Maurice Estève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maurice Estève est un peintre français, né le à Culan (Cher), mort dans la même ville, le .

Estève est l'un des peintres majeurs de la nouvelle école de Paris. Excellent coloriste, son style se caractérise par un entrelacement de formes dont les qualités naturelles, voire organiques témoignent d'une grande poésie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Estève passe son enfance à Culan auprès de ses grands parents. Il les rejoint en 1913 à Paris, où il découvre le musée du Louvre. Il est particulièrement impressionné par la Bataille de San Romano de Paolo Ucello, mais aussi par Courbet, Delacroix ou Chardin.

Revenu à Culan pour l'été, il y reste durant les années de guerre, et commence à peindre dès 1915. Il vit de nouveau à Paris à partir de 1918. Apprenti chez un typographe puis dans un atelier de dessin de mobilier moderne, il suit des cours du soir de dessin, découvre en 1919 la peinture de Cézanne puis, rencontrant l'opposition inquiète de son père à sa vocation, dirige en 1923 à Barcelone, pendant un an, un atelier de dessin de châles et de tissus.

De retour à Paris Estève fréquente à Montparnasse l'atelier libre de l'académie Colarossi. Marqué jusque-là par la peinture des Primitifs et l'œuvre de Cézanne, il subit passagèrement en 1927 l'influence du surréalisme, notamment de Giorgio de Chirico. Il présente sa première exposition particulière en 1930 avant de s'intéresser au cinéma et à la mise en scène.

Bouleversé par les évènements de la guerre civile en Espagne, il traverse en 1936 une brève période expressionniste. Sur le conseil de Braque, il lui est demandé en 1936 d'exposer à Stockholm avec Matisse, Picasso, Juan Gris et Fernand Léger. Il participe l'année suivante à la réalisation des décorations murales de Robert et Sonia Delaunay pour les pavillons de l'Aviation et des Chemins de Fer à l'Exposition universelle de Paris.

Douze peintres d'aujourd'hui, Paris, Galerie de France, 1943

Mobilisé jusqu'en août 1940, il expose plusieurs fois en 1942 et, à la Galerie de France en 1943 aux côtés de Bazaine, Gischia, Le Moal, Manessier, Pignon et Singier.

Estève accepte un contrat d'exclusivité, de 1942 à 1949, avec la galerie Louis Carré qui réalise en 1945 une importante exposition « Bazaine, Estève, Lapicque », respectivement préfacés par André Frénaud, Jean Lescure et Jean Tardieu. Il commence alors à exposer régulièrement à l'étranger, notamment en Scandinavie. En 1947 la série de ses toiles autour des Métiers le fait passer d'une stylisation formelle à une peinture non figurative affranchie de tout réalisme, fortement structurée et intensément colorée, dont il apparaît dans les décennies suivantes l'un des représentants essentiels. Il réalise en 1949 une première lithographie pour La plaie ne se ferme pas, recueil de poèmes de Jean Lescure publié par les éditions Charlot.

En marge de ses expositions de peintures à la galerie Carré, à la galerie Villand et Galanis puis à la galerie Claude Bernard, Estève qui travaille régulièrement durant l'été à Culan, réalise par la suite de nombreuses lithographies, pratique régulièrement l'aquarelle mais aussi le fusain, le monotype, le collage. Il conçoit également les vitraux de l'église de Berlincourt, dans le Jura suisse (1957) et des cartons de tapisseries. Il reçoit en 1970 le grand prix national des arts. À partir de 1981 sont organisées plusieurs rétrospectives de son œuvre.

Signature d'Estève

La ville de Bourges décide de présenter l'ensemble des œuvres (plus d'une centaine) dont le peintre lui fait donation en 1985 dans l'hôtel des Échevins, restauré avec le concours des monuments historiques et la direction des musées de France pour devenir le musée Estève, inauguré en 1987. Deux autres donations complètent ses collections, en 1989 et, pour le 10e anniversaire du musée, en 1997.

Estève s'installe définitivement à Culan en 1995 et y restera jusqu'à sa mort.

Estève fait partie des peintres réunis pour l'exposition « L'Envolée lyrique, Paris 1945-1956 », présentée au musée du Luxembourg (Sénat) en 2006 (Ardentes en Berry, 1949 ; Intérieur de Juillet, 1950, du musée national d'art moderne ; Orly, 1952) [catalogue : ISBN 8876246797].

Hommage (philatélie)[modifier | modifier le code]

Un timbre reproduisant l'une des œuvres d'Estève, Skibet (1979), est émis par les Postes françaises en 1986 (valeur de 5 F).

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Pierre Francastel, Estève, Paris, Éditions Galanis, Paris, 1956
  • Frank Elgar, Estève, Dessins, Éditions Galanis, Paris, 1960
  • Joseph-Emile Muller, Estève, Paris, Fernand Hazan, 1961
  • Joseph-Emile Muller, Estève, Paris, Fernand Hazan, 1974
  • Hommage à Estève (numéro spécial de la revue XXe siècle), Paris, Édition Société internationale d'art du XXe siècle, 1975
  • Estève, (Galerie nationales du Grand Palais, Paris, 1986-1987), Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1986
  • Monique Prudhomme-Estève, Collection du Musée Estève, Bourges, Éditions des musées de la ville de Bourges, 1990
  • Lydia Harambourg, Maurice Estève, dans L'École de Paris 1945-1965, Dictionnaire des peintres, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1993 (ISBN 2825800481)
  • Monique Prudhomme-Estève et Robert Maillard, Catalogue raisonné de l'œuvre peint de Maurice Estève, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1995, 498 p. (ISBN 82580000)
  • Robert Maillard, Maurice Estève, Neuchâtel, Éditions Ides et Calendes, 1995, 96 p. (ISBN 2825800759)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]