Mauro Bergamasco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mauro Bergamasco

Description de l'image Mauro Bergamasco.png.
Fiche d'identité
Naissance (36 ans)
à Padoue (Italie)
Taille 1,85 m
Position Troisième ligne aile
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1997-2000
2000-2003
2003-2011
2011-2012
2012-2015
Padoue
Trévise
Stade français
Aironi Rugby
Zebre
? (?)
? (?)
138 (80)
8 (0)
43 (5)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1998-2015 Drapeau : Italie Italie 102 (75)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 15 mai 2015.

Mauro Bergamasco, né le à Padoue (Italie), est un joueur de rugby à XV international italien. Il joue au poste de troisième ligne aile au sein de l'effectif de Zebre. À la fin de la saison 2014-2015, il décide de mettre un terme à sa carrière de joueur.

En dix-huit années au plus haut niveau, Mauro Bergamasco a inscrit à son palmarès deux titres de champion de France et deux titres de champion d'Italie; il est titulaire indiscutable dans son club et très présent en équipe nationale avec laquelle il dispute le Tournoi des Six Nations et la Coupe du monde.

Carrière[modifier | modifier le code]

Né le à Padoue (Italie), Mauro Bergamasco est issu d'une famille de joueurs de rugby à XV. Son père Arturo connaît 4 sélections de 1973 à 1978. Son frère cadet Mirco, né en 1983 est également international italien.

Il débute le rugby à XV à l'âge de 5 ou 6 ans. Il voit son père qui entraîne les moins de 11 ans de Selvazzano au début des années 1980 et il veut également jouer[3]. Il occupe de nombreux postes très différents en sélections de jeunes.

Mauro Bergamasco connaît sa première cape internationale en équipe d'Italie en 1998 à seulement 19 ans le par une victoire 67-7 contre l'équipe des Pays-Bas[2]. Alors sous la direction de Georges Coste, il évolue au poste de troisième ligne aile.

En Italie il joue sous le maillot de Petrarca Padova et celui de Benetton Rugby Trévise.

Avec cette dernière équipe, il remporte les championnats d'Italie 2000-01 et 2002-03.

En 2000, il est présent pour l'entrée de l'Italie dans le tournoi[2]. Il dispute les quinze premières rencontres de l'Italie dans le tournoi entre 2000 et 2002 au poste de troisième ligne aile. L'Italie ne s'impose qu'une seule fois[2]. Le , au Murrayfield Stadium d'Édimbourg, l'Écosse l'emporte 23-19 contre les Italiens. Mauro Bergamasco marque un essai très remarqué, qui fait la démonstration de ses qualités[4].

C'est un des joueurs italiens les plus reconnus au niveau mondial ; plaqueur infatigable, il aime jouer troisième ligne aile mais sa condition athlétique et sa vitesse ont conduit l'entraîneur de l'équipe d'Italie John Kirwan à l'utiliser comme ailer lors du tournoi des six nations 2003[5]. Il est victime d'une blessure et manque des matchs du tournoi[6]. Il peut cependant disputer la Coupe du monde de rugby à XV. Les Italiens sont éliminés dès la phase de poule. Avec la concurrence d'Andrea De Rossi[7] et d'Aaron Persico[8], l'arrivée de Sergio Parisse[9], il dispute seulement deux rencontres[2].

En 2003 en même temps que son frère Mirco, il rejoint l'équipe de Paris, le Stade français et le demi d'ouverture Diego Domínguez, compatriote, avec lequel il remporte le championnat de France 2003-2004. Mauro Bergamasco est titulaire pour la finale, il marque même un des deux essais parisiens[10].

L'Italie parvient pour la première fois en 2007 à remporter deux matchs du Tournoi. Pour la première fois, lors des confrontations entre les deux nations, elle s'impose en Écosse face au XV du Chardon sur le score de 17 à 37. Trois essais sont « offerts » aux Italiens qui mènent 21 à 0 après seulement six minutes[11]. Un des essais est inscrit par Mauro Bergamasco. Il récidive contre le pays de Galles en donnant l'avantage aux Italiens à trois minutes de la fin du match[12] pour une victoire 23-20[13].

En 2008, après un match de tournoi disputé contre le pays de Galles, il purge une lourde suspension[14].

Nick Mallett essaie Mauro Bergamasco au poste de demi de mêlée lors du tournoi des six nations 2009[15]. Il reconnaît que l'essai n'est pas concluant[16].

Lors du tournoi des six nations 2014, il devient le rugbyman ayant la carrière internationale la plus longue. En effet, 16 ans espacent ses débuts en 1998 de sa 97ème sélection contre le XV de France, le 9 février 2014.

Une blessure à la cuisse l’empêche d’atteindre la barre symbolique des 100 sélections au cours de ce tournoi.

Le à Rome, il dispute son dernier match du Tournoi des Six Nations à l'occasion de la réception de l'équipe d'Angleterre[17]. En 2000, il est présent pour l'entrée de l'Italie dans le tournoi. Quinze années plus tard, il dispute sa treizième édition, son quarante-troisième match du tournoi[2].

À la fin de la saison 2014-2015, il décide de mettre un terme à sa carrière de joueur. Le à Parme, il dispute son dernier match en club en Italie avant un déplacement à Cardiff la semaine suivante qui met un terme à la saison 2014-2015 celtique. Il est toutefois dans l'attente de l'annonce des joueurs retenus pour la Coupe du monde de rugby à XV 2015[18].


Palmarès[modifier | modifier le code]

Pendant sa carrière de joueur de rugby à XV professionnel, Mauro Bergamasco n'a pas pu se construire un solide palmarès au niveau international avec l'équipe d'Italie[2]; l'équipe nationale tente de trouver sa place dans le concert des nations majeures du rugby à XV qui disputent la Coupe du monde de rugby à XV depuis près de trente ans, le Tournoi des Six Nations (ancien Tournoi des Cinq Nations) depuis cent ans ou des test-matchs, puis le The Rugby Championship (ancien Tri-Nations) avec la même antériorité (pour l'hémisphère Sud).

Il a rejoint un des clubs au plus beau palmarès du rugby français[19],[Note 1],[Note 2], il dispute avec une finale perdue de Coupe d'Europe de rugby à XV; il remporte deux titres de Champion de France en 2003-2004 et en 2006-2007.

En club[modifier | modifier le code]

Avec Trévise, il est champion d'Italie à deux reprises[2].

En huit saisons passées avec le Stade français Paris, Mauro Bergamasco remporte deux fois le titre de Champion de France en 2003-2004 et en 2006-2007. Il ne gagne pas la Coupe d'Europe en sept participations à la compétition européenne. Il parvient toutefois à atteindre la finale de l'édition 2004-2005.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Mauro Bergamasco participe à quatre Coupes du monde, ne parvenant pas à se qualifier pour la phase finale éliminatoire directe. Il joue à de treize reprises le Tournoi des Six Nations à compter de 2000, mais son équipe n'est pas en mesure de disputer le titre. Il dispute quarante-trois rencontres dans cette compétition européenne.

Il a rejoint le cercle restreint des joueurs qui ont disputé quatre Coupes du monde[20] et peut espérer rejoindre Brian Lima, seul joueur à avoir disputé cinq Coupes du monde (1991-1995-1999-2003-2007)[21].

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Édition Rang Résultats Italie Résultats Bergamasco[22] Matchs Bergamasco
Pays de Galles 1999 4ème de poule B 0 v, 0 n, 3 d 0 v, 0 n, 1 d 1/3
Australie 2003 3ème de poule D 2 v, 0 n, 2 d 0 v, 0 n, 2 d 2/4
France 2007 3ème de poule C 2 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 2 d 4/4
Nouvelle-Zélande 2011 3ème de poule C 2 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 1 d 3/4

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Tournoi[modifier | modifier le code]

Édition Rang Résultats Italie Résultats Bergamasco Matchs Bergamasco[2]
Tournoi des Six Nations 2000 6 1 v, 0 n, 4 d 1 v, 0 n, 2 d 5/5
Tournoi des Six Nations 2001 6 0 v, 0 n, 5 d 0 v, 0 n, 5 d 5/5
Tournoi des Six Nations 2002 6 0 v, 0 n, 5 d 0 v, 0 n, 5 d 5/5
Tournoi des Six Nations 2003 5 1 v, 0 n, 4 d 1 v, 0 n, 1 d 2/5
Tournoi des Six Nations 2005 6 0 v, 0 n, 5 d 0 v, 0 n, 2 d 2/5
Tournoi des Six Nations 2006 6 0 v, 1 n, 4 d 0 v, 0 n, 3 d 3/5
Tournoi des Six Nations 2007 4 2 v, 0 n, 3 d 2 v, 0 n, 1 d 3/5
Tournoi des Six Nations 2008 6 1 v, 0 n, 4 d 0 v, 0 n, 3 d 3/5
Tournoi des Six Nations 2009 6 0 v, 0 n, 5 d 0 v, 0 n, 5 d 5/5
Tournoi des Six Nations 2010 6 1 v, 0 n, 4 d 1 v, 0 n, 4 d 5/5
Tournoi des Six Nations 2012 4 1 v, 0 n, 4 d 0 v, 0 n, 1 d 1/5
Tournoi des Six Nations 2014 6 0 v, 0 n, 5 d 0 v, 0 n, 2 d 2/5
Tournoi des Six Nations 2015 5 1 v, 0 n, 4 d 0 v, 0 n, 2 d 2/5

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il y a grand chelem.

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Mauro Bergamasco débute en Italie avec le club de Petrarca Padova et celui de Benetton Rugby Trévise. Il rejoint le Stade français à 24 ans. Lors des huit saisons passées avec les Parisiens, il dispute 138 matchs toutes compétitions confondues et inscrit 16 essais (80 points) (statistiques mises à jour au 15 mai 2015). En particulier, il joue 28 matchs en Coupe d'Europe au cours desquels il marque trois essais[23].

Il rejoint ensuite Aironi Rugby puis les Zebre avec lesquels il dispute le Pro12 et la Coupe d'Europe de rugby à XV.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

En dix-sept années (1998-2015), Mauro Bergamasco dispute 102 matchs (90 en tant que titulaire) avec l'équipe d'Italie au cours desquels il marque quinze essais (75 points)[2]. Il participe notamment à treize Tournois des Six Nations (43 matchs, 5 essais) et à quatre Coupes du monde (1999, 2003, 2007, 2011) pour un total de dix rencontres disputées en quatre participations[Note 3],[2].


Autres activités, reconversion[modifier | modifier le code]

Mauro Bergamasco a développé une entreprise (M2M) qui produit des vidéos pour la télévision, qui opère dans la communication[18].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les années 1995-2008 voient une nette domination du championnat par trois clubs qui remportent les 13 titres de champion décernés après le passage au professionnalisme. Si le Stade toulousain remporte 4 titres consécutifs de 1994 à 1997, la fin des années 1990 voit le retour au premier plan du Stade français. Avec son président Max Guazzini, il remporte le bouclier de Brennus deux fois consécutives en 2003 et 2004. Le club parisien partage cette suprématie du début des années 2000 avec le Biarritz olympique, qui s'impose trois fois en 2002, 2005 et 2006.
  2. Le Stade français est deuxième du bilan du Championnat de France de rugby à XV avec 13 titres dont 8 acquis avant 1910 et 5 depuis 1998 (1893, 1894, 1895, 1897, 1898, 1901, 1903, 1908, 1998, 2000, 2003, 2004, 2007).
  3. Dans l'ordre chronologique, il a :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mauro Bergamasco », sur www.itsrugby.fr (consulté le 21 mars 2015)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Mauro Bergamasco », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 15 mai 2015).
  3. « Pure Moment rencontre Mauro Bergamasco », sur www.puremoment.fr,‎ (consulté le 15 mai 2015)
  4. (en) « Scots survive Italian scare », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  5. (en) « Bergamasco wings in », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  6. (en) « Mauro Bergamasco », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  7. (en) « Andrea De Rossi », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 15 mai 2015).
  8. (en) « Aaron Persico », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 15 mai 2015).
  9. (en) « Sergio Parisse », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 15 mai 2015).
  10. Nicolas Lavallée, « Stade de France, Saint-Denis, 26 juin 2004 », sur www.lnr.fr, Ligue nationale de rugby,‎ (consulté le 18 mai 2015)
  11. (en) James Standley, « Scotland v Italy », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 7 avril 2015).
  12. (en) « Italy v Wales », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  13. (en) « Italy v Wales », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  14. (en) « Bergamasco gouging ban extended », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  15. (en) James Standley, « Italy consider Bergamasco switch », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  16. (en) James Standley, « Mallett admits Bergamasco error », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  17. (it) « Roma, ultimo match Bergamasco da primato », sur www.repubblica.it/sport/rugby/, La Repubblica,‎ (consulté le 15 mai 2015)
  18. a et b (it) Massimo Calandri, « Rugby, Mauro Bergamasco dice basta: « Ma se Brunel mi chiama ai Mondiali... » », sur www.repubblica.it/sport/rugby/, La Repubblica,‎ (consulté le 15 mai 2015)
  19. Anouk Bouteloup et C.M., « Guazzini, 19 ans de révolution », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 5 janvier 2015).
  20. Bertrand Bourgeault, « Galthié ouvre l'album aux souvenirs », sur www.leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  21. (en) Tom Barclay, « Greatest Rugby World Cup XV: Inside centre profiles - Brian Lima », sur www.telegraph.co.uk/sport/rugbyunion/rugby-world-cup/, The Daily Telegraph,‎ (consulté le 15 mai 2015).
  22. « la fiche de Mauro Bergamasco », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 15 mai 2015).
  23. « Mauro Bergamasco », sur www.epcrugby.com, EPCR (consulté le 15 mai 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]