Matteo Messina Denaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matteo Messina Denaro
Nom de naissance Matteo Messina Denaro
Surnom Don Ciccio, Diabolik, U Ciccu
Naissance
Castelvetrano, Drapeau de l'Italie Italie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région(s) Sicile
Ville(s) Castelvetrano

Matteo Messina Denaro ( à Castelvetrano, dans la province de Trapani, en Sicile) est le numéro un de Cosa Nostra, anciennement nommée "Società onorata" ou en français "honorable société" (les mafieux ayant été soumis à un code d'honneur).

Ce mafioso sicilien fut candidat à la succession de Bernardo Provenzano en 2006 comme capo di tutti capi, à la tête de Cosa Nostra, mais il avait été évincé par Salvatore Lo Piccolo, arrêté le . Digne successeur de Lo Piccolo, Il est en fuite depuis 1993.

Biographie[modifier | modifier le code]

Surnommé « Don Ciccio », « Diabolik » ou « U Siccu » (« le maigre »), Matteo Messina Denaro est une réplique de son mentor, le Corleonais Totò Riina, connu pour sa violence et son habileté en affaires. Le père de Matteo, était le patron de la famille mafieuse de Castelvetrano et également le capo de la région de Trapani (Capo commissione di Trapani).

Surnommé « Diabolik », en référence à une bande dessinée italienne qu'il affectionne[1], il apprit à manier une arme à feu à 14 ans et commit son premier meurtre à 18 ans. Il est soupçonné d'avoir commis au moins 50 meurtres avant d'avoir 30 ans, ce dont il se vante, déclarant par exemple : « Con le persone che ho ammazzato, io potrei fare un cimitero. » (Avec les personnes que j'ai tuées, je pourrais faire un cimetière) se vanta-t-il un jour[1].

Au sein de la Cosa Nostra, Matteo Messina Denaro commença à prendre de l'importance lorsqu'il devint le capo commissione de Trapani, lors de l'arrestation de Vincenzo Virga, alors "boss" de la Famille de Trapani et "capo commissione".

Parmi les meurtres les plus célèbres de Matteo, il y a en juillet 1992 l'assassinat de Vincenzo Milazzo, « boss » de la « Famille d'Alcamo » et rival de Totò Riina. « Diabolik » tua également Antonella Bonomo, la fiancée de Milazzo, suspectée d'être de la famille de membres des services secrets. Il étrangla la jeune femme, alors enceinte de 3 mois.

Le , il tenta de tuer Calogero Germanà, le commissaire de police de Mazara del Vallo.

En 1993, le capo di tutti capi Totò Riina fut arrêté. La même année, Matteo, qui venait d'avoir 31 ans, entrait dans la cupola, un groupe de capi sélectionnés qui seraient au courant de tous les secrets de la Cosa Nostra.

À la même période, « Diabolik » décida d'entrer en guerre contre l'État italien, en pleine opération Mains propres lancée par les magistrats. Toto Riinà impliqua Denaro dans les négociations avec l'État visant à faire libérer les principaux chefs mafieux incarcérés contre la promesse de dissoudre Cosa Nostra. En juin 1993, des bombes explosèrent dans les villes de Rome, Florence et Milan, faisant en tout dix morts. Une de ses cibles était l'Église catholique[2]. Il envoya également des messages très clairs aux médias, en exécutant plusieurs journalistes qui s'intéressaient de trop près à Cosa Nostra. La justice s'aperçut alors que l'arrestation de Totò Riina et de plusieurs autres criminels importants n'avait pas déstabilisé Cosa Nostra. Ils découvrirent également une nouvelle génération de mafiosi, probablement aussi cruels et violents que Riina. Depuis 1995, Denaro est déclaré en fuite.

En 1996, Giovanni Brusca, un ancien mafioso devenu « pentito » (repenti), brisa l'omertà et témoigna au gouvernement tout ce qu'il savait à propos de Messina Denaro. La justice décida alors d'émettre un avis de recherche concernant Matteo, qui fut condamné à la prison à vie par contumace.

Mais cela n'arrêta en rien Messina Denaro, qui continua sa carrière criminelle. Après l'arrestation de Riina, Bernardo « U traturri » Provenzano, un autre Corléonais, devint d'abord « reggente » (chef intérimaire quand le titulaire est empêché d'exercer ses fonctions), puis le nouveau Capo di tutti capi. Matteo n'aimait pas Provenzano et sa stratégie consistant à rendre "invisible" Cosa Nostra. Avec cette stratégie, il n'était plus question de meurtres de policiers ou encore d'attentats-spectacle, Cosa Nostra voulait pacifier ses relations avec l'État italien. Denaro gagna à sa cause les plus jeunes mafiosi, qui interprétaient cela comme un signe de faiblesse.

Le , Bernardo Provenzano fut arrêté par la police dans une ferme à Montagna dei Cavalli, à trois kilomètres de Corleone, en Sicile. Salvatore Lo Piccolo lui succéda mais suite à son arrestation en novembre 2007, beaucoup de gens ont pensé que Matteo Messina Denaro était devenu le nouveau capo di tutti capi[1].

Activités[modifier | modifier le code]

Impliqué dans des affaires typiquement mafieuses, tels que la collecte du « pizzo » (le racket de commerçants), le détournement de fonds, il a fait fortune dans le trafic d'héroïne et de cocaïne, en association avec des barons de la drogue colombiens. Fiché par le FBI, Denaro est considéré comme un des cinq plus gros trafiquants de drogue au monde, à la tête d'un réseau international[1]. Il est également impliqué dans le trafic d'armes.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Matteo est tout le contraire de Provenzano et de tous les chefs mafieux traditionnels ; il est brutal, impulsif, arrogant et plutôt exhibitionniste : il roule en Porsche, porte des costumes de luxe (Giorgio Armani ou Versace), des lunettes Ray Ban et des montres Rolex en or. Il passe pour être un grand séducteur ; il est marié à Maria Mesi mais a déjà eu une fille avec une femme nommée Francesca Alagna. Ses passe-temps sont les jeux vidéo et les bandes dessinées, notamment "Diabolik" et il aime par-dessus tout lire les livres de Daniel Pennac, son auteur préféré. Pour l'anecdote, à l'âge de 20 ans, il voulait faire comme dans la BD en adaptant deux mitraillettes sur les pare-chocs de son Alfa Roméo 164[1].

Liens politiques[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Il comprend que l'infiltration des milieux politiques et judiciaires est très importante pour une organisation criminelle de l'envergure de Cosa Nostra. "Diabolik" a donc créé des liens avec le sénateur Antonio d'Ali, un élu de Trapani et un membre de Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi. Messina Denaro aurait donné des millions à d'Ali pour des fonds politiques[1].

Un des beaux-frères de Matteo, Vito Panicola, a été arrêté pour avoir accidentellement tué son fils, alors qu'il essayait de tuer un autre homme. Avant cet évènement, Vito Panicola était un des membres du conseil municipal de la ville de Trapani[3].

Précédé par Matteo Messina Denaro Suivi par
Francesco Messina Denaro
Capomandamento de Castelvetrano
1998-présent
en fonction
Salvatore Lo Piccolo
Capo Di Tutti Capi
2007-présent
en fonction


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f L'Express.fr
  2. Un nouveau parrain pour la Mafia sicilienne, Le Figaro, 26 avril 2006
  3. The World's ten most wanted, le 25 avril 2008 sur Forbes.com