Masse critique (mouvement social)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir masse critique.
Masse critique à Prague, 22 septembre 2007.

Une masse critique (de l'anglais critical mass, terme également utilisé en français) est une manifestation à bicyclette (ou tout autre moyen de transport sans moteur, tels les patins, les planches à roulettes, etc.), organisée simultanément le dernier vendredi du mois dans plus d'une centaine de villes dans le monde.

Le mouvement a démarré à San Francisco : la première masse critique y eut lieu le 25 septembre 1992 avec une cinquantaine de participants. Le mouvement est devenu international et des masses critiques sont maintenant organisées en Amérique du Nord, Europe, Australie, Asie et Amérique Latine. L'ampleur des masses critiques peut varier d'une centaine à quelques milliers de participants dans chaque ville. Les masses critiques se déroulent en milieu essentiellement urbain. On estime qu'il y a actuellement 325 villes où elles sont organisées. Ce mouvement se rattache aux mouvements environnementalistes et aux mouvements altermondialistes, notamment au mouvement Reclaim the streets[1] ou, en France, au mouvement Vélorution.

Masse critique : pourquoi ce terme ?[modifier | modifier le code]

Il semble[2] que le terme « masse critique » vienne d'une observation du trafic routier en Chine, où sans feux de signalisation aux croisements, les cyclistes attendent d'être assez nombreux, de faire masse pour s'engager et traverser ensemble. On retrouve une scène de ce genre dans le documentaire de Ted White Return of the Scorcher (1992).
Ce terme est inspiré très librement du concept en physique de masse critique pour mettre l'accent sur certains seuils à partir desquels des phénomènes physiques peuvent avoir lieu (voir l'article percolation pour plus de précisions).

Partant de ce principe, les constats sont les suivants:

  • il faut une masse critique, un nombre suffisant de cyclistes pour occuper en toute sécurité une partie de la voie publique, excluant son usage par les usagers motorisés.
  • la « masse critique » des voitures est telle qu'elle empêche leur propre déplacement, et entraîne des effets non négligeables sur la manière de vivre en ville.
  • la « masse critique » des vélos détermine le trafic, sa vitesse, et non plus le flux des voitures

De ces constats découlent des slogans habituels de ce mouvement :

  • « Nous ne bloquons pas la circulation, nous sommes la circulation. »
  • « Les voitures ne sont pas dans un bouchon, elles sont le bouchon. »

Objectif des masses critiques[modifier | modifier le code]

Masse critique à San Francisco, 29 avril 2005.

L'objectif d'une masse critique est variable, n'allant parfois pas au-delà de la rencontre, la sociabilité et l'évènement, avec la création d'un espace public d'où les automobiles sont exclues pour laisser place aux citadins, aux alternatives parfois festives.

D'autres masses critiques peuvent être axées sur un thème : montrer les aménagements ou l'absence d'aménagements pour les cyclistes, les problèmes de sécurité, rendre visible et promouvoir l'utilisation de moyens de transports non polluants, faciliter la cohabitation des usagers de la route...

Les masses critiques sont souvent liées au mouvement écologiste, en particulier au mouvement Carfree, qui estime que l'usage privé de l'automobile est une catastrophe pour l'environnement local et global, ou liées au mouvement citoyen de réappropriation de l'espace public urbain, pour des conditions de qualité de vie tant au point de vue social que physique.

Suivant les participants les masses critiques peuvent être festives, revendicatrices. Elles peuvent pratiquement initier à la désobéissance civile, pour mettre en évidence les règles jugées dangereuses ou inadéquates pour les usagers faibles de la route.

Organisation de masse critique[modifier | modifier le code]

Itinéraire complet de Masse Critique à Lisbonne, avril 2012

À l'origine, les critical masses sont des manifestations auto-organisées (on utilise fréquemment le terme de « coïncidence organisée ») avec une structure en rhizome plutôt que hiérarchique, sans leader, organisateur et sans affiliation de membre, initiées par un simple rendez-vous donné à un lieu donné. À la dernière minute, des volontaires se proposent pour se placer en tête de groupe afin de sécuriser les carrefours. Parfois, la route peut être décidée par vote quelques jours auparavant entre plusieurs itinéraires suggérés ; sinon, elle est choisie le jour même, au hasard des évolutions dans la ville.

Ces méthodes libèrent le mouvement des masses critiques d'une structure hiérarchique, de réunions, de politique interne, etc.

Quand elles sont préparées, ce sont généralement des organisations environnementales ou des associations de cyclistes qui prennent en charge et promeuvent les masses critiques, qui peuvent alors se dérouler avec un parcours balisé avec action spectaculaire dans des lieux de trafic important, des itinéraires choisis avec un thème, un accompagnement d'un service d'ordre. Les points de rendez-vous sont parfois indiqués sur Internet, des sites reprenant les adresses des différentes villes où des masses critiques sont organisées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Conflit avec le maire de San Francisco[modifier | modifier le code]

Après avoir été bloqué dans sa limousine par une masse critique, le maire de San Francisco, Willie Brown, leur déclare la guerre : il exige que tous les participants soient arrêtés et commence une polémique par presse interposée, qui aboutit à la remise en question de la masse critique suivante du mois de juillet. Le maire refusant de rencontrer les cyclistes, un groupe de leaders autoproclamés essaye d'établir un semblant d'ordre et la presse diffuse un itinéraire pseudo « agréé ». Le vendredi, le maire essaye de s'adresser à la foule au point de rendez-vous mais est réduit au silence. La masse suit durant un pâté de maisons l'itinéraire supposé puis dévie « downtown ». L'événement se transforme en bataille cycliste contre motoriste, en bicyclettes démolies, menant à plus de 200 arrestations.

Après cet événement, la renommée des masses critiques est faite : certains auteurs (dont Naomi Klein) situent la naissance des masses critiques en 1997.

Incident de Porto Alegre[modifier | modifier le code]

Le vendredi 25 février 2009 à Porto Alegre au Brésil, une voiture a foncé délibérément sur les cyclistes, provoquant des dizaines de blessés mais aucun mort[3]. Le chauffard a fui par la suite, mais a été poursuivi par des cyclistes, avant de se retourner sur le toit[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Reclaim the streets : article de Wikipédia en anglais.
  2. The Origin of Critical Mass
  3. http://www.youtube.com/watch?v=8MGsxoNcK1E
  4. http://www.dhnet.be/infos/monde/article/344776/un-conducteur-fou-ecrase-des-cyclistes-au-bresil.html

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]