Maurice Darmon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Darmon.

Maurice Darmon, né à Tunis en 1943, est un écrivain de langue française, traducteur de l'italien, en particulier des écrivains siciliens modernes et contemporains. Il a également fondé et dirigé la revue Le Cheval de Troie, quatorze livraisons parues de 1990 à 1996. Il anime depuis mars 2007 le site Ralentir travaux.

Romans[modifier | modifier le code]

  • D’Atlantique et d’Italie, Le Tout sur le tout, 1988[1].
  • Le Boiteux, Deyrolle, 1994[2].
  • Faux en Écritures, Deyrolle, 1996.

Essais sur le cinéma[modifier | modifier le code]

  • Pour John Cassavetes, Le Temps qu'il fait, 2011.
  • La question juive de Jean-Luc Godard / Filmer après Auschwitz, Le Temps qu'il fait, 2011.
  • Frederick Wiseman. Chroniques américaines, Presses Universitaires de Rennes, collection Le Spectaculaire / Cinéma, mai 2013, 410 pages.
  • Adieu au langage / JLG / DDD, 202 éditions, 54 pages, décembre 2014. ISBN 979-10-94375-00-6.

Principales traductions[modifier | modifier le code]

  • Sebastiano Addamo : Le Jugement du soir, Jacqueline Chambon, 1991.
  • Ugo Attardi : La Révolution Française, une idée pour une grande sculpture, suivi de Vincenzo Consolo: Part un vaisseau, Catalogue de l’exposition Le Vaisseau de la Révolution, à Paris, septembre 1989, Carte segrete, Rome 1989.
  • Massimo Bontempelli : La Vie intense, Gallimard, 1990. — Dans la fournaise du temps, Gallimard, 1991.
  • Riccardo Calimani : Histoire de l’errance juive, Diderot, 1996; Denoël, 2003.
  • Vincenzo Consolo : La Blessure d’avril, Le Promeneur, 1990. — Les Pierres de Pantalica, Le Promeneur, 1990.
  • Emmanuele Navarro della Miraglia : "Stendhal", in "Stendhal et la Sicile", Maurice Nadeau/Lettres Nouvelles, 1985.
  • Luigi Pirandello : Le Tour de rôle (ou Chacun son tour), L’Horizon chimérique, 1989.
  • Sergio Quinzio : Racines hébraïques du monde moderne, Balland, 1992.
  • Giancarlo Roscioni : La Disharmonie préétablie (Essai sur Gadda), Le Seuil, 1993.
  • Leonardo Sciascia : Stendhal et la Sicile, Maurice Nadeau/Lettres Nouvelles, 1985. — Œil de chèvre, Fayard, 1986. — Monsieur le Député, suivi de Les Mafieux, Fayard, 1987. — Pirandello de A à Z, Maurice Nadeau/Lettres Nouvelles, 1988. — Faits divers d’histoire littéraire et civile, Fayard, 1991. — Heures d’Espagne, Fayard, 1992. — En future mémoire, Fayard, 1993.
  • Giuseppe Tomasi di Lampedusa : Leçons sur Stendhal, in "Stendhal et la Sicile", Maurice Nadeau/Lettres Nouvelles, 1985.
  • Giovanni Verga : Les Malavoglia, Gallimard, 1988. — Le Tour de rôle, L’Horizon chimérique, 1989 — Mastro-don Gesualdo, Gallimard, 1991. — La Soufrière, L’Horizon chimérique, 1991. — Don Candeloro et Cie, Actes-Sud, 1994. — Roses caduques, Comédie de Caen à Hérouville-Saint-Clair, alors sous la direction de Michel Dubois, 1992, texte de scène (hors commerce).
  • Eugenio Vitarelli : Acqualadrone, P.O.L, 1991.
Études autour de ces travaux.

Deux travaux universitaires ont été consacrés à la traduction citée ci-dessus du roman de Giovanni Verga Les Malavoglia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Travail sincère et méticuleux qui donne à lire plus une musique qu'une confession (Xavier Rosan, Magazine littéraire, no 270, octobre 1989, p. 86).
  2. Un petit livre d’une rare qualité littéraire, servi par une édition très soignée, sur le désir de s’élever au-dessus des choses et de traverser les mers mais aussi sur le fil qui nous relie à la barque d’une femme et qui, peut-être, nous empêche de nous noyer. ''Matricule des Anges, no 7, avril-juin 1994. — Une allégorie de boiteux constructeur, forgeron, à l'imitation d'Héphaïstos, dans un roman bref mais pénétrant. Jean-Pierre A. Bernard, De quelques représentations du boiteux, in Le Handicap en images, 2003, Érès éditeur.

Liens externes[modifier | modifier le code]