Massango (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Massango (peuple d'Afrique))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Massango.

Les Massango sont une communauté ethnolinguistique bantoue d'Afrique centrale établie au centre-sud du Gabon dans la province de la Ngounié et de l'Ogooué-Lolo[1]. Par leur histoire longtemps commune, leurs langues et leurs traditions, ils sont étroitement liés aux Échira[1]. Ils parlent une langue bantoue, l'isangu.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources on observe de multiples variantes : Ashango, Chango, Machango, Masango, Masangos, Masangu, Masangus, Mashango, Mashongo, Massangos, Massangou, Sango, Sangos, Sangou, Sangu, Sangus, Shango, Shangu[2].

« Massango » est l'appellation administrative, francisée[3]. « Masangu » (singulier Musangu) est utilisé par la population elle-même (endonyme)[4].

Population[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’une communauté ethnolinguistique d’environ 50 000 à 60 000 individus, dont le principal foyer d'implantation se situe dans les provinces de la Ngounié et de l'Ogooué-Lolo. Leurs principaux villages sont, en effet, répartis dans la région montagneuse du massif du Chaillu, entre Iboundji, Koula-Moutou et Popa, dans la province de l'Ogooué-Lolo, et entre Mimongo, Mbigou et Lébamba, dans la province de la Ngounié. Dans ce foyer originel, ainsi que l'explique très justement Rigobert Moukambi-Pango[5], les Masangu sont voisins des Banzèbi, au sud ; des Simba et Akélé, au nord ; des Pové (Puvi), à l'est, et des Mitsogo, à l'ouest. Bien entendu, comme pour les autres ethnies du pays, la dynamique des populations sur le territoire fait qu'on rencontre des Masangu installés sur d'autres sites du territoire national, notamment à Mouila, à Lambaréné, à Port-Gentil et, évidemment, à Libreville, la capitale du pays. Entre Fougamou et Lambaréné ; Lambaréné et Bifoun, puis Bifoun et Libreville, par exemple, ils ont établi de nouveaux habitats.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire des Bantu-Masangu comme d’ailleurs celle de tous les peuples du Gabon – des peuples à tradition orale – est totalement inconnue. Si on ne rencontre les Masangu qu’au Gabon, on ne sait pas grand-chose ni de leur origine ni de leur parcours migratoire avant de s’établir sur leur site du massif du Chaillu qui constitue leur foyer originel au Gabon. C’est à partir de ce foyer que les populations masangu vont migrer pour s’établir sur d’autres sites du territoire national. La tradition orale enseigne que les Masangu et les Bisir (Eshira) ont constitué, à une époque antérieure, un même peuple, qui s’est certainement différencié au cours de sa migration. Il est aussi vraisemblable de penser, comme l’affirme l'historien Anges Ratanga Atoz[6], que les Masangu, comme les autres peuples du groupe dit sira-punu, à savoir, les Bapunu, les Bisir, les Balumbu, les Bavungu, les Bavarama et les Ngowé sont certainement partis du grand royaume Kongo. Mais, une telle hypothèse doit encore être validée par des données scientifiques (archéologiques, génétiques, etc.) pour constituer une vérité historique.

Langues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Isangu.

Ils parlent une langue bantoue, l'isangu, dont le nombre de locuteurs natifs est estimé en 2007 entre 30 000 et 40 000 individus[7].

Les Masangu parlent l'isangu, une langue bantoue du groupe B40 (indice B 42)[8]. Cette langue n’a absolument rien à avoir avec le sango de Centrafrique, qui appartient à une autre famille de langues. Par rapport aux variations dialectales, les locuteurs reconnaissent au moins quatre variétés : l'isangu de Mimongo, celui de Mbigou, celui d'Iboundji et l'isangu parlé à Lébamba. Ces différentes variétés semblent assez bien caractérisées aux plans phonétique, lexical et prosodique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) James Stuart Olson, « Massango », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 376 (ISBN 9780313279188)
  2. Source RAMEAU, BnF [1]
  3. Rigobert Moukambi Pango, Les Masangu et leur univers social. Libreville: Editions Raponda-Walker, 2003, p. 274
  4. Daniel Franck Idiata, Langues en danger et langues en voie d'extinction au Gabon : Quand la génération des enfants se détourne des langues vernaculaires ou quand les parents détournent leurs enfants de la langue de la communauté, L'Harmattan, 2009, p. 57 (ISBN 9782296220041)
  5. Rigobert Moukambi-Pango, Les Masangu et leur univers social, ditions Raponda Walker, Libreville, Gabon, 2003, p. 12 (ISBN 2-912776-34-1)
  6. Anges Ratanga Atoz, Les peuples du Gabon occidental : Ng'omyènè, Shekiani, Bakèlè, Benga, Ngubi, Gisire, Varama, Lumbu, Vili et Fang pendant la première periode coloniale (1839-1914), tome I, Le cadre institutionnel, Editions Raponda Walker, Libreville, 359 p. (ISBN 2-912776-17-1)
  7. Daniel Franck Idiata, Les langues du Gabon. Données en vue de l'élaboration d'un atlas linguistique, L'Harmattan, 2007, p. 90 (ISBN 9782296185524)
  8. Groupe B.40 dans la classification de Guthrie, Pierre Ondo-Mebiame, Essai De Description Morphophonologique Du Yisangu: Langue Bantu Du Gabon, Lincom Europa,‎ 2000 (ISBN 9783895866692, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Belloni Du Chaillu (1869), L'Afrique sauvage, nouvelles excursions au pays des Ashangos, Michel Lévy Frères, Paris, 1869, disponible sur Gallica
  • Daniel Franck Idiata, « Qui sont les Masangu et d'où viennent-ils ? La proximité linguistique est-elle le reflet d'une identité des peuples ? », James D. Emejulu & Michael Mbabuike, Education, Culture and Development, Cape Town, The Centre for Advanced Studies of African Society, Book series n° 41 (pp. 174-201). 2006.
  • Daniel Franck Idiata, Les minorités face à la globalisation  : enrichissements, ethnocides ou ethnothanasies ? : la culture des Bantu-Masangu du Gabon entre tradition et modernisme, Lincom Europa, Munich, 2009, 175 p. (ISBN 978-3-929075-60-1)
  • Daniel Franck Idiata, Le mariage chez les Bantu-Masangu, Libreville, Les Editions du CENAREST.
  • Jean Bernard Kombi (1998), Histoire des origines des clans masangu du Gabon, circa 1800 à nos jours. Mémoire de Maîtrise d'histoire, Libreville, Université Omar Bongo. 1998.
  • Rigobert Moukambi Pango. Les Masangu et leur univers social. Libreville: Editions Raponda-Walker. 2003.
  • Wilson Ndombet, « Les Masangu : une histoire bridée par le sacré ? », Les Cahiers d'Histoire et d'Archéologie, n° 4 (pp.73-85). 2003.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]