Maurice Villaret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maurice Louis Villaret

Naissance 7 décembre 1877
Paris (France)
Décès 25 janvier 1946 (à 68 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Diplôme
Médecine à 29 ans ± 1 an
Profession
Neurologue
Activité principale
Professeur d'hydrologie et climatologie thérapeutiques
Distinctions
Officier de l'Ordre des Palmes académiques en 1906
Médaille des Épidémies du ministère de la Guerre (1915)
Chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur à 44 ans
Officier de l'Ordre national de la Légion d'honneur à 52 ans.
Ascendants
Fils d'Alexandre Villaret et de Catherine Julie Albert

Maurice Louis Villaret est un neurologue français né le 7 décembre 1877 à Paris et mort le 25 janvier 1946 dans la même ville.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Maurice Villaret est le fils d'un médecin, Alexandre Villaret, et d'une pianiste connue à l'époque, Catherine Julie Albert[1].

Son père est un peintre amateur qui s'intéresse aussi à l'histoire. Maurice grandit avec une passion pour la littérature, l'histoire et la peinture et passe du temps avec son père dans les musées italiens[1].

Il pratique aussi les sports tel que l'alpinisme et la voile et parcourt la Corse et une bonne partie de l'Europe en bicyclette[1].

Il fait ses études à Paris et obtient son diplôme de médecine en 1906[2].

Élève de Bouchard, Georges Henri Roger (en), Hallopeau et Gilbert, Villaret fut interne de 1901 à 1905[3], médaillé d'or des hôpitaux (1906), médecin des hôpitaux, agrégé (1913), médecin à l’Hôpital Necker, puis professeur d'hydrologie et climatologie thérapeutiques[4] à la Faculté de médecine de Paris en 1927, puis à l'Hôpital Broussais (1937).

Travaux[modifier | modifier le code]

Il est connu pour ses études et expérimentations expliquant avec précision la localisation des lésions vasculaires du cerveau[5].

En 1917, il décrit le syndrome de Villaret (en). Ce syndrome est caractérisé par une paralysie ipsilatérale[Note 1] des nerfs crâniens IX, X, XI, XII et parfois VII. La paralysie est causée par une lésion située dans l'espace rétroparotidien postérieur[6],[7].

Il s'intéresse aussi à l'hypertension portale, aux cirrhoses et à l'ensemble des maladies du foie[8]. Avec un de ses élèves, Justin-Besançon, il publie de nombreux travaux sur l'acétylcholine[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Contribution à l’étude du syndrome d’hypertension portale (1906)
  • Le syndrome nerveux de l’espace rétro-parotidien postérieur (1916)
  • De Quelques indications thérapeutiques des eaux de Vichy (1927)
  • Effets thérapeutiques de l'acétylcholine avec Louis Justin-Besançon (1928)
  • Sur certains points de physiologie pathologique concernant les affections vasculaires périphériques avec Louis Justin-Besançon (1928)
  • Les troubles du métabolisme de l'eau chez les hépatiques (1929)
  • Sur les effets cardio-vasculaires des embolies cérébrales expérimentales avec Louis Justin-Besançon et Stanislas de Sèze (1931)
  • Clinique et thérapeutique hydroclimatiques avec Louis Justin-Besançon (1932)
  • Les cures thermales en gastro-entérologie (1933)
  • Recherches expérimentales sur quelques esters de la choline avec Louis Justin-Besançon et René Cachera (1934)
  • Le traitement des embolies pulmonaires (1938)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ipsilatéral signifie du même côté que la lésion

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Ole Daniel Enersen, « Maurice Villaret », sur Whonamedit?,‎ 2014 (consulté le 11 août 2014).
  2. Base Léonore
  3. « Villaret, Maurice, « Le Syndrome d’hypertension portale : mémoire présenté par Maurice Villaret, interne de 1901 à 1905 » », sur Calames, Catalogue des archives et des manuscrits des bibliothèques universitaires françaises (consulté le 11 août 2014).
  4. « Paris médical : la semaine du clinicien »,‎ 1937 (consulté le 1 août 2013)
  5. « Villaret, Maurice. Exposé des titres et travaux scientifiques », Masson et Cie,‎ 1927 (consulté le 1 août 2013)
  6. Maurice Villaret, « Le syndrome nerveux de l'espace rétroparotidien postérieur », Revue neurologique,‎ 6 janvier 1916 (consulté le 1 août 2013)
  7. « Chromatophorome », Vulgaris Médical
  8. « Les Maladies du foie et leur traitement, par les Drs Marcel Garnier, Pierre Lereboullet, Herscher, Maurice Villaret, Lippmann, Chiray, Ribot, Jomier, P.-Émile Weil, Paul Carnot... Préface de M. le professeur Gilbert » (consulté le 1 août 2013)
  9. Maurice Villaret, Louis Justin-Besançon, « L'acétylcholine »,‎ 1928

Liens externes[modifier | modifier le code]