Mavea (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mavea.
Mavea
Mav̈ea
Pays Vanuatu
Région Mavea
Nombre de locuteurs 34 (2008)
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 map[1]
ISO 639-3 mkv
IETF mkv

Le mavea (ou mafea ; en mavea Mav̈ea) est une langue océanienne parlée par moins de cinquante personnes au Vanuatu, sur l’île du même nom.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Le mavea est est parlé par environ 34 personnes sur l’île Mavea, une petite île près de la côte est d’Espiritu Santo, la plus grande île du Vanuatu[a 1]. Quelques locuteurs (moins d’une dizaine) vivent à Deproma, un village d’Espiritu Santo[a 2].

Le mavea est une langue en danger[2] : en plus de son faible nombre de locuteurs, il est peu utilisé avec les enfants et est remplacé par le bichelamar dans certaines familles[a 3].

Prononciation et écriture[modifier | modifier le code]

Le mavea n’a pas de système d’écriture propre ; les linguistes utilisent l’alphabet latin avec des diacritiques. Les graphèmes sont présentés dans les tableaux ci-dessous, à côté de la prononciation correspondante.

L’accent tonique tombe le plus souvent sur l’avant-dernière syllabe[a 4]. Une syllabe contient une voyelle ; elle peut commencer par jusqu’à deux consonnes et se terminer par une consonne[a 5].

Consonnes[modifier | modifier le code]

Le mavea est l’une des rares langues du monde à posséder des consonne linguo-labiales (réalisées par un contact de la langue avec la lèvre supérieure), caractéristique partagée avec quelques autres langues du Vanuatu telles que l’araki. Cependant, ces sons ont tendance à disparaître du mavea et la plupart des locuteurs remplacent , et respectivement par p, v et m[a 6].

Consonnes en mavea[a 7]
  Linguo-labiales Bilabiales Labio-dentale Alvéolaires Rétroflexe Vélaires
Occlusives // /p/ p   /t/ t /ɖ/ d /k/ k
Fricatives /ð̼/   /v/ v /s/ s    
Roulée       /r/ r    
Nasales // /m/ m   /n/ n   /ŋ/ ng
Spirante           /w/ w
Latérale       /l/ l    

Les consonnes l, r, m et n peuvent être géminées[a 8].

Le phonème /v/ possède deux allophones, [v] et [f]. Certains locuteurs utilisent même [p] en début de mot[a 9].

Le phonème /p/ est toujours réalisé [p] en début de mot, mais en fin de mot il peut aussi être prononcé [v], [f] ou [β][a 10].

Voyelles[modifier | modifier le code]

Voyelles en mavea[a 11]
  Antérieures Centrale Postérieures
Fermées /i/ i   /u/ u
Moyennes /e/ e   /o/ o
Ouverte   /a/ a  

/i/ est prononcé [j] dans certains cas, généralement après une autre voyelle quand il n’a pas l’accent tonique. /u/ est prononcé [w] entre deux voyelles[a 12].

/a/ et /o/ (s’ils ne sont pas accentués) peuvent être prononcés [e] en fin de mot dans les mots d’au moins deux syllabes. Ainsi, avua (« tortue ») peut être prononcé avue[a 13].

Grammaire[modifier | modifier le code]

Pronoms[modifier | modifier le code]

Les pronoms sont divisés en deux classes : dépendants et indépendants. Les pronoms dépendants sont des affixes et des clitiques ; les pronoms indépendants incluent les pronoms personnels et démonstratifs[a 14].

Pronoms personnels indépendants[modifier | modifier le code]

Les pronoms personnels sont typiques des langues océaniennes : ils ne présentent pas de distinction de genre, mais varient selon le nombre : singulier, duel, paucal (3 à 5) et pluriel. Il y a également une distinction entre le « nous » exclusif et inclusif[a 14].

Pronoms personnels en mavea
Personne Singulier Duel Paucal Pluriel
1re Exclusive na, nao kam̈arua, kam̈aruo kam̈atol kam̈am
Inclusive darua, daruo datol ida, nida
2e nno kamrua, kamruo kamtol kam̈im
3e nna rarua, raruo ratol nira

L’emploi des pronoms personnels n’est pas obligatoire, ils sont utilisés pour accentuer le sujet.

Pronoms dépendants[modifier | modifier le code]

Marqueurs du sujet[modifier | modifier le code]

Les marqueurs de sujet sont des préfixes qui indiquent le sujet d’un verbe. Ils varient selon les mêmes paramètres que les pronoms personnels indépendants, mais en plus, les pronoms de la 1re et de la 3e personne du singulier varient selon le mode[a 15].

Marqueurs du sujet en mavea[a 16]
Personne Singulier Duel Paucal Pluriel
Réel Irréel
1re Exclusive na- ka- kir- kitol- ki-
Inclusive dar- datol- da-
2e ko- kir- kitol- ki-
3e mo- i- rar- ratol- ra-
Pronoms objets[modifier | modifier le code]

Ce sont des enclitiques qui indiquent l’objet d’un verbe quand celui-ci n’est pas exprimé par un nom[a 17].

Pronoms objets en mavea[a 16]
Personne Singulier Pluriel
1re Exclusive -ao  
Inclusive -da, -ida
2e -o  
3e -a -ra, -ira

Dans les cas où le pronom objet n’existe pas, on utilise le pronom indépendant correspondant.

Possession[modifier | modifier le code]

Il existe en mavea deux manières d’indiquer la possession[a 18] :

  • certains noms sont directement suivis d’un suffixe possessif ;
  • d’autres noms doivent être suivis d’un classificateur indiquant le type de possession et qui prend le suffixe possessif.

Le type de construction utilisée dépend du nom employé (très peu de noms admettent les deux). Ce système est typique des langues océaniennes, on le retrouve par exemple en mwotlap.

Possession directe[modifier | modifier le code]

Les noms qui prennent la possession directe désignent principalement des parties du corps, des relations familiales et des vêtements[a 18]. Le possesseur est indiqué par un suffixe. Par exemple, arua-ku signifie « mon ami »[a 19].

Suffixes possessifs en mavea[a 20]
Personne Singulier Duel Paucal Pluriel
1re Exclusive -ku -m̈amrua, -m̈amruo -m̈amtol -m̈am
Inclusive darua, daruo datol -da, -ida
2e -m -mrua, -mruo -mtol -m̈im
3e -n, -na rarua, raruo ratol -ra, -ira

On remarque que pour la première personne inclusive et la troisième personne du duel et du paucal, au lieu d’un suffixe, on emploie le pronom personnel correspondant.

Dans les cas où le possesseur est exprimé par un groupe nominal, le nom possédé est suivi du suffixe -n : vulu-n vanatu-n John (« les cheveux de la fille de John »)[a 21].

Possession indirecte[modifier | modifier le code]

Pour exprimer la possession d’un nom qui n’appartient pas à la catégorie précédente, il est obligatoire d’employer un classificateur qui indique le type de relation dont il s’agit. Ce classificateur prend les mêmes suffixes possessifs que ceux présentés ci-dessus. Il existe six classificateurs en mavea[a 22] :

  • a- : l’objet possédé est destiné à être mangé (oroto a-m̈am, « notre fruit (que nous allons manger) ») ;
  • m̈a- : l’objet possédé est destiné à être bu (wae m̈a-ku, « mon eau (que je vais boire) ») ;
  • m̈adue- est utilisé pour les objets appartenant à une personne décédée (upu m̈adue-n John, « les vêtements de John (qui est mort) ») ;
  • no- indique une possession générale qui n’entre pas dans les autres catégories (pua no rarua, « leurs couteaux ») ;
  • pula- est utilisé pour un fruit ou un légume que l’on cultive ou un animal que l’on élève (ura pula-na, « sa crevette (qu’elle nourrit tous les jours) ») ;
  • sa- est employé avec les habitations et les terres (v̈anua sa darua, « notre île »).

Numéraux[modifier | modifier le code]

Le mavea utilise un système en base 10.

Numéraux en mavea[a 23]
Cardinaux Ordinaux
1 tea 1er aite
2 rua 2e arua-na
3 tol(u) 3e atoli-na
4 v̈at(i) 4e av̈ati-na
5 lim̈a 5e alm̈a-na
6 m̈arav̈a 6e m̈arv̈e-na
7 rav̈e rua 7e rav̈e rua-na
8 rattol(u) 8e rattoli-na
9 rap̈p̈at(i) 9e rap̈p̈at(i)-na
10 sangavul(u) 10e sangavulu-na

Le système de numération est complexe : par exemple, 81 se dit mo-ngavul m̈arv̈etol nav rap̈p̈ati-na aite[a 24]. Pour exprimer les nombres élevés, les locuteurs du mavea préfèrent utiliser les numéraux du bichelamar, et les plus jeunes ne savent pas toujours compter jusqu’à 100 en mavea[a 25].

Exemples[modifier | modifier le code]

Quelques mots en mavea[a 26]
Mot Traduction
ciel tailang
eau wae
feu apu
homme tamlo
femme v̈av̈ina
manger anan
boire inua
grand lavoa
petit vaisesea
nuit pongi
jour ran

Références[modifier | modifier le code]

  1. p. 2
  2. p. 4
  3. p. 6
  4. p. 34
  5. p. 38
  6. pp. 17–18
  7. p. 12
  8. p. 13
  9. pp. 19–22
  10. p. 23
  11. p. 29
  12. pp. 32–33
  13. p. 31
  14. a et b p. 76
  15. p. 77
  16. a et b p. 78
  17. p. 82
  18. a et b p. 209
  19. p. 210
  20. p. 212
  21. pp. 210–211
  22. pp. 212–218
  23. pp. 161–162
  24. p. 165
  25. p. 174
  26. pp. 535–552
  • Autres sources et notes
  1. Code générique, correspondant aux langues austronésiennes.
  2. (en) Valerie Guerin, « Research » (consulté le 1er octobre 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Valérie M. P. R. Guérin, Discovering Mav̈ea: grammar, texts, and lexicon, Université d’Hawaï,‎ décembre 2008, thèse de doctorat en linguistique, 576 p. (ISBN 9781109033144, présentation en ligne)
  • (en) Valérie Guérin, A Grammar of Mavea : An Oceanic Language of Vanuatu, Honolulu, University of Hawai‘i Press, coll. « Oceanic Linguistics Special Publications » (no 39),‎ 2011, 424 p. (ISBN 9780824836399, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :