Matra 530

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie À ne pas confondre avec le Matra R530, qui est un missile air-air français.
Matra 530
Matra 530

Marque Drapeau : France Matra
Années de production 1967 - 1973
Production 9 609 exemplaires
Classe Coupé
Usine(s) d’assemblage Romorantin (montage)
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) V4
Position du moteur Central arrière
Cylindrée 1 699 cm3
Puissance maximale 72, 75 ch
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 840 - 935 kg
Vitesse maximale 175 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé
Freins 4 freins à disque
Dimensions
Longueur 4 150 / 4 200 mm
Largeur 1 570 mm
Hauteur 1 200 mm
Chronologie des modèles
Précédent Matra Djet Matra-Simca Bagheera Suivant

La Matra 530 est une automobile fabriquée par Matra à partir de mars 1967[1]. Ce coupé 2+2 sportif tire son matricule du missile air-air « R 530 » produit par la branche Armement de Matra.

Description[modifier | modifier le code]

Le moteur de la M 530, un 4 cylindres en V de 1,7 litre, qui était monté sur la Ford Taunus 17M (1964-67), est installé en position centrale. La roue de secours et le réservoir à carburant sont placés à l'avant. La carrosserie en résine époxy[2]a été fabriquée par Brissonneau et Lotz à Creil, puis par les usines Matra de Romorantin, suite à des insuffisances d'accrochage de la peinture, de la stabilité des coloris, de précisions d'ajustage et d'étanchéité, car les panneaux de la carrosserie sont agrafés sur une structure de tôles soudées. Celle-ci remplace la technique du châssis-poutre utilisée sur la précédente Matra-Bonnet Djet. La M 530 se caractérise par ses phares escamotables et son toit démontable en deux parties.

Dévoilée au Salon de Genève, la M 530, selon la presse automobile de l'époque, possède une très bonne tenue de route, une suspension très confortable et un freinage excellent. Pour le constructeur, cette voiture est destinée à une clientèle jeune et doit donc rester à un prix accessible, avec comme slogan « la voiture des copains » dérivée du nom de l'émission star Salut les copains. Cependant la voiture va rater sa cible car trop chère, la plupart des jeunes amateurs ne pouvant seulement s'offrir des Renault 8 ou des Simca 1000. Elle a aussi souffert du trop peu performant moteur hérité de la Ford Taunus. Elle fut finalement produite à moins de 10 000 exemplaires, soit 20% de la production initialement prévue[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En avril 1969, la M 530 hérite du moteur de la Ford Taunus 17M RS, toujours pas assez puissant, bien que sa puissance passe de 72 ch à 75 ch DIN grâce à un carburateur double corps tandis que l'étagement de la boîte de vitesses est revu.

En mars 1970, la M 530 est remplacée par la M 530 LX. Celle-ci est immédiatement reconnaissable aux butoirs avant en caoutchouc (à la place de la barre de protection tubulaire), aux bas de caisse et à la face arrière noir mat avec des bordures chromées, aux roues sans enjoliveurs avec des cabochons en plastique noir, à la lunette arrière non amovible en verre et au tableau de bord imitation bois avec un rembourrage de sécurité. Les roues en alliage léger sont en option.

Suite à la prise de participation de Simca dans la marque, la M 530 LX est distribuée dans le réseau Simca début avril 1970 malgré son moteur Ford. En octobre 1971, elle est flanquée d'une M 530 SX. Cette version économique se différencie par les quatre projecteurs fixes (les phares escamotables sont supprimés), les passages de roue élargis et le toit fixe. Les pare-chocs, les projecteurs et l'entrée d'air (sans encadrement chromé) sont en noir mat. À l’intérieur, la banquette arrière est supprimée et les sièges avant à dossier inclinable ont été remplacés par des sièges baquets[4].

En avril 1973, la Matra-Simca Bagheera succède à la M 530.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • Moteur 4 cylindres en V, 72 puis 75 ch DIN, 10 CV fiscaux,
  • arbre à cames central,
  • boîte 4 vitesses,
  • 4 roues indépendantes,
  • freins à disques à l'avant et à l'arrière.
  • Vitesse : 175 km/h

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Automobilia hors-série n°28, octobre 2003, « Toutes les voitures françaises 1967  ».
  2. sur premiers modèles seulement, résine polyester ensuite.
  3. Auto Plus n°1186, 30 mai 2011.
  4. Automobilia hors série n°76, août 2005, « Toutes les voitures françaises 1972 ».