Maurice Emmanuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maurice Emmanuel

Description de cette image, également commentée ci-après

Maurice Emmanuel dans les années 30

Naissance 2 mai 1862
Bar-sur-Aube, Drapeau de la France France
Décès 14 décembre 1938 (à 76 ans)
Paris, France
Activité principale compositeur
Maîtres Léo Delibes, Ernest Guiraud
Élèves Olivier Messiaen, Henri Dutilleux, Georges Migot, Yvonne Lefébure, Robert Casadesus

Maurice Emmanuel, né à Bar-sur-Aube le 2 mai 1862, mort à Paris le 14 décembre 1938, est un compositeur et musicologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il passe son enfance en Bourgogne à Beaune (Côte-d'Or) où ses parents s'installent à partir de 1867. C'est là qu'il découvre les chants folkloriques des vignerons.

En 1880, il entre au Conservatoire de Paris où il est l'élève de Théodore Dubois (harmonie), Louis-Albert Bourgault-Ducoudray (histoire de la musique) et Léo Delibes (composition). Ce dernier s'oppose à ses innovations musicales, en particulier l'utilisation des anciens modes grecs et médiévaux. Il juge la sonate pour violoncelle et piano, op.2 de son élève, en ces termes : « Mon garçon, tant que vous écrirez de cette musique-là, vous pourrez rester chez vous ! » et lui barre l'accès au grand Prix de Rome. Dépité, le jeune compositeur continue de prendre des leçons auprès d'Ernest Guiraud. C'est ainsi qu'il rencontre le jeune Debussy, en faveur duquel il apportera plus tard un témoignage intéressant.

Il poursuit parallèlement des études supérieures à la Sorbonne : il obtient sa licence ès lettres en 1886) et soutient en 1896 une thèse de doctorat sur l'Orchestique grecque et l'éducation du danseur grec. À l'École du Louvre il travaille avec François-Auguste Gevaert. De 1904 à 1907, il est Maître de chapelle à l'église Sainte-Clotilde. En 1907, il est nommé professeur d'histoire de la musique au Conservatoire de Paris, poste qu'il occupera jusqu'en 1936.

Robert Casadesus, Yvonne Lefébure, Georges Migot, Jacques Chailley, Olivier Messiaen, Henri Dutilleux, Jean Rivier figurent au nombre de ses élèves.

Mais cette carrière d'érudit a quelque peu masqué celle du musicien dont les œuvres sont peu jouées et appréciées à leur juste valeur, jusqu'à la création en 1929 à l'Opéra de Paris de sa tragédie lyrique Salamine , d'après Les Perses d'Eschyle, qui obtient un certain succès et qui lui vaut sa nomination comme chevalier de la Légion d'honneur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Relativement peu abondante (73 opus composés dont seulement 30 ont été conservés), l'œuvre d'Emmanuel est d'une grande qualité. Elle a su conserver son originalité sans subir l'influence de l'impressionnisme dominant du début du siècle. Ses premières compositions, en particulier la première sonatine pour piano (1893) témoignent déjà de l'affranchissement de son style au debussysme. La sonate pour clarinette, flûte et piano de 1907 est très caractéristique de l'art d'Emmanuel : de facture néoclassique, l'œuvre assimile subtilement sa connaissance des rythmes de l'Antiquité comme celle de l'instrumentation populaire du XIXe siècle, ses deux sujets de prédilection.

Musique instrumentale[modifier | modifier le code]

Musique pour orchestre[modifier | modifier le code]

Musique sacrée[modifier | modifier le code]

  • O filii, op.9, pour soli, chœur et orgue (1905)
  • Trois pièces pour orgue ou harmonium, op.14 (1892-1911)

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • In memoriam, op.12 pour chant, violon, violoncelle et piano (1908)
  • 3 Odelettes anacréontiques, op.13, pour chant, flûte et piano (1911)
  • 30 Chansons bourguignonnes, op.15, pour voix soliste ou chœur et piano (1913)
  • Musiques, op.17, 12 mélodies pour chant et piano (1908)
  • Vocalise (dite "alla siciliana"), op.24 pour chant et piano (1926)
  • Deux Noëls populaires, op.27, pour chœur, viole de gambe (ou violoncelle) et piano (1935) :
    • "Pierrot va qu'ri ton chalumiau" (noël breton)
    • "Saint-Joseph avec Marie" (noël provençal)

Musique de scène[modifier | modifier le code]

  • Pierrot peintre, op.1 (pantomime) sur un livret de Félix Régamey (1886)
  • Prométhée enchaîné, op.16, tragédie lyrique d'après Eschyle (1916-18)
  • Salamine, op.21, tragédie lyrique d'après Eschyle (1921-23, 1927-28)
  • Amphitryon, op.29, comédie musicale d'après Plaute (1936)

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Essai sur l'orchestique grecque, Paris, 1895
  • Histoire de la langue musicale, 2 vol.,Paris, 1911
  • Traité de l'accompagnement modal des psaumes, Lyon, 1913
  • Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, Paris, 1926
  • César Franck, Paris, 1930
  • Anton Reicha, Paris, 1936

Maurice Emmanuel, auteur de nombreux articles de revues, a participé à l'édition des Œuvres complètes de Jean-Philippe Rameau. Il en a rédigé les commentaires des volumes XVII et XVIII, Paris, Durand, 1913

Esquisses[modifier | modifier le code]

En 1896, ce sont ses propres esquisses qui illustrent sa thèse sur l'Orchestique grecque. Sa vie durant, il continuera de dessiner : ses encres de Chine sont conservées dans la Collection Anne Eichner-Emmanuel avec le concours de l'Association des Amis de Maurice Emmanuel[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Emmanuel. Dans Marc Honegger (dir.), « Dictionnaire de la Musique, Les hommes et leurs œuvres  », Bordas, Paris 1986
  • Christophe Corbier, Maurice Emmanuel, « horizons », bleu nuit éditeur, Paris 2007, 176 p., (ISBN 2-913575-79-X)
  • Maurice Emmanuel, compositeur français, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) sous la direction de Sylvie Douche, Editions Bärenreiter à Prague (ISBN 978-80-96385-34-1[à vérifier : isbn invalide])
  • Christophe Corbier, Poésie, musique et danse : Maurice Emmanuel et l'hellénisme, Classiques GARNIER, coll. Perspectives comparatistes, Paris 2011, 700 p. (ISBN 978-2-8124-0201-2)
  • AMPHITRYON de Maurice Emmanuel, Musique de scène d'après Plaute, Sylvie Douche (dir.), PUPS Paris 2012, 396 p. (ISBN 978-2-84050-825-0)
  • Correspondances inédites à des musiciens français 1914 - 1918, Sylvie Douche, L'HARMATTAN Paris 2012, Collection Mémoires du XXe siècle, 306 p. (ISBN 978-2-296-99688-5) = lettres de guerre adressées à Maurice Emmanuel, André Caplet, Blanche Selva et Gustave Charpentier.
  • Bulletins des Amis de Maurice Emmanuel : six sont parus en 2005, 2006, 2007, 2008, 2009 et 2011, ISSN 1773-9519.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue de l'exposition En musique. Antony, Espace Bourdeau, 6 juin-22 juillet 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]