Matteo Zaccolini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Matteo Zaccolini appelé aussi « Zacolini » et « Zocolino » [1] (Cesena, avril 1574 – Rome, 13 juillet 1630)[2] était un peintre italien, prêtre et écrivain actif pendant le début de la période baroque et du maniérisme tardif. Il était aussi mathématicien et théoricien de la pespective[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Matteo Zaccolini est né et vit à Cesena où élève du peintre local Francesco Masini devient prêtre théatin. Protégé du Cardinal Vincenzo Giustiniani, renommé pour son patronage de peintre comme Le Caravage, Nicolas Poussin et le Domenichino. En 1603, il rejoint l'Ordre des Théatins, dès lors, il travaille uniquement dans les projets de l'ordre à Naples et à Rome. Matteo Zaccolini a collaboré avec Baldassare Croce par la quadratura des fresques dans l'église de Santa Susanna à Rome, où il peint les colonnes en trompe-l'œil[1].

En collaboration avec Giuseppe Agellio, il peint à San Silvestro al Quirinale à Rome.

Il est surtout connu pour un traité en quatre volumes, écrit entre 1618-1622, sur la théorie de la peinture :

  • De Colori, Prospettiva del Colore, Prospettiva lineale et Della Descrittione dell'Ombre prodotte da corpi opachi rettilinei[1].

En 1666, l'historien théatin, Giuseppe Silos, décrit Zaccolini comme « Génie de notre ordre » et « un des plus admirables hommes de son temps».

Giovanni Pietro Bellori le décrit comme un « maître de la perspective et de l'optique » et comme ayant formé entre autres les artistes Domenichino, Circignani et Cavalier d'Arpin.

Matteo Zaccolini était un fervent admirateur de Leonardo da Vinci[4]. Selon Cassiano dal Pozzo, premier biographe Zaccolini, la version originale du manuscrit écrite en écriture spéculaire révèle l'influence des écrits de Léonard[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James R. Hobbes, Picture collector's manual adapted to the professional man, and the amateur, T&W Boone, 29 Bond Street; numérisé par Googlebooks,‎ 1849 (lire en ligne), p. 209
  • (en) « Biographie », sur Wolfson.ox.ac.uk
  • Cassiano dal Pozzo, copie des manuscrits de Zaccolini, auteur Janis C. Bell, Journal of the Warburg and Courtauld Institutes 1988) Volume 51; pages 103-125.
  • (it) « Notice », sur Republica.it

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Janis C. Bell, Zaccolini, Matteo. dans Grove Art Online. Oxford Art Online, Oxford University Press,‎ 6 avril 2014.
  2. (it) « Matteo Zaccolini », sur Treccani.it
  3. (en) « Perspective par Matteo Zaccolini », sur Jstor.org
  4. (en) M. B. Hall et T. E Cooper, The sensuous in the Counter-Reformation church, New York: Cambridge University Press,‎ 2013 (ISBN 1107013232, lire en ligne), p. 255
  5. (en) Janis C. Bell, Zaccolini and Leonardo's Manuscript A (lire en ligne).