Mattachine Society

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Mattachine Society est une association homophile américaine masculine fondée en 1954 par Ken Burns et Hal Call. Avec les Daughters of Bilitis, ces deux associations sont à l'origine du mouvement homosexuel américain.

Fondation[modifier | modifier le code]

L'organisation fut fondée par Harry Hay et un petit groupe d'amis, constitué la première fois à Los Angeles, le 11 novembre 1950, de Harry, Rudi Gernreich, Bob Hull, Chuck Rowland, et Dale Jennings. Mais ils n'enregistrèrent pas officiellement l'organisation avant 1954, lorsqu'un nouveau groupe en prit la tête.

Plusieurs autres organisations se créèrent peu après à San Francisco, New York, Boston, Chicago, Denver, le District de Columbia, et Philadelphie. Le but premier de cette société était de gagner l'acceptation publique de l'homosexualité - ils écrivirent dans leur manifeste que « les handicaps physiologiques et psychologiques des homosexuels ne doivent pas dissuader d'intégrer dix pour cent de la population mondiale dans la construction du progrès social de l'humanité ».

Nom[modifier | modifier le code]

La Mattachine Society fut ainsi nommée par Harry Hay, qui s'inspira d'un groupe de théâtre masqué de la France médiévale et renaissante, qu'il avait étudié pour préparer un cours de musique populaire dans le cadre d'un projet d'éducation de travailleurs. Dans un entretien de 1976 avec Jonathan Ned Katz, Hay, interrogé sur les origines du nom Mattachine, mentionne les Sociétés Joyeuses françaises du Moyen Âge et de la Renaissance :

« Une troupe théâtrale était connue sous le nom de Société Mattachine. Ces sociétés, des fraternités secrètes et à vie de citadins célibataires qui ne jouaient jamais en public sans un masque, avaient pour objet de mener à la campagne des danses et des rites lors de la fête des fous, à l'équinoxe de printemps.
Parfois, ces danses rituelles, ou masques, étaient des manifestations paysannes contre l'oppression - à ceci près que les masques, au nom du peuple, subissaient en première ligne les représailles cruelles du seigneur visé.
Aussi prîmes-nous le nom de Mattachine, parce que notre sentiment était que les gays des années 1950 étaient aussi un peuple masqué, inconnu et anonyme, qui pouvait s'engager dans le soutien moral et l'entraide, entre nous et pour les autres, à travers la lutte, pour aller vers une reconnaissance et un changement total. »

Cette troupe française tenait son nom de Mattacino (anglicisé en Mattachino), un personnage du théâtre italien. Mattacino était une sorte de fou de cour, qui parlait franchement au roi quand personne d'autre ne pouvait le faire. Le « mattachin » (de l'arabe mutawajjihin, « porteurs de masque » ) étaient à l'origine des danseurs de sabre mauresques (hispano-arabes) qui portaient des costumes et des masques recherchés et colorés.

La Société Mattachine utilisait pour emblème des losanges d'Arlequin. Le dessin consistait en quatre losanges agencés de manière à former un plus grand losange.

Prédécesseurs[modifier | modifier le code]

Buts[modifier | modifier le code]

Déclin[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nan Alamilla Boyd, Wide Open Town: A History of Queer San Francisco to 1965, University of California Press, 2003.
  • Vern L. Bullough, Before Stonewall: Activists for Gay and Lesbian Rights in Historical Context, Harrington Park Press, 2002.
  • John D'Emilio, Sexual Politics, Sexual Communities, University of Chicago Press, 1983.
  • Warren Johansson & William A. Percy, Outing: Shattering the Conspiracy of Silence, Harrington Park Press, 1994.
  • Harry Hay, Radically Gay: Gay Liberation in the Words of its Founder, édité par Will Roscoe, Beacon Press, 1996.
  • David Johnson, The Lavender Scare: The Cold War Persecution of Gays and Lesbians in the Federal Governement, University of Chicago Press, 2004.
  • Martin Meeker, Contacts Desired: Gay and Lesbian Communications and Community, 1940s-1970s, University of Chicago Press, 2006.
  • James T. Sears, Behind the Mask of the Mattachine, Harrington Park Press, 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]