Maurice Darmon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Darmon.

Maurice Darmon, né à Tunis en 1943, est un écrivain de langue française, traducteur de l'italien, en particulier des écrivains siciliens modernes et contemporains. Il a également fondé et dirigé la revue Le Cheval de Troie, quatorze livraisons parues de 1990 à 1996. Il anime depuis mars 2007 le site Ralentir travaux.

Romans[modifier | modifier le code]

  • D’Atlantique et d’Italie, Le Tout sur le tout, 1988[1].
  • Le Boiteux, Deyrolle, 1994[2].
  • Faux en Écritures, Deyrolle, 1996.

Essais sur le cinéma[modifier | modifier le code]

  • Pour John Cassavetes, Le Temps qu'il fait, 2011.
  • La question juive de Jean-Luc Godard / Filmer après Auschwitz, Le Temps qu'il fait, 2011.
  • Frederick Wiseman. Chroniques américaines, Presses Universitaires de Rennes, collection Le Spectaculaire / Cinéma, mai 2013, 410 pages.

Principales traductions[modifier | modifier le code]

  • Sebastiano Addamo : Le Jugement du soir, Jacqueline Chambon, 1991.
  • Ugo Attardi : La Révolution Française, une idée pour une grande sculpture, suivi de Vincenzo Consolo: Part un vaisseau, Catalogue de l’exposition Le Vaisseau de la Révolution, à Paris, septembre 1989, Carte segrete, Rome 1989.
  • Massimo Bontempelli : La Vie intense, Gallimard, 1990. — Dans la fournaise du temps, Gallimard, 1991.
  • Riccardo Calimani : Histoire de l’errance juive, Diderot, 1996; Denoël, 2003.
  • Vincenzo Consolo : La Blessure d’avril, Le Promeneur, 1990. — Les Pierres de Pantalica, Le Promeneur, 1990.
  • Emmanuele Navarro della Miraglia : "Stendhal", in "Stendhal et la Sicile", Maurice Nadeau/Lettres Nouvelles, 1985.
  • Luigi Pirandello : Le Tour de rôle (ou Chacun son tour), L’Horizon chimérique, 1989.
  • Sergio Quinzio : Racines hébraïques du monde moderne, Balland, 1992.
  • Giancarlo Roscioni : La Disharmonie préétablie (Essai sur Gadda), Le Seuil, 1993.
  • Leonardo Sciascia : Stendhal et la Sicile, Maurice Nadeau/Lettres Nouvelles, 1985. — Œil de chèvre, Fayard, 1986. — Monsieur le Député, suivi de Les Mafieux, Fayard, 1987. — Pirandello de A à Z, Maurice Nadeau/Lettres Nouvelles, 1988. — Faits divers d’histoire littéraire et civile, Fayard, 1991. — Heures d’Espagne, Fayard, 1992. — En future mémoire, Fayard, 1993.
  • Giuseppe Tomasi di Lampedusa : Leçons sur Stendhal, in "Stendhal et la Sicile", Maurice Nadeau/Lettres Nouvelles, 1985.
  • Giovanni Verga : Les Malavoglia, Gallimard, 1988. — Le Tour de rôle, L’Horizon chimérique, 1989 — Mastro-don Gesualdo, Gallimard, 1991. — La Soufrière, L’Horizon chimérique, 1991. — Don Candeloro et Cie, Actes-Sud, 1994. — Roses caduques, Comédie de Caen à Hérouville-Saint-Clair, alors sous la direction de Michel Dubois, 1992, texte de scène (hors commerce).
  • Eugenio Vitarelli : Acqualadrone, P.O.L, 1991.
Études autour de ces travaux.

Deux travaux universitaires ont été consacrés à la traduction citée ci-dessus du roman de Giovanni Verga Les Malavoglia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Travail sincère et méticuleux qui donne à lire plus une musique qu'une confession (Xavier Rosan, Magazine littéraire, n° 270, octobre 1989, p. 86).
  2. Un petit livre d’une rare qualité littéraire, servi par une édition très soignée, sur le désir de s’élever au-dessus des choses et de traverser les mers mais aussi sur le fil qui nous relie à la barque d’une femme et qui, peut-être, nous empêche de nous noyer. ''Matricule des Anges, n° 7, avril-juin 1994. — Une allégorie de boiteux constructeur, forgeron, à l'imitation d'Héphaïstos, dans un roman bref mais pénétrant. Jean-Pierre A. Bernard, De quelques représentations du boiteux, in Le Handicap en images, 2003, Érès éditeur.

Lien externe[modifier | modifier le code]