Massif du Changbai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Massif du Paektu)
Aller à : navigation, rechercher

42° 10′ N 128° 00′ E / 42.16, 128

Massif du Changbai
Carte sous licence libre bienvenue !
Géographie
Altitude 2 744 m, Mont Paektu
Longueur 80 km
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Provinces
Province
Jilin, Liaoning
Ryanggang

La massif du Changbai (Changbaishan, chinois simplifié : 长白山脉 ; chinois traditionnel : 長白山脈 ; pinyin : cháng bái shānmài), ou massif de Paektu (coréen : 장백산맥 ; hanja : 長白山脈 ; romanisation : Jangbaeksanmaek), est un ensemble montagneux d'une longueur de 80 km qui s'étend sur un axe nord-sud depuis les districts d'Antu, Fusong et Changbai dans la province chinoise du Jilin jusque dans le Ryanggang en Corée du Nord[1]. Son point culminant est un volcan, le mont Paektu (ou mont Changbai) qui culmine à 2 744 m d'altitude. Ce terme est parfois aussi appliqué à l'ensemble des montagnes de la Mandchourie orientale.

Réserve naturelle[modifier | modifier le code]

Le massif du Changbai vu depuis Wangtian'e.

La plus grande réserve naturelle de Chine se trouve dans le massif du Changbai. C'est aussi une zone pour la protection de la biosphère de l'Unesco qui abrite trois grandes espèces menacées d'extinction, le tigre de Sibérie, le léopard des neiges et l'ours noir[1].

La réserve de biosphère s'étend sur 1 965 km2 dont 1 397 pour son cœur à une altitude de 720 à 2 961 m. Elle ne compte que 2 000 habitants. Les zones basses sont couvertes d'une forêt de feuillus (frêne de Mandchourie, phellodendron de l'Amour) qui, avec l'altitude, laisse de plus en plus la place aux conifères avec des pins de Corée et des mélèzes de Dahurie puis aux bouleaux d'Erman et aux bouleaux nains et finalement à la toundra avec de la myrtille des marais et du lycopode des Alpes[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Le massif est réputé pour une espèce de ginseng qui y pousse. Les revenus générés par l'exploitation forestière et le tourisme sont en constante hausse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Gomà Pinilla, « Les litiges frontaliers entre la Chine et la Corée du Nord »,Perspectives chinoises [En ligne], 81 | janvier-fevrier 2004, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 25 novembre 2013. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1262
  2. Fiche de l'Unesco