultures, les climats, les sols, les engrais et l'élevage. De 1910 à 1914, il enseigna à l'institut colonial allemand d'Hambourg. Il passa la dernière année de sa vie à Wiesbaden. Fesca a publié de nombreux articles sur l'agriculture tropicale dans la revue scientifique Tropical Plants. Il acheva un manuel en trois volumes sur la production agricole dans les régions tropicales et subtropicales, Der Pflanzenbau in den Tropen und Subtropen, sorti juste après sa mort en 1917.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wer ist's - Das deutsche Who's who, Band 2 (de)
  2. University of Hokkaido Library: Agricultural conditions.
  3. a et b Wenckstern, Frederich. (1895). A Bibliography of the Japanese Empire, p. 175.