Massacre de Wola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massacre de Wola
Image illustrative de l'article Massacre de Wola
Le mémorial avec la liste des sites

Date 5 - 12 août 1944
Lieu Wola, Drapeau de la Pologne Pologne
Victimes Civils polonais
Morts 40 000 à 100 000
Auteurs Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Participants 36divss.gif SS-Sturmbrigade Dirlewanger
RONApatch.png 29e division SS de grenadiers RONA
Unités de l'Ordnungspolizei et de la Wehrmacht
Guerre Seconde Guerre mondiale
Coordonnées 52° 14′ 19″ N 20° 59′ 01″ E / 52.23869444, 20.98351389 ()52° 14′ 19″ Nord 20° 59′ 01″ Est / 52.23869444, 20.98351389 ()  

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne)
Massacre de Wola

Front de l’Est
Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Bataille de Białystok–Minsk · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev · Siège d'Odessa · Siège de Léningrad · Offensive de Siniavino · Campagne de Crimée · Bataille de Moscou · Seconde bataille de Kharkov · Bataille du Caucase (Opération Fall Blau) · Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Mars · Opération Saturne · Opération Iskra · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Bataille de Krasny Bor · Troisième bataille de Kharkov · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Bataille de Tcherkassy · Offensive de Crimée · Opération Bagration · Offensive Lvov-Sandomierz · Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Offensive Vistule-Oder · Bataille de Königsberg · Offensive Vienne · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen  · Bataille de Berlin · Insurrection de Prague · Offensive Prague · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Le massacre de Wola désigne le meurtre de plusieurs milliers de Polonais du 5 au 8 août 1944, dans le district de Wola, à Varsovie, par la Wehrmacht, lors de l'insurrection de Varsovie.

Il est considéré comme le plus grand massacre de l'histoire de la Pologne, et on estime entre 40 000[1] et 100 000[2] le nombre de victimes, principalement des civils et des prisonniers de guerre. Les Nazis voulaient étouffer dès le départ toute tentative d'insurrection en terrorisant les habitants de Varsovie ; ils espéraient ainsi briser la volonté de se battre des Polonais et en finir sans être obligés de s'engager dans un difficile combat urbain, mais ils se rendirent compte bientôt qu'ils n'avaient fait qu'exaspérer leurs adversaires[3].

Le massacre[modifier | modifier le code]

Civils polonais assassinés par la police et les troupes SS à Varsovie, août 1944

Les forces allemandes, notamment les sous-unités de la Sicherheitspolizei et les forces à la réputation sinistre de la Sturmbrigade SS Dirlewanger, composées de criminels amnistiés, se rassemblèrent et se mirent à exécuter sans distinction une foule de gens dans le quartier de Wola, vieillards, femmes et enfants, aussi bien que les insurgés faits prisonniers. Ces exécutions massives s'étendirent à des malades et à des membres du personnel soignant des hôpitaux du quartier dont quelques-uns furent brûlés vifs.

Le 5 août, les trois groupes commencèrent leur progression vers l'ouest le long des rues Wolska et Górczewska vers la ligne principale de communication Ouest-Est d'Aleje Jerozolimskie. Leur avance fut arrêtée, mais les régiments de Heinz Reinefarth et d'Oskar Dirlewanger commencèrent à mettre à exécution les ordres d'Heinrich Himmler : derrière les lignes, des groupes spéciaux de SS et les forces de police allaient de maison en maison, rassemblant tous les habitants et tirant sur eux. Des soldats allemands réguliers de la Wehrmacht prirent part aux massacres eux aussi.

Dans son livre The Second World War: A Complete History, à la page 565, Martin Gilbert décrit ainsi l'événement :

Le 5 août, plus de quinze mille civils polonais avaient été assassinés par les troupes allemandes à Varsovie. À 17 heures 30, le général von dem Bach Zelewski donna l'ordre d'arrêter l'exécution des femmes et des enfants. Mais on continua à massacrer tous les hommes polonais que l'on capturait, sans que personne se souciât de savoir s'il s'agissait d'insurgés ou non. Les cosaques et les criminels des brigades Kaminsky et Dirlewanger ne firent même pas attention à l'ordre de von dem Bach Zelewski : violant, massacrant, torturant et incendiant, ils avancèrent dans les quartiers de Wola et d'Ochota, tuant encore trente mille civils dans cette boucherie de trois jours, y compris des centaines de malades dans chacun des hôpitaux qui se trouvaient sur leur chemin.

Dans le même temps, les bataillons d'insurgés Zośka et Wacek réussissaient à se rendre maîtres des ruines de l'ancien Ghetto et du camp de concentration de Varsovie. La zone devint un des liens de communication principaux entre les insurgés qui luttaient à Wola et ceux qui défendaient la vieille ville de Varsovie. Le 7 août 1944, les forces nazies furent renforcées par des chars, tandis qu'on utilisait des femmes civiles comme boucliers humains[4]. Après deux jours de combats acharnés, elles réussirent à couper Wola en deux et atteindre la place Bankowy.

Le massacre s'arrêta après qu'Adolf Hitler eut ordonné que les civils capturés fussent envoyés dans des camps de concentration ou employés à des travaux forcés. Un Verbrennungskommando, composé de Polonais qu'on avait choisis, ramassa la plupart des corps de victimes avant de les brûler en plusieurs endroits.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les fosses communes découvertes après la guerre. Chacune d'entre elles contient les restes de dizaines de victimes du massacre de Wola, non identifiées pour la plupart.

Jusqu'à la mi-septembre, les Nazis abattaient sur-le-champ tous les insurgés capturés. Après l'arrivée à Varsovie du SS-Obergruppenführer Erich von dem Bach (7 août 1944), il devint évident que les atrocités ne faisaient que renforcer la résistance et qu'il fallait trouver une solution politique, du fait que le commandement allemand n'avait à sa disposition que des forces limitées. L'objectif était de remporter une victoire importante pour montrer à l'Armia Krajowa qu'il ne servait à rien de continuer à se battre et la faire capituler.

Le succès ne fut pas immédiat, mais à partir de la fin septembre, certains des combattants polonais capturés furent traités en prisonniers de guerre et on épargna les civils ; finalement les derniers quartiers de Varsovie encore tenus par les insurgés capitulèrent le 2 octobre 1944.

Les principaux responsables étaient Heinz Reinefarth et Oskar Dirlewanger, organisateurs des pires des atrocités. Dirlewanger fut torturé à mort par des gardes militaires polonais après la guerre, mais Reinefarth ne fut jamais inquiété. Une liste de plusieurs anciens soldats de Dirlewanger encore vivants et jamais poursuivis a été établie en mai 2008 par le musée de l'Insurrection de Varsovie[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Muzeum Powstania otwarte, BBC Polish edition, 2 cctobre 2004, accédé pour la dernière fois le 13 avril 2007
  2. (pl) O Powstaniu Warszawskim opowiada prof. Jerzy Kłoczowski, Gazeta Wyborcza - édition locale de Varsovie, 1998-08-01. Accédé pour la dernière fois le 13 avril 2007
  3. (pl) Site dédié au musée de l'Insurrection de Varsovie (page en français illisible, page en anglais ou en allemand des plus sommaires, mieux vaut être polonophone)
  4. (en) 1944: Uprising to free Warsaw begins, BBC News, 1er août
  5. [(pl) http://www.rp.pl/artykul/135379.html Odkryta kartoteka zbrodniarzy], Rzeczpospolita, 17-05-2008

Référence de traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]