Maureen Cox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maureen Cox Starkey (4 août 194630 décembre 1994) fut la première épouse du batteur Ringo Starr. Ils se marièrent en 1965 et divorcèrent en 1975. Le couple a eu trois enfants, Zak, Jason et Lee Starkey (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Mary Cox, née le 4 août 1946 à Liverpool est la fille de Joseph Cox et Florence Barrett. Elle quitte l'école à seize ans et change son prénom pour Maureen quand elle débute sa carrière de coiffeuse à Liverpool. Elle est aussi appelée "Mitch" par ses amis. Après avoir fréquenté Johnny Guitar du groupe Rory Storm and the Hurricanes qui se produit au Cavern Club et dont le batteur est Ringo Starr, elle rencontre et fréquente ce dernier en 1962 peu de temps après qu'il soit devenu le nouveau batteur des Beatles. Leur relation ne dure pas. En 1964 à l'occasion d'une visite qu'elle fait à l'hôpital où Ringo a subi une opération ils reprennent une liaison. Elle l'épouse le 11 février 1965 et divorce de ce dernier en juillet 1975. Elle rencontre en 1980 Isaac Tigrett créateur du Hard Rock Cafe et du House of Blues[1].

C'est alors que Cynthia Lennon, l'ex-femme de Lennon, se trouve chez Maureen, à Londres, qu'elle reçoit un appel téléphonique de Ringo Starr[2] deux heures après l’assassinat de Lennon à New York[3].

Elle se marie le 27 mai 1989, à Monaco avec Isaac Tigrett. Ils auront ensemble une fille Augusta King Tigrett, née le 4 janvier 1987, à Dallas, Texas[4].

Maureen Cox Starkey Tigrett décède le 30 décembre 1994, suite aux complications de sa leucémie[5]. Elle est soignée à l'institut de recherche contre le cancer Fred Hutchinson" de Seattle, dans l'État de Washington[6]. Elle avait reçu peu avant une greffe de moelle osseuse ainsi que des perfusions de globules rouges et de plaquettes sanguines dont le donneur était son fils Zak[5]. Ses quatre enfants, sa mère Florence, son mari Tigrett, et son ex-mari Ringo Starr étaient à son chevet quand elle décède[7].

Après sa mort, Paul McCartney écrit "Little Willow" en sa mémoire[8]. Cette chanson apparaît sur l'album Flaming Pie en 1997, avec une dédicace à ses enfants[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Andrew Buncombe, « Hard Rock Cafe: The tribe that bought a billion dollar business », The Independent, London,‎ 8 December 2006 (lire en ligne)
  2. (en) Keith Badman, The Beatles Diary, vol. 2 : After The Break-Up 1970-2001, Omnibus Press,‎ 2001 (ISBN 978-0-711-97520-0), p. 275
  3. (en) Jacqueline Edmondson, John Lennon: A Biography, Greenwood Publishing Group,‎ 2010 (ISBN 978-0-313-37938-3, lire en ligne), p. 173
  4. (en) « Official Biography: Isaac Burton Tigrett », Isaac Tigrett. (consulté le 23 April 2011)
  5. a et b (en) « Drummer's Girl », People (magazine),‎ 16 janvier 1995 (consulté le 23 April 2011)
  6. (en) « Obituaries - Former Wife Of Ringo Starr Dies In Seattle », Seattle Times Newspaper,‎ 1er janvier 1995 (lire en ligne)
  7. (en) Tim Walker, « A hard day's wife - The fab four wives' club », The Independent, Londres,‎ 22 mars 2008 (lire en ligne)
  8. (en) Bill Harry, The Ringo Starr encyclopedia, Virgin Books,‎ 2004 (ISBN 978-0-753-50843-5), p. 236
  9. (en) « Paul McCartney: The Extraordinary Activist, Part 2 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Kim W. Stallwood and Jill Howard Church, April 30, 1999, consulté le 2011-02-06

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]