Massimo Carlotto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Massimo Carlotto

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Massimo Carlotto, Trento, 2009

Activités Écrivain, dramaturge, scénariste
Naissance 22 juillet 1956 (58 ans)
Padoue, Drapeau de l'Italie Italie
Langue d'écriture Italien
Genres romans noirs (gialli italiens)

Œuvres principales

Massimo Carlotto (né le 22 juillet 1956 à Padoue en Vénétie) est un écrivain, dramaturge et scénariste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le « cas Carlotto »[modifier | modifier le code]

Carlotto a été au centre de l'une des affaires judiciaires les plus controversées de l'histoire contemporaine italienne.

Le 20 janvier 1976, une étudiante de vingt-cinq ans, Margherita Magello, est retrouvée morte à son domicile, assassinée par 59 coups de couteau.

Massimo Carlotto, étudiant de dix-neuf ans et militant de Lotta Continua, découvre par hasard la victime, ensanglantée et mourante, et se rend chez les Carabiniers pour les avertir ; il est alors arrêté et accusé d'homicide.

Au cours du premier procès, il est acquitté pour insuffisance de preuves par la Cour d'assises de Padoue, mais est condamné à 18 ans de réclusion par la Cour d'Appel de Venise, et la peine est confirmée par la Cour de cassation, en 1982. Il s'enfuit alors, d'abord en France puis à Mexico, mais après trois années de fuite il est capturé par la police mexicaine et renvoyé en Italie.

En 1989 la Cour de cassation ordonne la révision du procès, et renvoie les acteurs à la cour d'Appel de Venise, qui le 22 décembre 1990 soulève la question de la légitimité constitutionnelle : la sentence de la Cour Constitutionnelle italienne arrive le 5 juillet 1991, mais entre temps le président du Conseil de remise de peine est parti à la retraite[réf. nécessaire], ce qui nécessite un second procès, au cours duquel Carlotto est condamné à 16 ans de prison.

L'opinion publique prend le parti de Carlotto, et en 1993 le Président de la République italienne Oscar Luigi Scalfaro lui accorde la grâce.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans
En fuite, Paris, Lignes noires, 2000, trad. de l'italien par Maria Grazzini et Serge Quadruppani. (ISBN 2-914073-10-0)
La vérité de l'Alligator, Paris, Gallimard, coll. Série noire no 2494, 1998, traduit de l'italien par Arlette Lauterbach. (ISBN 2-07-049692-9)
Arrivederci amore, Paris, Métailié, coll. Suite italienne no 73, 2003, traduit de l'italien par Laurent Lombard. (ISBN 978-2-7578-1334-8) — Seconde place du Grand Prix de la littérature policière 2003 en France.
Le maître des nœuds, Paris, Métailié, coll. Suite italienne no 87, 2004, traduit de l'italien par Laurent Lombard.(ISBN 2-86424-498-5)
L'immense obscurité de la nuit, Paris, Point, 2008, traduit de l'italien par Laurent Lombard (ISBN 978-2-7578-0731-6)
Rien, plus rien au monde, Métaillié, 2006. traduit de l'italien par Laurent Lombard (ISBN 2-86424-571-X)
Padana city, Paris, Métailié, Noir, 2008, traduit de l'italien par Laurent Lombard (ISBN 978-2-86424-661-9)
J'ai confiance en toi, Paris, Métailié, coll. « Suites Noir », 2010, traduit de l'italien par Laurent Lombard (ISBN 978-2-86424-716-6)
À la fin d’un jour ennuyeux, Paris, Métailié, coll. « Bibliothèque italienne », 2013, traduit de l'italien par Serge Quadruppani (ISBN 978-2-86424-904-7)
Nouvelles
  • Il viaggio di Stefano, dans Tutta un'altra vita. Rome, Minumum Fax, 2001. (ISBN 8-88776-547-2).
  • Sassi, bottiglie e candelotti, dans Paola Staccioli, Piazza bella piazza. Rome, Nuova Iniziativa Editoriale, 2004. (ISBN 8-26584-007-9[à vérifier : ISBN invalide])
  • San Basilio, 8 settembre 1974, dans Paola Staccioli, In ordine pubblico. (ISBN 8-26584-007-9[à vérifier : ISBN invalide])
  • Il piccolo patriota padovano, dans Giosuè Calaciura et al, Ricuore. Nuoro, Éditions Il Maestrale, 2005. (ISBN 8-88610-988-1)
  • Sangue che va sangue che viene, dans Marco Bariletti et al, Lama e trama Vol. 3. Bologne, Editrice Zona, 2006. (ISBN 8-88970-230-3)
  • Storia di Gabriella vedova di mala, dans Serge Quadruppani, 14 colpi al cuore. Racconti inediti dei migliori giallisti italiani. Milan, Mondadori, 2002.
  • Patotas, dans Marco Vichi, Nessuna Pietà. Adriano Salani Editore, 2009 (ISBN 8-86212-339-6)
BD
Histoires pour enfants
Cinéma

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Massimo Carlotto, Institut culturel italien de Marseille, mars 2010