Massif du Montseny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montseny.
Massif du Montseny
Pyrenees topographic map-fr.svg
Montseny
Montseny
Localisation du massif du Montseny
Géographie
Altitude 1 707 m, Mont de l'Homme
Massif Cordillère prélittorale
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Catalogne
Province Gérone
Géologie
Âge 300 millions d'années
Roches roches sédimentaires

Le massif du Montseny (prononciation munˈsɛɲ) est un massif de la cordillère prélittorale catalane. Il est situé aux limites des comarques du Vallès Oriental, de la Selva et d'Osona, à cheval sur les provinces de Barcelone et de Gérone, en Catalogne (Espagne). C'est une barrière montagneuse entre la dépression prélittorale catalane et la plaine de Vic. Elle est séparée du massif des Guilleries par une faille géologique.

Le plateau de la calma est l'un des contreforts occidentaux du massif. Il fait le trait d'union avec les deux autres ensembles montagneux qui forment le massif : le mont de l'Homme (1 707 mètres)[1] et le mont de Matagalls (1 697 m)[1], ainsi que le cols du Saint-Marçal et Colformic qui entourent les hauteurs de la rivière Tordera

Une grande partie du massif est un espace protégé et fait partie du parc naturel du Montseny depuis 1977. En 1978 le parc est classé réserve de la biosphère par l'UNESCO. Il est géré par la députation de Barcelone en 1977, et l'année suivante par la députation de Gérone.

Un observatoire météorologique est installé à la cime du mont de l'Homme depuis 1932.

L'ermitage de Sant Elies de Vilamajor avec le Montseny au fond.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Montseny provient du latin monte Signi, dont la traduction catalan est Mont del Senyal, « mont du Signal ». Les armes de la commune de Montseny font apparaître une montagne surmontée d'une croix monumentale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Borne géodésique à la cime du mont de l'Homme.
Mont des Agudes.
El Matagalls.
Borne géodésique à la cime du mont du Samont.
Le mont de Sant Elies (Sant Pere de Vilamajor).
Le Montseny enneigé depuis Cardedeu.
Sommets du massif Altitude[1]
Mont de l'Homme 1 706,7 m
Les Agudes 1 703 m
Matagalls 1 697,9 m
Mont de la Bandera (Montseny) 1 658 m
Mont Sesportadores 1 603 m
Mont del Mig 1 589 m
Mont Gros d'en Pujol 1 582 m
Mont de Morera 1 577 m
Mont Gros (Fogars de Montclús) 1 541 m
Mont de Sant Marçal 1 528 m
Montllobar (Montseny) 1 459 m
Puig Drau 1 345 m
Mont de Castellar 1 325 m
El Suí 1 319 m
Mont de Morou 1 307 m
Mont del Socarrat 1 303 m
Roca Roja 1 293 m
Mont d'en Bessa 1 295 m
Cime du Pou Nou 1 291 m
Matagalls Xic 1 289 m
Mont del Faig de la Bandera 1 286 m
Mont del Pla de la Barraca 1 282 m
Mont del Poniol 1 279 m
Mont del Samont 1 272 m
Pierres blanches 1 270 m
Mont de la Torre 1 269 m
Mont del Pou d'en Sala 1 265 m
Turó Ventous 1 242 m
Mont d'en Cuc 1 237 m
Roques de Santa Helena 1 222 m
Mont del Pi Novell 1 215 m
Montagne Venteuse 1 215 m
Mont dels Ginebrons 1 213 m
Mont de la Moixa 1 187 m
Mont de Llancers 1 169 m
Mont del Prat Fondo 1 166 m
Mont de la Cova 1 101 m
Mont de les Païsses 1 062 m
Mont del Mig 1 039 m
Mont de la Moixera 1 039 m
Mont de Palestrins 1 026 m
Mont de les Calabruixes 1 025 m
Mont de Sant Elies 1 003 m
La Cuassa 967 m
Pic Castellar 883 m
Pic Cornador 863 m
Mont de l'Alzina rodona 795 m
Mont de la Fontanella 780 m
Pic Cogull 780 m
Mont Saparera 761 m
Mont de la Murtra 730 m

Géomorphologie[modifier | modifier le code]

Le massif du Montseny est structuré géologiquement en deux entités bien différenciées. D'une part le socle composé de matériaux anciens (entre 550 et 300 millions d'années). Ce socle est formé par des roches ignées et métamorphiques. D'autre part, une couverture, constituée essentiellement par des roches sédimentaires accumulées au cours du Mésozoïque et du Cénozoïque, c'est-à-dire pendant les 300 derniers millions d'années.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière de Vilamajor à hauteur de Sant Pere de Vilamajor.
Lac de Santa Fe del Montseny en novembre avec les arbres sans feuilles en fond.

Les principaux cours d'eau qui drainent le massif sont la Tordera au sud, la rivière Arbucies à l'est et la rivière Congost à l'ouest.

Cours d'eau Dénomination Embouchure
fleuve La Tordera Mer Méditerranée
Rivière Rivière Congost Fleuve Besòs
Rivière Rivière d'Arbúcies Fleuve Tordera
Rivière Rivière de l'Avencó Fleuve Congost
Rivière Rivière de Brugueres Rivière Giola
Rivière Rivière de Cànoves ou Vallforners Fleuve Mogent
Rivière Rivière Major Fleuve Ter
Rivière Rivière de Vallserena Rivière de Vilamajor
Rivière Rivière de Vilamajor Fleuve Mogent
Torrent Remogent Rivière Carbonell
Torrent Lac de la Baga d'en Cuc Rivière de Vallforners
Torrent Lac d'en Borrell Rivière de Brugueres
Torrent Lac au Duc Rivière de Brugueres
Torrent Lac de la Figuerassa Rivière de Vallforners
Torrent Lac de la Font del Capellà Rivière de Vallforners
Torrent Lac de la Font de la Vallfiguera El Remogent
Torrent Lac de la Font Vilar Riera de Vallforners
Torrent Lac de la Noguereta Riera de Vallforners
Torrent Lac del Riu Riera de Brugueres
Torrent Torrent de Brollars Riera de Vilamajor
Torrent Torrent de Can Guri Riera de Brugueres
Torrent Torrent de Cal Nen Riera de Vallserena
Torrent Torrent de Can Païrana Rivière de Vallserena
Torrent Torrent de Can Vidal Rivière de Vallserena
Torrent Torrent de la Font del Corral Rivière de Vilamajor
Torrent Torrent de l'Home Rivière de Vallforners
Torrent Torrent del Mal Infern Rivière Giola
Torrent Torrent del Mal Infern Rivière Giola
Torrent Torrent del Mojó Rivière de Vallforners
Torrent Torrent del Roure lac de la Baga d'en Cuc
Torrent Torrent de la Serra de la Dona Morta Rivière de Vallserena

Écosystèmes[modifier | modifier le code]

Aspect hivernal, avec absence de sous-bois, du mont de Morou.

Flore[modifier | modifier le code]

Le relief du Montseny est responsable d'un microclimat. Les différences d'humidité et de température expliquent la variété et la répartition de la flore du massif. La végétation est répartie par étages successifs.

Bien qu'elle gagne en altitude, on trouve dans les parties les plus basses du massif une flore méditerranéenne caractéristique faite de chênes, subéraies et de pinèdes. La zone de moyenne montagne immédiatement supérieure est beaucoup plus humide et pluvieuse. On y trouve des chênes rouvres. À partir de 1 000 m, la végétation est du type de celle d'Europe centrale avec des hêtres et de petits conifères. Enfin, les parties supérieures du massif sont caractéristiques du climat subalpin. Le Montseny constitue la limite méridionale de nombreuses espèces d'Europe centrale telles que le sapin. La présence de ces différents climats rend la zone propice à l'apparition d'espèces endémiques. C'est le cas de l'herbe de Saint-Segimon, une variété de saxifrage, et de la gentiane jaune.

Faune[modifier | modifier le code]

Conséquence de la distribution de la végétation, la faune du Montseny est également caractéristique du massif. On y retrouve des espèces typiques des zones d'Europe centrale dans les parties les plus hautes, et des espèces méditerranéennes dans les zones les plus basses. Leur présence dans un espace relativement réduit est dû au fait que ces espèces trouvent là les conditions nécessaires pour se développer dans le massif. Plus de 270 espèces de vertébrés ont été identifiées dans le massif. Le caractère sylvestre du massif conditionne en grande partie la faune qui l'habite.

Les forêts de chênes sont habitées par des sangliers, des renards, des genettes et des loirs, pour ce qui est des mammifères les plus connus. Les oiseaux caractéristiques sont les autours, les geais et les rouge-gorges. Enfin on y compte diverses espèces de batraciens, de reptiles et de poissons.

Cependant, ce qui confère le caractère le plus singulier au massif sont les espèces d'Europe centrale dont la répartition géographique se termine au Montseny. C'est le cas du lièvre, de diverses espèces de Gliridae, des Pipits spioncelles, de certains pinçons, des lézards verts et des vipères. En outre on compte des espèces endémiques issues de branches d'Europe centrale, telles que la grenouille rouge et un amphibien nommé triton du Montseny.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence d'outils en pierres de taille à Aiguefreda, el Brull et Saint-Marçal attestent de l'existence de communauté humaines anciennes dans le massif du Montseny. La présence de mégalithes telles que la pierre de l'Estalada sur le plateau de la Calma confirme cette présence. Les conditions rencontrées dans les massifs étaient à cette époque bien plus intéressantes pour les communautés humaines que celles rencontrées dans les plaines.

Cependant les premières occupations stables des hauteurs du massif ne commencent qu'à la période ibérique. Les restes de cette période sont les châteaux du Montgros (Brull) et les fondations des fortifications de Montclus à Saint Estève de Palaurordera ainsi qu'à Can Flaquer de Samalus.

La conquête romaine entraîne de nombreux changements. Le développement de villes dans la plaine et sur la côte comme Empúries, Gérone et Vic, ainsi que la construction de la Via Augusta et de la Via Ausa permettent une colonisation du massif où l'on compte diverses villas romaines. Celle de Can Tarrés est la plus connue.

Le Moyen Âge voit le début une intensification progressive des activités, essentiellement tournées vers les cultures et l'élevage. Cette activité atteint son maximum au XIXe siècle avant de régresser au siècle suivant.

Activités[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

À partir du Moyen Âge, l'exploitation du massif du Montseny s'intensifie. Elle atteint son paroxysme au XIXe siècle avant de régresser au XXe siècle puis de muter au XXIe siècle.

Durant cette période les principales activités sont l'élevage et les cultures organisés autour de mas. Les mutations de ces dernières années favorisent le tourisme rural par l'augmentation de l'activité hôtelière et de la restauration, ainsi que le développement d'activités sportives spécifiques dans certaines parties du massif.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Méthodologie pour l’inventaire du patrimoine culturel immatériel dans les réserves de biosphère : l’expérience du Montseny *
UNESCO logo.svg Patrimoine culturel immatériel
de l’humanité
Musée ethnologique de Montseny
Musée ethnologique de Montseny
Pays * Drapeau de l'Espagne Espagne
Région * Europe et Amérique du Nord
Liste Registre des meilleures activités de sauvegarde
Fiche 00648
Année d’inscription 2013
* Descriptif officiel UNESCO

La majeure partie du massif du Montseny est protégée depuis 1977, lors de la création du parc naturel du Montseny. Ce parc est déclaré réserve de biosphère par l'UNESCO depuis 1978. Enfin il a reçu le statut de parc naturel en 1987 au niveau espagnol.

Depuis cette même année, le parc naturel du Montseny est jumelé avec le parc national des Cévennes en France, et depuis 1994 avec le parc international La Amistad, à cheval sur le Costa Rica et le Panama. L'ensemble de ces trois parcs sont également déclarés réserve de biosphère.

Ils maintiennent des plans triennaux communs qui ont permis des développements conjoints.

Sports[modifier | modifier le code]

La grande variété des paysages et la richesse écologique du site a incité les premier excursionnistes à gravir le Montseny, mais c'est surtout l'arrivée du train dans les villages alentour qui a permis d'augmenter la fréquentation du massif. Le développement de ces infrastructures met le massif aux portes de Barcelone, de Vic et de Gérone.

Les principales activités estivales sont les randonnées jusqu'aux cimes de différents pics. L'hiver ce sont les activités liées à la neige qui dominent, principalement le ski alpin et ski de fond.

Culture[modifier | modifier le code]

Les paysages, les traditions et les chansons liées au massif du Montseny ont été une source d'inspiration pour de nombreux artistes, peintres, écrivains, poètes, musiciens et même des scientifiques. Cette tendance a été particulièrement marquée durant la période romantique au XIXe siècle avec des personnes telles que Joan Maragall.

Un observatoire astronomique et météorologique est installé au sommet du mont de l'Homme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Altitudes relevées sur la carte topographique de Catalogne (Mapa Topogràfic de Catalunya) au 1:10 000 de l'Institut Cartogràfic de Catalunya

Sur les autres projets Wikimedia :

41° 47′ 36.5″ N 2° 24′ 10.97″ E / 41.793472, 2.4030472