Matthäus Lang von Wellenburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matthäus Lang von Wellenburg
Image illustrative de l'article Matthäus Lang von Wellenburg
Portrait d'un maître de l'École du Danube 1529 (Kunsthistorisches Museum Wien)
Biographie
Naissance 1468 / 1469
à Augsbourg Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Ordination sacerdotale 24 septembre 1519
Décès 30 mars 1540
à Salzbourg Drapeau de l'Autriche Autriche
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
10 mars 1511 par le
pape Jules II
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Angelo in Pescheria
Cardinal-évêque d' Albano
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 25 septembre 1519
Fonctions épiscopales Coadjuteur et évêque de Gurk
Évêque de Carthagène
Coadjuteur et archevêque de Salzbourg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Matthäus Lang von Wellenburg (né à Augsbourg en Bavière, Allemagne, en 1468/1469, et mort à Salzbourg le 30 mars 1540) est un cardinal allemand du XVIe siècle. Son père est forgeron.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Matthäus Lang von Wellenburg entre en service de l'archevêque de Mayence Berthold von Henneberg[1]. Il a trois fils naturels. Lang devient secrétaire et conseiller du roi Maximilien Ier et Augsbourg, prévôt à Augsbourg, prévôt de Maria Wörth, chanoine d'Aschaffenburg et Eichstätt et prévôt d'Augsbourg, Eichstätt et Konstanz. En 1501 il est nommé coadjuteur du diocèse de Gurk et y succède en 1505, mais ne visite jamais son diocèse. Le roi Maximilien Ier le commissionne avec plusieurs missions. En 1507 Lang devient noble avec le titre von Wellenburg et en 1508 il est chancelier royal. En 1510 il est nommé évêque de Carthagène

Lang est créé cardinal in pectore par le pape Jules II lors du consistoire du 10 mars 1511 . Sa création est publiée le 24 novembre 1512. Malgré l'opposition de l'archevêque Leonard Keutschach de Salzbourg, le cardinal Lang est nommé coadjuteur de l'archidiocèse de Salzbourg avec droit de succession et il succède en 1519.

Le cardinal Lang a une voix décisive dans l'élection de Charles Quint comme empereur en 1519 et il convainc l'empereur à prendre des mesures contre Martin Luther. Lang est un des ministres les plus importants de Charles Quint et reste loyal à son empereur. Il négocie notamment le traité de Vienne de 1525, lors duquel la Hongrie est rattachée à l'Autriche. On le compare avec le cardinal Thomas Wolsey en Angleterre.

On dit que l'auteur Maximilianus Transylvanus, un secrétaire de Charles Quint, est un fils de Lang, ce qui n'est guère probable celui-ci, fils d'un orfèvre de Bruxelles, étant né dans cette ville. Transylvanus adresse son De Moluccis Insulis, la première description écrite du voyage de Magellan, à Lang auprès duquel il avait commencé sa carrière comme secrétaire privé.

Par son orgueil et son arrogance, il est très impopulaire dans son diocèse. Il oppresse la Guerre des Paysans allemands de 1525-1526 dans son diocèse. Des insurgés occupent la ville de Hallein, pillent le château d'Hohenwerfen de l'archevêque et assiègent la résidence de Hohensalzburg, mais sont finalement abattu avec l'aide des troupes de la Ligue de Souabe.

Après la transition de l'archevêque de Magdebourg aux Protestants, l'archevêque de Salzbourg reçoit le titre de primus Germaniae en 1529. Le cardinal Lang ne participe pas au conclave de 1513 (élection de Léon X), ni au conclave 1521-1522 (élection d'Adrien VI), ou à celui de 1523 (élection de Clément VII). Il participe au conclave de 1534 (élection de Paul III).

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Nicole Riegel: Die Bautätigkeit des Kardinals Matthäus Lang von Wellenburg (1468–1540). Rhema, Münster (Westf.) 2009, ISBN 978-3-930454-75-4, (Tholos 5)
  • Johann Sallaberger: Kardinal Matthäus Lang von Wellenburg (1468-1540). Staatsmann und Kirchenfürst im Zeitalter von Renaissance, Reformation und Bauernkriegen. Pustet, Salzburg e. a. 1997, ISBN 3-7025-0353-6.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heinrich Ulmann, « Matthäus (Kardinal) », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 20, Duncker & Humblot, Leipzig 1884, p. 610–613.