Maurice Reygasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maurice Reygasse (1881-1965) est un préhistorien français. Il fut le premier conservateur du Musée de préhistoire et d'ethnographie africaine d'Alger. Il en fut aussi le fondateur car il avait fait don à l'Algérie de toutes ses collections recueillies au cours de ses années de recherche. Ces collections furent rassemblées au Bardo, un palais mauresque datant du XIIIe siècle et racheté en 1927 par le gouvernement général de l'Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Lacapelle-Marival dans le Lot, il fit ses études secondaires à Toulouse puis à Paris, à l'École des langues orientales (arabe et abyssin) puis à l'École pratique des hautes études, section des sciences historiques et philologiques.

Ses diplômes acquis, il rejoignit l'Algérie. D'abord en poste dans les Aurès à N'Gaous comme administrateur adjoint puis en 1911 à Tebessa où il fut nommé administrateur. Avec son ami Latapie, il étudia la préhistoire de la région. Ils y découvrirent quantité de matériel lithique préhistorique et publièrent dans les revues scientifiques. Maurice Reygasse fut l'inventeur des « escargotières ». Il fit de nombreuses expéditions vers Touggourt, Ouargla et à travers le Grand Erg Occidental.

En 1926, il participa avec une équipe américaine du Logan Museum et L. Chapuis, un Français spécialiste du Sahara, à la célèbre expédition dans le Hoggar qui permit la découverte du tombeau de Tin Hinan à Abalessa dont Reygasse fit la description dans un ouvrage paru en 1950 Monuments funéraires préislamiques de l'Afrique du Nord.

Maurice Reygasse mit son savoir au service de la formation. Maître de conférences à la Faculté des Lettres d'Alger, il préparait les étudiants au Diplôme d'études préhistoriques et anthropologiques. Il organisa des cycles de conférences en Algérie, en France et dans de nombreux pays étrangers. Il fut alors nommé officier de la Légion d'honneur.

Maurice Reygasse a consacré sa vie à la Préhistoire algérienne. En plus d'un quart de siècle de recherches difficiles et d'expéditions parfois périlleuses, il a rassemblé des collections qui ont fait le Musée du Bardo à Alger et qu'il a continué à classer et étudier jusqu'à ce qu'une santé ruinée par une vie aventureuse l'oblige à rentrer dans son pays natal. Il décède à Montsoué dans les Landes en 1965 auprès de son fils unique.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Maurice Reygasse, Monuments funéraires préislamiques de l'Afrique du Nord, Gouvernement Général de l'Algérie, Arts et Métiers Graphiques, Paris, 1950.
  • Maurice Reygasse, Émile-Félix Gautier, Le monument de Tin Hinan, Annales de l'Académie des sciences coloniales, t. VII, 1934.
  • Maurice Reygasse, Contribution à l'étude des gravures rupestres et inscriptions tifinar du Sahara Central, 35 planches et 13 photos, Jules Carbonel, Alger, 1932.