Maudits Français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

« Maudits Français ! » est une expression québécoise qui, selon son contexte d'utilisation, peut être considérée comme une injure ou comme une plaisanterie affectueuse, dite sans méchanceté.

Le mot « maudit »[modifier | modifier le code]

La difficulté pour un Français de recevoir une expression comme « Maudit Français » vient sans doute du sens du mot « maudit » différent en français commun et en français québécois.

Dans tous les dictionnaires, le mot « maudit » à une connotation négative et se définit généralement ainsi : qui est repoussé par la société ; dont on a à se plaindre ; détestable, exécrable, haïssable, rejeté, damné, fichu, sale, satané.

En français québécois, dans le langage familier, le mot « maudit » est soit péjoratif, soit nettement favorable. Dans ce dernier cas, il sert d'épithète, comme les mots « sacré » ou « bougre de » ou « espèce de[1] », prenant un sens positif, selon le contexte, pour signifier : Coquin[2], drôle, gaillard, accommodant, sorte de, manière.

« Maudits Français » est donc utilisé dans les deux sens, dépendant du contexte, quoique souvent de façon amicale[3].

Hypothèses sur l'origine de cette expression[modifier | modifier le code]

L'expression « Maudit Français » au singulier comme au pluriel, trouve peut-être son origine dans le sentiment d'abandon ressenti par les Québécois, après la défaite française lors du Siège de Québec de 1759 et la perte du Canada[4],[5],[6].

Par ailleurs, selon Manfred Overmann, « [l]'expression est née vers 1967 lors d'une vague d'immigrants français traitant les Québécois comme un peuple rustre qu'il fallait éduquer. Elle désigne les Français arrogants qui prétendent tout savoir[7]. » La parution en 1964 d'un livre portant cette expression en titre montre qu'elle est plus ancienne. Le Petit Futé, édition 2001, suggère lui aussi que l'expression désigne les Français installés au Québec[8]. Quant à la perception d'une attitude arrogante chez les Français, au crédit des Québécois, la firme COC/Picon Conseils, pour la Direction du tourisme de France, rapporte en 2007 que parmi les reproches les plus fréquemment adressés aux Français par les visiteurs étrangers, se trouve « une attitude arrogante, méprisante, voire agressive[9] ».

Il trouve son origine d'un certain malaise dans les relations entre Québécois et Français[10].

Chansons[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Nathalie Fontaine, Maudits Français !, Montréal, Éditions de L'Homme,‎ 1964 (OCLC 9434310).
  • John J. Miller, Laurent Bury et Mark Molesky (trad. Laurent Bury), Maudits Français ! : Trois siècles de relations tumultueuses entre la France et l'Amérique, Paris, Saint-Simon,‎ 2005 (ISBN 9782915134209)
  • Antoine Decré, "Maudits français", ou, L'épopée canadienne: 1534-1763, L'Harmattan,‎ 2001 (ISBN 9782747508841)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir les définitions dans les dictionnaires usuels (Larousse, Robert, etc.).
  2. Léandre Bergeron. Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB Éditeur, 1980, p. 314. L'auteur donne l'exemple suivant : « Mon p'tit maudit, attends que j't'attrape. »
  3. C'est aujourd'hui généralement ce dernier sens qui est utilisé par les Québécois qui disent « Maudits Français ». Voir Jean-Pierre Dupuis. « Être un "maudit Français" en gestion au Québec, Un portrait et une interprétation », École des Hautes études commerciales, Montréal, 2004, page 7
  4. Didier Lamaison, Discours sur l'universalité de la francophonie : de Rivarol à Charles Hélou, Paris, ACCT,‎ 1987 (ISBN 9789290281146), p. 146.
  5. Marie-Hélène Morot-Sir, Le Lys, la Rose et la feuille d’Erable, Paris, Publibook,‎ 2007 (ISBN 9782748334944), p. 72.
  6. David Alcaud, André Malraux et le rayonnement culturel de la France, Bruxelles, Editions Complexe,‎ 2004 (ISBN 9782804800055), p. 195.
  7. Manfred Overmann (École supérieure pédagogique de Ludwigsburg, Allemagne), «Complainte d'un maudit Français», Le site portail du professeur de français langue étrangère. Manfred Overmann est professeur à l'École supérieure pédagogique de Ludwigsburg (Pädagogische Hochschule Ludwigsburg) en Allemagne.
  8. Rima Elkouri, La Presse.., 11 mai 2001, p. B1.
  9. Ce reproche n'empêche pas la France d'être la destination touristique mondiale numéro un. La firme COC/Picon Conseils ajoute que les défauts des habitants de pays touristiques donnent aussi lieu à l’indulgence, ce qui appuie l'idée que l'expression québécoise « Maudits Français » puisse être amicale. (COC/Picon Conseils, L’art d’accueillir, Cultures et pratiques de l’accueil des touristes en France, Rapport final, Paris, Direction du tourisme, 2007, page 7 Cliquez ici pour télécharger ce document)
  10. Voir l'étude de Jean-Pierre Dupuis, « Être un "maudit Français" en gestion au Québec, Un portrait et une interprétation », École des Hautes études commerciales, Montréal, 2004, 47 pages
  11. Paroles Les Maudits Français - Lynda Lemay - Ados.fr

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Dupuis, « Être un "maudit Français" en gestion au Québec, Un portrait et une interprétation », Cahier de recherche, Montréal, École des Hautes études commerciales, no 04-03,‎ 2004, p. 47 (ISSN 0846-0647, lire en ligne).