Massacres de Markale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 51′ 35″ N 18° 25′ 27″ E / 43.859604, 18.424081 () Les Massacres de Markale sont deux massacres de civils commis,soit par l'armée de la République serbe de Bosnie[1],[2],soit par l'armée de la République de Bosnie et d'Herzégovine, lors du siège de Sarajevo, sur le marché de la place de Markale. La première attaque, le , fit 68 morts et 144 blessés, tandis que la seconde, le , fit 37 morts et 90 blessés.

Dans les deux cas, la provenance des tirs fut controversée. Les forces serbes assiégeant la ville ont affirmé ne pas être à l'origine de ces tirs, accusant au contraire l'armée de la République de Bosnie et d'Herzégovine de bombarder son propre peuple pour pousser l'organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) à intervenir[3].

Lors de la première attaque, les rapports d'experts ne permirent pas de déterminer avec certitude la provenance des tirs de mortier, cependant l'OTAN réagit en imposant aux forces serbes, par un ultimatum, de retirer leurs armes lourdes des alentours de Sarajevo. Après la seconde attaque, l'OTAN déclencha une campagne de bombardements, l'opération Deliberate Force.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a conclu à la culpabilité de l'armée serbe pour les deux attaques, respectivement lors du jugement de Stanislav Galić[4], en décembre 2003, et de Dragomir Milošević[5], en décembre 2007.

Premier massacre[modifier | modifier le code]

La première attaque a lieu le entre 12h10 et 12h15. L'explosion sur le marché de Sarajevo fait 68 morts et 144 blessés. La source de l'explosion sera par la suite déterminée comme étant un obus de mortier de 120mm.

Les Serbes furent immédiatement désignés comme coupables et un ultimatum de l'OTAN imposa aux forces serbes de se retirer des environs de Sarajevo[6]. L'OTAN fut accusée d'avoir utilisé ce massacre comme prétexte aux préparatifs de l'opération Deliberate Force[7].

Quelques jours plus tard courut l'information qu'un rapport initial de la FORPRONU accusait en fait les forces de l'armée de la République de Bosnie-Herzégovine du massacre. Le 18 février, le journaliste Bernard Volker affirme sur la chaîne de télévision française TF1 qu'il existe un rapport de l'Organisation des Nations unies (ONU), dont Boutros Boutros-Ghali a connaissance mais qui ne sera pas rendu public, selon lequel les Musulmans seraient responsables du massacre[8]. Violemment critiqué par le journal Le Monde, Volker obtient un droit de réponse, citant en particulier l'ancien président pro-serbe[9] François Mitterrand :

« ll y a quelques jours, M. Boutros-Ghali m'a dit qu'il était certain que le projectile qui est tombé sur le marché de Sarajevo de Markale était une provocation de la part des Musulmans[10]. »

Le , le journaliste français Jean Daniel écrira dans l'éditorial du Nouvel Observateur :

« Je me souviens du premier attentat sur le marché central, celui qui a provoqué les premiers bombardements de l'OTAN. Il me faut le dire aujourd'hui. J'ai entendu successivement Édouard Balladur, François Léotard, Alain Juppé et deux généraux très « responsables » me dire qu'ils étaient convaincus que de nombreux Français, soldats de l'ONU, abattus ou blessés en Bosnie, l'avaient été par des snipers musulmans. Et même que l'obus tiré sur le marché central était, lui aussi musulman ! Ils auraient provoqué un carnage sur les leurs ! ai-je observé avec effroi. Oui, m'a répondu le Premier Ministre sans hésiter, mais ils ont fait sortir l'OTAN de ses atermoiements. Balladur comme Alain Juppé pensaient qu'Izetbegovic pouvait être, à l'occasion, « provocateur ». Mitterrand, lui, allait plus loin : il donnait raison au président bosniaque de provoquer. »

Le général Hugh Michael Rose, à la tête de la mission britannique de la FORPRONU basée à Sarajevo au moment des évènements, déclara d'abord ne pas pouvoir être sûr de qui était responsable. Il déclara plus tard, dans ses mémoires (Fighting for peace), avoir dit au commandant des forces gouvernementales bosnienne, le général Jovan Divjak, que le mortier avait été tiré à partir de ses positions, selon des experts de l'ONU[11].

Cependant, une enquête plus approfondie de la FORPRONU[12] rapporta une erreur de calcul dans le premier rapport et l'ONU conclut qu'il était impossible de déterminer quelle était l'origine du tir.

En 2003, le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a condamné en première instance le général serbe Stanislav Galić à 20 ans de prison, entre autres pour cinq bombardements commis lors du siège de Sarajevo dont celui du marché de Markale. En 2004, l'expert en balistique Berko Zečević travaillant avec deux collègues, a déterminé six positions d'où le tir mortel de Markale aurait pu être effectué: cinq de ces positions étaient sous le contrôle des forces serbes, une sous le contrôle de l'ArBiH. Les soldats de la FORPRONU stationnés près de la position de l'ArBiH n'ont signalé aucun tir provenant des positions de l'armée de la République de Bosnie-Herzégovine ce jour-là. Berko Zečević a rapporté que certains des composants du projectile ne pouvaient provenir que de deux sites, tous deux sous contrôle serbe[13]. Selon d'autres équipes de balistique et tel que rapportée dans le jugement du TPIY, l'erreur mathématique initiale[précision nécessaire] correspond sans doute à celle des équipes Frebat 4 et Verdy et ont été écartées pour cette raison du rapport final. Une fois disqualifiées ces deux analyses reposant sur des données erronées, le rapport de l'ONU a finalement retenu un total de huit analyses effectuées de façon conventionnelle par des experts de l'ONU ou des experts indépendants, mais l'amplitude des distances de tir calculées par ces huit analyses n'a permis d'exclure de façon définitive ni les positions bosniaques, ni les positions serbes. Toutefois, tous les rapports, y compris Frebat 4 et Verdy, s'accordent sur la nature de la charge (obus de mortier de 120mm). Le 5 décembre 2003, le tribunal a conclu « au-delà de tout doute raisonnable » à la culpabilité de Galić[14],[11]. Les rapports des experts ont convaincu « au-delà du doute raisonnable » 5 des 6 juges, Rafael Nieto-Navia ayant émis un avis dissident dans lequel il explique ne pas pouvoir statuer « au-delà du doute raisonnable » sur l'origine du tir[15].

Second massacre[modifier | modifier le code]

La seconde attaque a lieu le . Cinq tirs de mortier successifs, aux alentours de 11h, font 37 morts et 90 blessés. L'OTAN déclenche alors une campagne de bombardement de deux semaines, l'opération Deliberate Force, plus lourde que la précédente, contre les Serbes de Bosnie[16]. La responsabilité de ces tirs a également été controversée. Les autorités serbes ont rejeté, comme lors du premier massacre, toute responsabilité[3].

L'institut néerlandais d'études militaires résume, dans un rapport datant d'avril 2002, l'avis de quatre experts de la FORPRONU, avis cependant non reconnu par le commandement des forces de l'ONU :

« David Binder, journaliste à l'hebdomadaire The Nation, a rapporté dès octobre 1995 que des spécialistes de la FORPRONU (un Russe, un Canadien et deux Américains) étaient arrivés sans aucune espèce de doute à la conclusion qu'il s'était agi d'une mine de l'armée de Bosnie-Herzégovine (ABiH). Des officiers des services secrets américains ajoutèrent que l'ABiH avait confirmé le fait[17]. »

Le TPIY, sur la base des rapports successifs de la FORPRONU et des témoignages rapportés à la cour, accusa les forces serbes d'être à l'origine des tirs de mortier et condamna à l'unanimité, entre autres pour cela, le général serbe Dragomir Milošević à 33 ans de prison en décembre 2007[18]. En particulier, les arguments de l'expert russe cité par Binder, Andrey Demurenko, ont été rejetés par le TPIY lors de l'audition car celui-ci, selon le TPIY, s'était limité à un champ de recherche trop restreint et que ses justifications sur ce point ont été vague et évasive[19].

Lors du procès de Dragomir Milošević, le témoignage au TPIY de David Harland, ancien responsable des affaires civiles pour l'ONU en Bosnie, éclaire les raisons de la neutralité apparente de la FORPRONU dans les jours qui ont suivi l'attaque. Selon Harland, le général Rupert Smith a d'abord déclaré que l'origine des tirs n'était pas claire, bien qu'il ait déjà entre les mains à ce moment le rapport technique de la section de renseignement de la FORPRONU, qui établissait avec certitude que les tirs provenaient de la position serbe de Lukavica. Pour Harland, qui reconnait avoir lui-même conseillé le général Smith dans ce sens, cette déclaration neutre avait pour but de ne pas alerter les Serbes et de mettre à l'abri des représailles serbes les soldats de la FORPRONU sur le territoire de la Republika Srpska[20].

Le TPIY a conclu que le tir de mortier de 120mm du 28 août 1995 sur le marché de Markale avait été tiré par l'armée de la République serbe de Bosnie depuis les positions du Corps Sarajevo-Romanija[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Galić - Crimes convicted of - ICTY - TPIY ::
  2. SENSE - DRAGOMIR MILOSEVIC SENTENCED TO 33 YEARS ZAVRŠNE REČI NA SUĐENJU GENERALU PERIŠIĆU
  3. a et b (en) Patrick Moore, « Serbs Deny Involvement in Shelling », "Open Media Research Institute" Daily Digest,‎ 29 août 2005 (lire en ligne)
  4. TPIY, « Jugement rendu dans l'affaire le Procureur c/ Stanislav Galic L'accusé condamné à 20 ans d'emprisonnement », sur icty.org,‎ 5 décembre 2003 (consulté le 13 février 2009)
  5. (en) TPIY, « Prosecutor vs Dragomir Milošević », sur icty.org,‎ 12 décembre 2007 (consulté le 13 février 2009)
  6. (en) Jeanne M. Haskin, Bosnia And Beyond: The "Quiet" Revolution That Wouldn't Go Quietly, Algora Pub,‎ 30 mai 2006, 249 p. (ISBN 978-0875864280)
  7. « La tuerie du marché de Sarajevo un prétexte ? », L'Humanité,‎ 17 février 1994 (lire en ligne)
  8. UN Tracks source of fatal shell, The Times (Londres), 18 février 1994.
  9. http://www.saladelle.fr/?p=4015
  10. Cette citation est notamment reprise lors du procès de Slobodan Milošević au TPIY, p. 27354
  11. a et b (en) Jim Fish, « Sarajevo massacre remembered », BBC,‎ 5 février 2004 (lire en ligne)
  12. (en) Noel Malcom, « David Owen and his Balkan bungling », The Sunday Telegraph,‎ 12 novembre 1995 (ISSN 1231, lire en ligne) :

    « a second. more thorough investigation found that the first had made mistakes in its calculations, and concluded that the shell could equally have come from the Serb side »

  13. Judith Armatta : "Les Serbes de Bosnie responsables du massacre de Markale à Sarajevo : déposition d’un expert", traduction de : "Bosnian Serbs Responsible for Sarajevo Markale Massacre, Expert Testifies", Srebrenica Genocide Blog, 11 décembre 2005
  14. TPIY, « Jugement rendu dans l'affaire le Procureur c/ Stanislav Galic L'accusé condamné à 20 ans d'emprisonnement », sur icty.org,‎ 5 décembre 2003 (consulté le 13 février 2009). le jugement du TPIY inclut des comptes-rendus techniques et détaillés des preuves apportées par différents rapports balistiques: Sabljica Ballistic Report, Zecevic Ballistic Report, rapport de l'ONU.
  15. Nieto-Navia, « Opinion séparée et partiellement dissidente du Juge Nieto-Navia », sur www.un.org/icty/, TPIY,‎ 5 décembre 2003 (consulté le 13 février 2009) : « 97. For the above reasons, I am not satisfied that the Prosecution has established beyond a reasonable doubt that the SRK fired the shell which exploded in Markale market on 5 February 1994 »
  16. Dans son livre To end a war (1999), le chargé d'affaires américain pour la Bosnie, Richard Holbrooke, rapporte que l'aval nécessaire de l'ONU pour engager l'OTAN n'a pas été obtenu de son secrétaire général, alors « en voyage et inatteignable », mais de Kofi Annan.
  17. (en) Bosnia's Bombers by David Binder, The Nation, October 2, 1995
  18. (en) Dragomir Milošević sentenced to 33 years
  19. TPIY, « Prosecutor vs Dragomir Milošević », sur www.un.org/icty/,‎ 12 décembre 2007 (consulté le 13 février 2009) : « The Trial Chamber, therefore, has a difficulty accepting Col. Demurenko’s conclusions dismissing any possibility that the shell was fired from SRK-held territory. This determination is consistent with the Prosecution’s line of cross-examination that Col. Demurenko confined himself to too narrow an area in seeking to identify the possible launching sites. It is significant that Col. Demurenko never answered the Prosecution’s questions on this point with any clarity, in fact the Trial Chamber characterises his responses as vague and evasive. (...) In the circumstances, the Trial Chamber is satisfied that the mortar shell that struck the street in the vicinity of the Markale Market was fired from the territory under the control of the SRK and that it was fired by members of the SRK. »
  20. (en) The Second Markale Massacre Myth ICTY.
  21. SENSE - DRAGOMIR MILOSEVIC SENTENCED TO 33 YEARS

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les documents principaux du procès de Stanislav Galić devant le TPIY:
  1. Acte d'inculpation
  2. Jugement
  3. Opinion séparée et partiellement dissidente du Juge Nieto-Navia
  • Les documents principaux du procès de Dragomir Milošević devant le TPIY:
  1. Acte d'inculpation amendé
  2. Jugement
  • David Binder, "Anatomy of a Massacre", Foreign Policy, no. 97, Winter 1994-5, pp. 70-8
  • Jürgen Elsässer, Comment le Djihad est arrivé en Europe, Xenia, 2006, (ISBN 2888920042)
  • (en) John Hagan, Justice in the Balkans: Prosecuting war crimes in the Hague tribunal, Chicago-London, The university of Chicago press,‎ 2003, Relié (ISBN 0-226-31228-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Massacre de la boulangerie, attentat précédent ceux de Markale, ayant eu lieu le 27 mai 1992 devant une boulangerie de Sarajevo.