Maugis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Maugis (évêque d'Avranches).
Maugis dérobant des objets de valeur à Charlemagne.

Maugis est un enchanteur et un larron de la légende des quatre fils Aymon, cousin de Renaud de Montauban et de ses frères. Dans la Chanson de Maugis d'Aigremont, il conquiert le cheval Bayard et l'épée Floberge afin de les donner à Renaud. Il joue un rôle important dans la Chanson des quatre fils Aymon, en se jouant plusieurs fois de l'empereur Charlemagne. Il termine sa vie en ermite, dans les Ardennes.

Chanson de Maugis d'Aigremont[modifier | modifier le code]

Maugis combattant le serpent et gagnant le cheval enchanté, huile sur toile par Loyset Liédet.

Le premier chapitre de la Chanson de Maugis d'Aigremont raconte que l'enchanteur, fils de Beuves d'Aigremont, est enlevé par un païen nommé Sorgalant, et retrouvé par la fée Oriande, qui l'élève ensuite dans le château de Rocheflor, près de Mongibel, au nord de la Sicile. Elle lui impose une épreuve pour acquérir son statut de chevalier et son pouvoir d'enchanteur, qui est de « conquérir le cheval Bayard », alors prisonnier sur l'île volcanique de Bocan (vraisemblablement l'une des îles Lipari, au nord de la Sicile)[1]. Maugis se rend sur l'île, déguisé en Diable pour ne pas se faire repérer, et trouve après un long périple le cheval Bayard attaché à quatre piliers avec des chaînes d'argent, guidé par les hennissements de celui-ci. Bayard est d'abord effrayé par le déguisement diabolique de l'enchanteur, mais quand ce dernier ôte son costume et reprend son « bliaud outremer », Bayard s'agenouille devant lui, le reconnaissant comme son maître. Maugis le chevauche jusqu'à Rocheflor, où il s'empare de l'épée Floberge. À la fin, Bayard tue par accident l'un des compagnons de Maugis, et ce dernier remet le cheval et l'épée Floberge à son cousin, le fils du duc Aymon. Le texte rejoint ici la chanson de Renaud de Montauban[2].

L'une des questions soulevées par la version de l'origine de Bayard fournie par le Maugis d'Aigremont est de savoir pourquoi un animal au rôle aussi bénéfique que Bayard est engendré par deux monstres qui le relient aux forces infernales. Il semblerait que l'auteur du Maugis ait préféré faire ressortir l'exploit héroïque du jeune enchanteur que la nature foncièrement bénéfique de Bayard dans son texte[3].

Chanson des quatre fils Aymon[modifier | modifier le code]

Dans la légende des Quatre fils Aymon, ceux-ci, fuyant leur père, se retrouvèrent bloqués par la Meuse. Ils purent s'enfuir grâce à l'aide de l'enchanteur Maugis qui établit un pont en cet endroit. Cet événement aurait donné son nom à ce lieu puis au village qui s'y trouve : Noyers-Pont-Maugis, bien qu'en réalité ce toponyme soit plus vraisemblablement lié à un personnage local nommé Maugis, anthroponyme bien attesté (cf. Maugis, évêque d'Avranches) et que l'on retrouve dans d'autres toponymes comme Boissy-Maugis (Orne) et Maison-Maugis (Orne).

Le site de l’Hermitage, près de Bogny-sur-Meuse, est une curiosité géologique, trace d’un ancien rivage maritime. Maugis serait venu y faire pénitence et y vivre durant quelques années avant d'y mourir, d'où le nom de l’Hermitage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Piron 1981, p. 167
  2. Piron 1981, p. 168
  3. Philippe Verelst, Le personnage de Maugis dans l'épopée médiévale, mémoire de philologie romane, université de Gand, 1972, p. 200. Cité dans Piron 1981, p. 168

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Verelst, « Le personnage de Maugis dans Renaut de Montauban (versions rimées traditionnelles) », dans Romanica Gandensia, vol. 18,‎ 1981, p. 73-152.
  • Philippe Verelst, Le personnage de Maugis dans l'épopée médiévale, mémoire de philologie romane, université de Gand, 1972
  • Maurice Piron, « Le cheval Bayard, monture des Quatre fils Aymon, et son origine dans la tradition littéraire manuscrite », dans Romanica Gandensia, vol. 18,‎ 1981, 153-170 p. (résumé)
  • Anne Berthelot, « Maugis d'Aigremont, magicien ou amuseur public » dans Annales littéraires de l'Université de Besançon, Burlesque et dérision dans les épopées de l'Occident médiéval: actes du Colloque international des Rencontres européennes de Strasbourg et de la Société internationale Rencesvals (Section française), Strasbourg, 16-18 septembre 1993, Presses Univ. Franche-Comté, 1995, (ISBN 9782251605586) [lire en ligne]