Maurice Glaize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Glaize.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Maurice Gleize.

Maurice Glaize (Maurice Victor Glaize), né le 26 décembre 1886 à Paris 6e et mort le 17 juillet 1964 à La Rochelle[1], fut le conservateur d'Angkor de 1936 à 1946.

Après des études d'architecture — il est diplômé architecte DPLG en 1919 à l'issue de la Première Guerre mondiale —, il exerce les fonctions d'architecte expert au Crédit Foncier, d'abord à Phnom Penh (Cambodge), puis à Saïgon (Cochinchine), entre 1928 et 1934. De 1934 au début de 1936, il est architecte au Crédit Foncier de Dakar (Sénégal). De retour à Paris, il présente sa candidature à l'École française d'Extrême-Orient (EFEO), en devient membre fin 1936 et repart au Cambodge où il exerce les fonctions de « conservateur des monuments d'Angkor » à partir d'octobre 1936. Il est titularisé à ce poste début 1937.

À Angkor, il dirige le dégagement et la restauration du Mebon oriental, du Phnom Krom et du Phnom Bok, démarre les travaux au Preah Khan, au Bayon et à Angkor Thom.

Reprenant la technique développée par Henri Marchal, il applique l'anastylose à grande échelle, notamment pour le Banteay Samre, le Neak Pean et le Bakong.

Il quitte définitivement le Cambodge en 1946 pour participer, après un an de congé, à la reconstruction de La Rochelle.

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

Outre de nombreux articles dans les publications de l'EFEO, Maurice Glaize est connu du grand public par son guide Les Monuments du groupe d'Angkor dont la première édition date de 1944. Il reste une référence pour les visiteurs des monuments d'Angkor. Cet ouvrage a été réédité en 1948, 1963 et 1993, puis réimprimé à plusieurs reprises depuis cette date.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, acte de naissance n° 6/3560/1886 (acte du 28 décembre précisant « né le 26 courant ») ; avec mention marginale du décès. Autre mention : mariage en 1914 avec Louise Carlier.

Liens externes[modifier | modifier le code]