Maurice Bandaman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maurice Bandaman né le 19 avril 1962 à Toumodi (Côte d'Ivoire) est un écrivain, romancier, dramaturge et homme politique ivoirien[1].

Il a été lauréat du Grand prix littéraire d'Afrique noire en 1993. De 2000 à 2004, il est Président de l’Association des écrivains de Côte d’Ivoire (AECI). En mai 2011, Maurice Bandaman entre dans le gouvernement de Guillaume Soro en qualité de ministre de la Culture et de la Francophonie. Le 13 mars 2012, il est reconduit au même poste, dans le gouvernement de Jeannot Kouadio-Ahoussou.

Son œuvre a fait l'objet d'une étude globale de Pierre N'Da : Écriture romanesque de Maurice Bandaman, ou la quête d'une esthétique africaine moderne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans
  • Une femme pour une médaille, recueil de nouvelles
  • Même au Paradis, on pleure quelquefois (2000)
  • La bible et le fusil
  • Le fils de la femme-mâle
  • L'amour est toujours ailleurs
  • Côte d'Ivoire: chronique d'une guerre annoncée"
Pièces de théâtre
  • La Terre qui pleure (finaliste du concours RFI en 1998)
  • Au nom de la terre"
Poésie
  • Nouvelles chansons d'amour"
Littérature enfantine
  • Sikagnima, la fille aux larmes d'or

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa biographie personnelle http://www.mauricebandaman.org/biographie.php

Liens externes[modifier | modifier le code]