Matilda Joslyn Gage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gage (homonymie).

Matilda Joslyn Gage

Description de l'image  MatildaJoslynGage.jpeg.
Naissance 24 mars 1826
Cicero (New York)
Décès 18 mars 1898 (à 71 ans)
Chicago
Nationalité Américaine

Matilda Electa Joslyn Gage, née à le 24 mars 1826 à Cicero (New York) et décédée le 18 mars 1898 à Chicago est une féministe, abolitionniste et auteure américaine. Elle s'est dite « née avec la haine de l'oppression ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Matilda Gage passe son enfance dans une maison qui faisait partie du Chemin de fer clandestin, réseau de refuges et de routes qu'empruntaient les esclaves noirs s’enfuyant vers les états libres des États-Unis et le Canada . Elle est envoyée en prison pour avoir enfreint le Fugitive Slave Act, loi criminalisant l'assistance apportée aux esclaves. En dépit de problèmes financiers et médicaux (notamment cardiaques), elle s'engage pour défendre la cause des femmes et des Afro-américains.

Militantisme[modifier | modifier le code]

Elle commence à s'impliquer dans le mouvement féministe en 1852 alors qu'elle prend la parole à la National Women's Rights Convention qui se tient à Syracuse (New York). Elle est la présidente de la National Woman Suffrage Association de 1875 à 1876 et chef du comité exécutif pendant une vingtaine d'année. À la convention de 1876, elle s'engage contre un groupe de policiers qui voulaient interdire la manifestation sous prétexte qu'elle était illégale, et obtient gain de cause.

Matilda Joslyn Gage est alors considérée comme une féministe plus radicale que Susan B. Anthony et même Elizabeth Cady Stanton (avec qui elle écrit l'historique History of Woman Suffrage). Comme cette dernière, elle était très critique envers la religion, mais s'était mis à dos une partie des féministes conservatrices comme Frances Willard et la Woman's Christian Temperance Union. À l'inverse de cette organisation qui soutenait que les femmes devaient obtenir le droit de vote pour influencer la législation par leur morale féminine, elle arguait que le suffrage féminin était un « droit naturel ».

Elle écrit avec Elizabeth Cady Stanton The Woman's Bible (La Bible de la Femme) et devient théosophiste par l'influence de ses enfants et de leurs conjoints.

Hommage[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Is Woman Her Own ?, publié dans The Revolution, 9 avril 1868, éditrice Elizabeth Cady Stanton, Parker Pillsbury, p. 215-216 ;
  • Prospectus, publié dans The National Citizen and Ballot Box, éditrice Matilda E. J. Gage, mai 1878, p. 1 ;
  • Indian Citizenship", publié dans The National Citizen and Ballot Box, éditrice Matilda E. J. Gage, mai 1878, p. 2 ;
  • All The Rights I Want", publié dans The National Citizen and Ballot Box, éditrice Matilda E. J. Gage, janvier 1879, p. 2 ;
  • A Sermon Against Woman", publié dans The National Citizen and Ballot Box, éditrice Matilda E. J. Gage, septembre 1881, p. 2 ;
  • God in the Constitution", publié dans The National Citizen and Ballot Box, éditrice Matilda E. J. Gage, octobre 1881, p. 2 ;
  • Woman As Inventor, 1870 ;
  • History of Woman Suffrage, 1881 ;
  • The Aberdeen Saturday Pioneer, 14 et 21 mars 1891 ;
  • Woman, Church and State, 1893 (républié en 1980).