Massacre de Mahmoudiyah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le massacre de Mahmoudiyah est un crime de guerre perpétré pendant la guerre d'Irak dans le village de Yusufiyah, le 12 mars 2006. Des militaires américains violèrent et tuèrent une jeune fille de 14 ans ; l'un deux, Steven Dale Green, assassina également toute sa famille. Cinq soldats du 502e Régiment d'infanterie furent reconnus coupables : Paul E. Cortez, James P. Barker, Jesse V. Spielman, Brian L. Howard et Steven D. Green (ce dernier fut renvoyé de l'armée après la découverte du crime).

Abeer Qasim Hamza (14 ans) fut violée et tuée après l'assassinat de sa mère, Fakhriyah Taha Muhsin (34 ans), de son père, Qasim Hamza Raheem (45 ans) et de sa petite sœur de 6 ans, Hadeel Qasim Hamza. Spielman et Green furent reconnus coupables et les trois autres plaidèrent coupables.

Avant le drame[modifier | modifier le code]

Abeer Qassim Hamza al-Janabi (28 février 1992 - 12 mars 2006), âgée alors de 14 ans, vivait avec ses parents (Fakhriya Taha Muhasen, 34 ans, et Qassim Hamza Raheem, 45 ans), sa sœur Hadeel Qassim Hamza (6 ans), et ses frères Mohammed (11 ans), Ahmed (9 ans). Leur maison se situait à environ 200 mètres d’un checkpoint (point de contrôle) gardé par un groupe de six soldats américains au sud-ouest du village de Yusufiyad, dans la commune d'Al-Mahmoudiyah (une région surnommée le "Triangle de la mort" par la coalition).

Selon les voisins, Abeer passait le plus clair de son temps à la maison, car ses parents ne voulaient pas l’envoyer à l’école pour des raisons de sécurité. Depuis leur checkpoint, les soldats l'observaient souvent faire son travail quotidien et entretenir le jardin. Les voisins en avaient averti le père, mais celui-ci disait que ce n’était pas grave car elle n’était qu’une petite fille.

Mohammed, le frère d’Abeer (qui était à l’école avec son petit frère le jour du crime), se souvient que les soldats observaient souvent la maison. Un jour, Green avait même pointé son doigt sur la joue de la jeune fille, un geste qui l’avait terrifiée.

Peu avant le drame, la mère d’Abeer avait dit à ses proches que, chaque fois qu’elle surprenait les soldats regarder Abeer, ils lui disaient en montrant sa fille : "Très bien, très bien." Cela la rendait évidemment soucieuse et elle envisageait d’envoyer Abeer chez son oncle (Ahmad Qassim) pour la nuit. Selon une déposition prise par le FBI, Green avait parlé de violer l'adolescente quelques jours auparavant.

Participants au massacre[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • La Presse (Montréal), 04 septembre 2009, Donna Groves, Viol et meurtres en Irak: la perpétuité pour Steven Green.
  • RFI Un ex-marine reconnu coupable de viol et de meurtre, 8 mai 2009.
  • {en}New York Times,Jim Dwyer, Robert F. Worth, 14 juillet 2006, Accused G.I. Was Troubled Long Before Iraq.