Mathesuentha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matasuentha
Titre
reine des Ostrogoths
vers 536540
Biographie
Titre complet reine des Ostrogoths
Dynastie Amales
Père Eutharic
Mère Amalasonte reine des Ostrogoths
Fratrie Athalaric roi des Ostrogoths
Conjoint Vitigès roi des Ostrogoths
Germanus Iustinus
Enfant(s) Germanus

Matasuentha, ou Matasuntha, ou Matasonte, est la fille d'Eutharic et d'Amalasonte, et la sœur d'Athalaric. Théodoric le Grand (roi des Ostrogoths) et Audofleda (sœur de Clovis Ier, roi des Francs) étaient les parents de sa mère, elle fait donc partie de la lignée sacrée des Amales et de la dynastie franque[1].

Sa famille[modifier | modifier le code]

Vers 536, elle épouse Vitigès, roi des Ostrogoths lors d'un mariage forcé, car Vitigès n'étant pas de haute lignée, la princesse répugne à une union qui rabaisse son lignage. Le panégyrique sur ce mariage (en 536) a été délivré par le préfet du prétoire Cassiodore, et a été conservé. Il s'agit d'une forme rhétorique romaine qui dépeint la dynastie gothique sous une lumière romaine avantageuse. Lors de la guerre des Goths, alors qu'ils sont réfugiés à Ravenne, Mathesuentha aurait proposé au général Jean de l'épouser contre la reddition de Ravenne[2].

Le général de Justinien, Bélisaire, capture Vitigès et Mathesuentha et les emmène à Constantinople, où Vitigès meurt sans descendant[3].

Après la mort de ce dernier, Mathesuentha épouse en 550, Germanus Iustinus, cousin de l'empereur et général byzantin avec lequel elle a un fils Germanus, né après la mort de son père, fin 550 ou début 551. Son second mariage a encore une portée politique, Germanus préparant une armée pour envahir l'Italie aux mains des Ostrogoths avant la guerre des Goths[4]. En épousant Mathesuentha, il devient un possible prétendant au trône des Ostrogoths, se rattachant par sa femme à la lignée des Amales.

Mathesuentha dans les arts[modifier | modifier le code]

Mathesuentha est un personnage principal du roman uchronique de science-fiction De peur que les ténèbres de Lyon Sprague de Camp en 1939.

Références[modifier | modifier le code]

  1. John R. Martindale, John Morris, La prosopographie de l'Empire romain ultérieure - Volume II, AD 395-527, Cambridge University Press, 1980.
  2. Histoire du Bas-Empire... Par Charles Le Beau,Saint-Martin,Brosset (Marie-Félicité), p. 476.
  3. André Chastagnol, La Fin Du Monde Antique, Nouvelles Editions Latines, 1 janvier 1996.
  4. History of the Later Roman Empire: From the Death of Theodosius I to the Death of Justinian, p. 254.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John R. Martindale, John Morris, La prosopographie de l'Empire romain ultérieure - Volume II, AD 395-527, Cambridge University Press, 1980, ISBN 978-0521201599
  • John R. Martindale, AHM Jones, John Morris, La prosopographie de l'Empire romain ultérieure - Volume III, AD 527-641, Cambridge University Press, 1992, ISBN 0521201608
  • Michael Whitby, L'empereur Maurice et son historien : Théophylacte Simocatta sur Persique et la guerre des Balkans, Oxford University Press, 1988, ISBN 0198229453
  • (en) John Bagnell Bury, History of the Later Roman Empire: From the Death of Theodosius I to the Death of Justinian, Volume 2, Mineola, Dover Publications Incorporated, New York, 1958.