Maure (papillon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Maure, Mormo maura, est un insecte lépidoptère de la famille des Noctuidae, de la sous-famille des Xyleninae.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le nom Mormo maura lui a été donné par Linné en 1758.

Synonymes : Phalaena maura Linnaeus, 1758 ; Phalaena lemur Meinecke, 1775 [1]; Mormo cypriaca Hacker, 1996[2]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

La Maure se nomme Old Lady Moth en anglais et Schwarzes Ordensband en allemand[1].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un assez grand papillon de 50 à 65 mm d'envergure, aux ailes antérieures marbrées, de couleur variant du gris-brun au noir.

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille peut atteindre 70 mm de long ; elle est de couleur ocre ou d'un gris-brunâtre clair[3].

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Il vole en une génération entre juin et septembre selon la localisation.

C'est la chenille qui hiverne ; nocturne, elle se cache dans la terre durant la journée et c'est aussi dans la terre qu'elle se nymphose fin juin pour émerger en juillet-août[4].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

La chenille est très polyphage[1]. Eclose en septembre, elle se nourrit d'abord aux dépens de plantes basses (Rumex, Senecio, Taraxacum); après hibernation, elle consomme les feuilles d'arbres et arbustes (Salix, Alnus, Crataegus, Prunus spinosa...).

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Ce papillon est présent dans la majeure partie de l'Europe, (sauf les régions les plus nordiques), en Afrique du Nord (Maroc, Tunisie), en Turquie et au Moyen-Orient en Israël, Jordanie, Liban, Syrie, Arménie, Irak, Iran, Turkestan.

Il est présent dans la majorité des départements de France métropolitaine[5],[6].

Biotope[modifier | modifier le code]

Il réside dans les haies, les jardins et les forêts claires[7]. Lucifuge, ce papillon apprécie les lieux sombres et humides : dessous des ponts, caves, etc[8].

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c funet
  2. INPN taxonomie
  3. D. J. Carter et B. Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Paris, Delachaux et Niestlé, février 2005, 311 p. (ISBN 978-2-603-00639-9), p. 253
  4. rade de Brest, site dédié
  5. lepinet
  6. INPN répartition
  7. papillons du Poitou-Charentes
  8. Collectif d'entomologistes amateurs, Guide des papillons nocturnes de France, Paris, Delachaux et Niestlé,‎ 2007, 288 p. (ISBN 978-2-603-01429-5), p. 126 n° 1188

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]