Maurice Frot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frot.
de gauche à droite Maurice Frot, Paul Castanier, Alain Meilland lors de l'enregistrement du disque Meilland chante Frot Castanier

Maurice Frot, né à Decazeville en 1928 et mort le 7 septembre 2004, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'engage à dix-sept ans dans l'armée de l'air et participe à la Guerre d'Indochine, qui va le marquer durablement. Alors qu'il est chef des ventes dans une entreprise de contreplaqué, cet individualiste libertaire fait la rencontre en 1956 de Léo Ferré et devient son ami.

Il aide le chanteur dans ses travaux d'imprimerie amateur et illustre de nombreux petits formats que Ferré met lui-même en vente. Encouragé par ce dernier, il se lance dans l'écriture de son premier roman : Le Roi des rats, où il raconte l'expérience indochinoise qui le hante. Ferré en signe la préface[1].

En 1968, il devient le secrétaire et le régisseur du poète, le suivant dans toutes ses tournées, dont certaines sont mouvementées au point qu'il doive faire lui-même le garde du corps. Frot se brouille avec Ferré en 1973. Les deux hommes se reverront épisodiquement dans les années 80 ; il reviendra vers Ferré à la fin de sa vie.

Il organise des galas de soutien pour Libération, Politique Hebdo, le PSU ou Amnesty International. Il collabore le temps d'une pièce de théâtre et de deux disques avec Paul Castanier, l'ex-pianiste de Ferré parti en même temps que lui (Meilland chante Frot Castanier, puis Mangiamerda en 1976) et il monte, parfois en prison, des spectacles-chansons avec Alain Meilland, chanteur et figure de la vie culturelle locale à Bourges. C'est avec ce dernier et Daniel Colling qu'il crée en 1977 le Printemps de Bourges.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Roi des rats, Gallimard, 1965
  • Nibergue, Gallimard, 1969
  • "Trois + Une" (1976) illustrations Aline Chertier (éditions AZERGUES)
  • Le Dernier Mandrin, coécrit avec le truand Jean-Baptiste Buisson, Grasset, 1977
  • Le Tombeau des jaloux, Fil d'Ariane, 2000
  • Je n'suis pas Léo Ferré, Fil d'Ariane, 2001, réédité en 2008 sous le titre Léo Ferré, comme si j'vous disais

Théâtre et spectacles de chansons[modifier | modifier le code]

  • Le Vide-ordures, coécrit avec Paul Castanier (éditions P. J. Oswald, janvier 1975), créé à Marseille au Théâtre Toursky en 1975, mise en scène de Frank Andron.
  • Les Travailleurs de la nuit (1978), coécrit avec Alain Meilland et créé au Printemps de Bourges 1978
  • L'Arlequin, l'Ordinateur et le Petit Lapin (1979), coécrit avec Alain Meilland et créé au Printemps de Bourges 1979

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Celle-ci, au même titre que toutes les préfaces écrites par Ferré au fil du temps pour divers artistes, est présente dans l'anthologie Les Chants de la fureur, Gallimard-La Mémoire et la Mer, 2013.