Mauro Santambrogio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Santambrogio.
Mauro Santambrogio
Image illustrative de l'article Mauro Santambrogio
Informations
Nom Mauro Santambrogio
Date de naissance 7 octobre 1984 (30 ans)
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Spécialité Puncheur
Équipe professionnelle
2004
2005
2006
2007
08.2007-2009
2010-2012
2013
LPR
LPR - Piacenza
Lampre-Fondital
Tenax-Menikini
Lampre
BMC Racing
Vini Fantini-Selle Italia
Principales victoires
1 semi-classique
Trois vallées varésines 2009

Mauro Santambrogio (né le 7 octobre 1984 à Erba, dans la province de Côme, en Lombardie, Italie) est un coureur cycliste italien.

Carrière[modifier | modifier le code]

LPR, Lampre et Tenax (2004-2007)[modifier | modifier le code]

Mauro Santambrogio passe professionnel en 2004 au sein de l'équipe LPR. Il y reste durant deux saisons et ses meilleurs résultats sont une deuxième place lors du Tour du lac Léman 2004 puis une victoire au Tour du lac Majeur l'année suivante[1]. Après une saison en 2006 dans l'équipe Lampre-Fondital, il rejoint l'année suivante l'équipe Tenax-Menikini[1].

Retour dans l'équipe Lampre (2007-2009)[modifier | modifier le code]

De retour ensuite dans l'équipe Lampre et après une troisième place lors du Tour de la province de Grosseto, Santambrogio participe en 2008 à ses premiers grands tours en Italie puis en Espagne. Cette même année, il fait partie de l'échappée matinale du Tour de Lombardie, course remportée finalement par son leader Damiano Cunego[2]. En 2009, sa saison doit se calquer sur celle de Cunego, son leader[3]. Il la démarre par un top 10 lors du Tour Down Under en Australie. En août, il obtient la victoire lors des Trois vallées varésines[4], course classée 1.HC, le niveau le plus élevé pour une course d'un jour de niveau continental. Cette victoire, à laquelle on rajoute sa deuxième place le lendemain sur la Coppa Agostoni puis sa 27e place lors de la Coppa Bernocchi le surlendemain lui permettent de remporter le Trittico Lombardo[5].

BMC (2010-2012)[modifier | modifier le code]

En 2010, Mauro Santambrogio évolue au sein de l'équipe BMC Racing. Après le Tour d'Italie qu'il a failli ne pas disputer[6] et le Tour de France qui se soldent tous les deux par un abandon, il obtient des résultats sur les courses d'un jour de fin de saison. Huitième des Trois vallées varésines, il se classe comme l'année précédente deuxième de la Coppa Agostoni[7] puis sixième du Grand Prix de Plouay. Il obtient son premier top 10 sur un monument du cyclisme en se classant huitième du Tour de Lombardie.

En 2011, Santambrogio ne peut participer au Tour d'Italie car il est provisoirement suspendu par son équipe BMC Racing[8]. De retour fin mai dans les pelotons, il obtient plusieurs places d'honneur en juin. Il termine tout d'abord deuxième du Tour de Toscane[9] battu au sprint par le coureur irlandais de la Garmin-Cervélo, Daniel Martin. Il obtient quelques jours plus tard une nouvelle place de second lors du championnat d'Italie sur route[9], battu cette fois par Giovanni Visconti qui s'impose alors pour la troisième fois dans ce championnat. En juillet, il ne figure pas dans l'équipe BMC Racing alignée sur le Tour de France. Aligné alors pendant la Grande boucle sur le Tour d'Autriche, il obtient plusieurs places d'honneur lors d'étapes de montagnes et termine ainsi sixième au classement final[9] derrière Fredrik Kessiakoff.

En 2012, Santambrogio obtient en février la sixième place du Grand Prix de Lugano[9]. Après une participation aux classiques ardennaises avec comme meilleur résultat une vingt-sixième place sur Liège-Bastogne-Liège[10], l'Italien participe au Tour d'Italie qu'il termine en 86e. De retour à la compétition en juillet lors du Tour de Pologne[10], Santambrogio obtient le mois suivant la sixième place de la Classique de Saint-Sébastien[10] et enchaine avec le Tour d'Espagne. 58e de ce grand tour, l'Italien obtient à la fin du mois de septembre ses meilleurs résultats de la saison lors des courses d'un jour italiennes. Tout d'abord sixième du Tour du Piémont, il est ensuite quatrième du Tour de Lombardie au sein d'un groupe qui termine à neuf secondes du vainqueur, Joaquim Rodríguez[10],[11].

Vini-Fantini (2013)[modifier | modifier le code]

Santambrogio quitte BMC et le niveau World Tour pour s'engager à partir de 2013 dans la formation continentale professionnelle Vini Fantini-Selle Italia dont il devient un leader notamment pour les courses d'un jour vallonnées[12]. Il commence sa saison en janvier sur le Tour de San Luis où il est deuxième de la troisième étape et sixième du classement final. En février, il est troisième du Trofeo Laigueglia puis cinquième du Grand Prix de la ville de Camaiore[13]. En mars, il participe à l'épreuve World Tour Tirreno-Adriatico. Deuxième de la quatrième étape, la plus difficile, remportée par Christopher Froome de l'équipe Sky, Santambrogio pointe alors à la septième place du classement général à 55 secondes du Britannique[14], place qu'il conserve à la fin de la course. Le Lombard enchaîne alors avec une deuxième place sur le Tour du Trentin derrière Vincenzo Nibali. Ces performances l'amènent à être attendu au Tour d'Italie[15]. Une semaine avant le départ du Giro, il remporte le Grand Prix de l'industrie et de l'artisanat de Larciano en solitaire[16].

Sur le Tour d'Italie, après une première étape que Santambrogio termine dans le peloton, Vini-Fantini est cinquième du contre-la-montre par équipes, ce qui amène Santambrogio à être 22e du classement général à 22 secondes du leader Salvatore Puccio et des autres coureurs de la formation Sky[17]. Quatrième de la troisième étape, il rentre à l'issue de l'étape suivante dans les dix premiers du classement général, neuvième à 39 secondes du maillot rose Luca Paolini. Sa quatrième place lors de la septième étape l'amène à la cinquième place du classement général, à 13 secondes de Beñat Intxausti. Vingt-cinquième du contre-la-montre le lendemain, il recule à la huitième place au classement général, à 2 minutes 43 secondes de Vincenzo Nibali[18]. Il est ensuite quatrième de la dixième étape avant de s'imposer en montagne lors de la quatorzième étape devant Nibali, les deux coureurs ayant distancé l'ensemble de leurs adversaires. Santambrogio devient quatrième du classement général à 2 minutes 47 secondes de Nibali, suivi par Cadel Evans et Rigoberto Urán[19]. Au lendemain de la deuxième journée de repos, il est distancé dans la seizième étape, passant alors de la quatrième à la sixième place au classement général[20],[21]. Vingt-quatrième de la dix-huitième étape disputée sous forme d'un contre-la-montre en côte puis vingt-septième de la vingtième étape, deux étapes de montagne remportées par Nibali, Santambrogio recule ainsi au neuvième rang au général[22],[23], place qu'il obtient à l'arrivée finale à Brescia[24]. Le 3 juin, son contrôle positif à l'EPO à l'issue de la première étape est annoncé, le deuxième pour Vini-Fantini sur ce Giro après Danilo Di Luca[25]. Il est licencié le jour même par son équipe[26]. Alors qu'il risque quatre ans de suspension, il est suspendu dix-huit mois en juin 2014 après avoir collaboré avec la Commission Indépendante de Réforme du Cyclisme (CIRC)[27]. Cette suspension s'étale du 4 mai 2013, date du contrôle positif, au 2 novembre 2014. Santambrogio est également disqualifié de ce Tour d'Italie et perd donc les résultats qu'il avait obtenus[28].

Santambrogio et le dopage[modifier | modifier le code]

Mauro Santambrogio est cité en avril 2010 dans une affaire de dopage en Italie et est suspendu provisoirement par son équipe[29]. Réintégré le 2 mai[6], il peut ainsi participer au Giro. Un an jour pour jour plus tard, il est de nouveau suspendu par son équipe peu avant le Tour d'Italie 2011, l'enquête ayant entretemps permis d'apporter de nouvelles informations justifiant une nouvelle mise à l'écart d'après Jim Ochowicz, manager général de l'équipe[30]. N'ayant eu aucun contact avec une instance chargée de lutte anti-dopage, BMC Racing lève sa suspension au lendemain de l'arrivée finale de ce Tour d'Italie[8].

En 2013, devenu membre de l'équipe Vini Fantini-Selle Italia, Santambrogio termine pour la première fois dans les dix premiers du Tour d'Italie avec en plus une victoire sur la 14e étape. Une semaine après la fin du Giro, un contrôle positif du coureur italien à l'EPO est annoncé, quelques jours après la révélation du cas positif de son coéquipier Danilo Di Luca à la même substance[25]. Il est sanctionné de dix-huit mois de suspension après avoir collaboré avec la CIRC[27].

Santambrogio dans le peloton[modifier | modifier le code]

En 2006, alors qu'il a passé une saison dans l'équipe Lampre-Fondital, il déclare que Daniele Bennati et Paolo Fornaciari figurent parmi ses amis dans le peloton et sont ses camarades d'entraînement[1]. Lors de cette même période, il est chargé d'aider Bennati dans sa quête de succès[1]. Il déclare préférer les parcours vallonnés et se dit plus faible dans les montées de cols. Il est considéré à cette période par plusieurs observateurs comme un nouveau Paolo Bettini[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

4 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

3 participations

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (it) « Santambrogio, modello Bettini », sur gazzetta.it,‎ 29 novembre 2006 (consulté le 3 mai 2011)
  2. (en) « Damiano Cunego King of Lombardia », sur cyclingnews.com,‎ 18 octobre 2008 (consulté le 3 mai 2011)
  3. (it) « INTERVISTA A MAURO SANTAMBROGIO, UOMO LAMPRE-NGC E PRIMO ITALIANO NEL RANKING UCI », sur ciclonet.it,‎ 14 février 2009 (consulté le 3 mai 2011)
  4. (en) « Santambrogio wins Tre Valli Varesine », sur cyclingnews.com,‎ 18 août 2009 (consulté le 3 mai 2011)
  5. (en) « Coppa Bernocchi win aids Paolini's cause », sur cyclingnews.com,‎ 20 août 2009 (consulté le 3 mai 2011)
  6. a et b (en) « BMC Racing team clears Santambrogio for the Giro », sur velonation.com,‎ 2 mai 2010 (consulté le 3 mai 2011)
  7. (en) « Gavazzi sprints to Coppa Agostoni victory », sur cyclingnews.com,‎ 18 août 2010 (consulté le 3 mai 2011)
  8. a et b (en) « BMC reactivates Ballan, Santambrogio », sur cyclingnews.com,‎ 30 mai 2011 (consulté le 31 mai 2011)
  9. a, b, c et d (nl) « Mauro Santambrogio », sur cyclebase.nl (consulté le 12 juillet 2011)
  10. a, b, c et d « Santambrogio - 2012 », sur cqranking.com (consulté le 25 octobre 2012)
  11. (it) « Santambrogio va forte Quarto al Lombardia », sur laprovinciadicomo.it,‎ 29 septembre 2012
  12. (it) « Mauro Santambrogio, altro nuovo importante acquisto giallo fluo », sur ciclonline.com,‎ 24 octobre 2012
  13. « Santambrogio Mauro - 2013 », sur cqranking.com (consulté le 10 mars 2013)
  14. Baptiste Bouthier, « Sky, à fond la Froome », sur velochrono.fr,‎ 9 mars 2013
  15. Alexis Midol, « Jusqu'où ira Santambrogio », sur chroniqueduvelo.fr,‎ 20 avril 2013
  16. Santambrogio wins GP Industria & Artigianato - Larciano sur cyclingnews.com, le 27 avril 2013
  17. (en) « Giro d'Italia 2013: Sky and Wiggins time trial to stage 2 victory », sur cyclingnews.com,‎ 5 mai 2013
  18. (en) Susan Westemeyer, « Giro d'Italia: Dowsett wins time trial to Saltara », sur cyclingnews.com,‎ 11 mai 2013
  19. « Giro : Vincenzo Nibali (Astana) conforte son maillot rose, Santambrogio (Vini Fantini) s'impose », sur eurosport.fr,‎ 18 mai 2013
  20. « Santambrogio agacé », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 21 mai 2013
  21. (en) Stephen Farrand, « Santambrogio has a bad day at the Giro d'Italia », sur cyclingnews.com,‎ 21 mai 2013
  22. Alexandre Philippon, « La loi du plus fort », sur velochrono.fr,‎ 23 mai 2013
  23. Baptiste Bouthier, « C’est qui le patron ? », sur velochrono.fr,‎ 25 mai 2013
  24. (en) Daniel Benson, « Nibali wins 2013 Giro d'Italia », sur cyclingnews.com,‎ 26 mai 2013
  25. a et b Marion Gachies, « Dopage: Mauro Santambrogio (Vini Fantini) contrôlé positif à l'EPO sur le Giro », sur eurosport.fr,‎ 3 juin 2013
  26. (it) Francesco Pelosi, « Nota stampa ufficiale sulla positività di Mauro Santambrogio il 4 Maggio. », sur fantiniselleitalia.com,‎ 3 juin 2013
  27. a et b Benoit Laurenti, « Dopage - 18 mois de suspension pour Santambrogio », sur cyclismactu.net,‎ 17 juin 2014
  28. a et b [PDF] (en) « Anti-doping Rule Violations », sur uci.ch, Union cycliste internationale,‎ 17 juillet 2014 (consulté le 2 août 2014)
  29. « Ballan suspendu », sur lequipe.fr,‎ 9 avril 2010 (consulté le 3 mai 2011)
  30. (en) « Team BMC pull Ballan and Santambrogio from racing », sur cyclingnews.com,‎ 2 mai 2011 (consulté le 2 mai 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :