Mathieu de Vendôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mathieu de Vendôme († 25 septembre 1286), abbé de Saint-Denis, conseiller de saint Louis et ministre de Philippe le Hardi, fut par deux fois régent du royaume de France (1270, 1285-86). C'était un grammairien adepte de l'imitation des Anciens.

Biographie[modifier | modifier le code]

On ignore l'origine familiale de Mathieu de Vendôme. L'historien Michel Félibien lui supposait une parenté avec les comtes de Vendôme de la Maison de Montoire, mais aucune source historique ne le confirme. Il fut moine bénédictin et chapelain de saint Louis, puis nommé en 1258 abbé de Saint-Denis. Il entreprit de multiples travaux de réparation sur cet édifice, lui adjoignant notamment le tout nouveau Collège de Charité. En 1272 il régla les détails du mariage entre le prince Pierre d'Alençon et Jeanne de Blois-Châtillon, et célébra vraisemblablement leur union.


À la requête de saint Louis, Primat de Saint-Denis entreprit en 1250 de compiler et de traduire une anthologie en latin des biographies des rois de France. Ce Roman aux rois, présenté au roi Philippe le Hardi en 1274, forme le socle des Grandes Chroniques de France. Mathieu fut en outre l'auteur d'un Ars versificatoria où il critique durement Arnulf d'Orléans et, à l'étude grammaticale traditionnelle, préfère l’analyse du style et l’inventaire des procédés d'expression[1].


Mathieu de Vendôme assura par deux fois la régence du royaume de France : d'abord en 1270 (après la mort de saint Louis lors de la Huitième croisade), Simon II de Clermont-Nesle étant corégent ; puis en 1285, lors du départ du roi Philippe III pour la Croisade d'Aragon et sa mort à Perpignan. Mathieu mourut lui-même l’année suivante, peu après avoir intronisé Philippe le Bel. Il fut inhumé dans la crypte de son abbaye ; ses restes furent profanés sous la Révolution française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après le compte-rendu de Fausto Ghisalberti, « Arnolfo d'Orléans, un cultore di Ovidio nel secolo XII. », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 94, no 94,‎ 1933, p. 374-376.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Munari, « Matteo di Vendôme, Ars Versificatoria 1 - 111  », Studi Medievali Firenze, no 1,‎ 1976,  293-305.
  • Michel Félibien, Histoire de l'Abbaye royale de Saint-Denis, Paris, 1706
  • Louis Mayeul Chaudon, Dictionnaire universel, historique, critique, et bibliographique, 1810