Maturité gymnasiale en Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En Suisse, la maturité gymnasiale est un certificat de fin d'études qui s'obtient dans une école de maturité (appelée gymnase, collège ou lycée selon les cantons). La maturité gymnasiale certifie trois (Vaud), quatre (Genève) ou même cinq (Valais) années (selon les cantons) de programme d'études qui suivent l'école obligatoire. Elle permet un accès direct dans toutes les écoles supérieures de Suisse (hormis les hautes écoles spécialisées qui demandent en complément un stage pratique d'une année, parfois même un examen d'admission). Si historiquement la maturité gymnasiale est le premier certificat de maturité proposé en Suisse, elle constitue aujourd'hui avec la maturité professionnelle et la maturité spécialisée un des trois piliers qui mène vers une formation supérieure. De façon générale, la maturité gymnasiale atteste une maturité personnelle acquise dans un cadre scolaire qui se distingue par un haut niveau de connaissance et de culture générale.

Selon que la maturité a été délivrée à la suite d'un examen cantonal ou fédéral (ce qui permet aux élèves de l'enseignement privé d'accéder à ce diplôme), on distingue la maturité cantonale de la maturité fédérale. Dans les faits, il n'y a aucune différence de reconnaissance entre ces deux diplômes sur le plan national, mais entre un certificat de maturité fédérale et un certificat de maturité cantonale, ce dernier est reconnu seulement sur le territoire suisse pour l'entrée en facultés suisses et autres universités helvétiques (selon l'ordonnance fédérale du 15 février 1995 sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale et le Règlement de la CDIP du 16 janvier 1995 sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale).

Maturité cantonale[modifier | modifier le code]

Sceau embossé au bas d'un certificat de maturité, Genève, 1974

La maturité cantonale clôt les études secondaires supérieures dans les établissements scolaires publics. Elle relève de la compétence des cantons et est reconnue sur tout le territoire suisse depuis 2006 à l'instar de la maturité fédérale qui est reconnue en dehors de la Suisse. Selon les cantons, 3 à 5 ans de scolarité post-obligatoire sont nécessaires pour se présenter aux examens. Ces derniers comportent les branches qui composent la maturité fédérale ainsi que les éventuelles branches exigées au niveau cantonal (par exemple la philosophie).

Maturité fédérale[modifier | modifier le code]

Les examens de maturité fédérale sont organisés trois fois l'an (en février, en juin dans le canton du Tessin, et en août) dans les trois régions linguistiques par le Secrétariat d'État à l'éducation et à la recherche et se déroulent en deux partiels. Les candidats peuvent s'inscrire à la maturité fédérale sans avoir fréquenté d'école de maturité, même en tant qu'autodidactes. La majorité des candidats est cependant issue d'écoles privées.

L'organisation de l'examen a connu d'importantes modifications il y a quelques années (disparition des sections latine, scientifique, socio-économique, moderne, nouveau mode de calcul des moyennes, etc.). La maturité fédérale est parfois considérée comme plus difficile que l'examen cantonal car les notes de l'année ne sont pas prises en compte, les examens sont rédigés par une commission indépendante et les candidats ne sont pas interrogés par leurs professeurs.

Travail de Maturité fédéral (TM)[modifier | modifier le code]

Ce travail se fait par des collégien-ne-s, ceux-ci le commence en début de 2e semestre de la 3e année du collège et se finit en 4e année.
Le travail doit porter un minimum de 6000 mots sur un sujet choisis par le collégien-ne-s et approuvé par le conseil des TM.
Il y a 2 catégories de TM: les TM de recherche ou les TM artistiques.
L'élève est accompagné d'un maître de TM qui l'aidera a faire ce travail.
Après édition de ce TM, les collégien-ne-s doivent avoir une soutenance, qui consiste à défendre leur travail et ils seront notés dessus. La note du TM dépend de 3 facteurs:

  1. Présence aux rendez-vous avec le maître de TM;
  2. Qualité du travail de 3'800 à 4'200 mots[1](TM de recherche) et 2000 mots minimum (TM artistique);
  3. Pertinence de la soutenance

Premier partiel[modifier | modifier le code]

(La pondération est indiquée entre parenthèses):

Le sport ne donne lieu à aucun examen et aucune note (hormis certains lycées).

Second partiel[modifier | modifier le code]

(la pondération est entre parenthèses):

  • Français (3) [dans la partie francophone] : oral (analyse de texte) et écrit (dissertation ou analyse de texte).
  • Allemand ou Italien [dans la partie francophone] (3) : oral (analyse de texte) et écrit (texte inconnu). (allemand ou italien)
  • Anglais (2)
  • Mathématiques (3 ou 2) : oral (démontrer un théorème) et écrit (exercices, problèmes).
  • Option Spécifique (3) : (Économie et Droit, Physique et application des mathématiques, Italien, Espagnol, Latin, Grec Ancien, Arts Visuels, Musique, Biologie/Chimie, Psychologie/Philosophie) : oral et écrit.
  • Option Complémentaire (2) : (Philosophie, Musique, Psychologie, Droit, Économie etc. dépend du gymnase) : oral.

Quelques précision s'imposent, l'option complémentaire ne doit pas être la même que l'option spécifique. La pondération des mathématiques et de l'anglais dépend du niveau que le candidat a choisi, normal ou avancé. Il n'y a pas de quatrième langue comme dit précédemment, la quatrième langue est en fait une option spécifique.

Calcul des points[modifier | modifier le code]

Le total de la pondération est de 23 points. Les prestations sont exprimées en notes entières et en demi-notes. La meilleure note est 6; la plus mauvaise est 1. Les notes en dessous de 4 sanctionnent des prestations insuffisantes.

L'examen de maturité est réussi si le candidat :

  • a obtenu un total supérieur à 105 points.

Si ce total n'est pas atteint, l'examen est également réussi si le candidat :

  • a obtenu un total de 84 à 105 points et
  • la somme pondérée des écarts de points par rapport à 4 dans ces disciplines soit inférieure ou égale à 7. (par exemple: si l'élève a eu 3 en français, 3 étant 1 en dessous de 4, multiplié par le coefficient de la branche (français est coefficient 3), donc cela fait déjà 3 en dessous, etc.) ;
  • n'a pas plus de 4 notes inférieures à 4.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]