Massacre de Ludlow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

37° 20′ 21″ N 104° 35′ 02″ O / 37.33917, -104.58389

The Masses, Juin 1914, numéro décrivant le massacre de Ludlow.

Le massacre de Ludlow fait référence à une action de représailles de la Colorado National Guard durant laquelle 26 grévistes trouvèrent la mort, à Ludlow dans le Colorado le 20 avril 1914. Ce massacre fait suite à un long affrontement entre les grévistes, au nombre de 1 200, et les soldats de la garde nationale et les hommes de l'agence Baldwin-Felt Detective au service de la Colorado Fuel & Iron Company. Le campement des mineurs et de leurs familles est attaqué à la mitrailleuse par deux compagnies de la garde nationale, les grévistes répondent à coup de fusil. Les affrontements durent toute la journée, à la tombée de la nuit les gardes nationaux mettent le feu au camp, treize mineurs sont tués. Le lendemain on découvre dans les restes du camp, les cadavres calcinés de onze enfants et deux femmes dans une fosse, les mineurs avaient creusés des fosses sous leur tentes pour échapper aux tirs[1].

En guise de réponse, les mineurs s'armèrent et attaquèrent des dizaines de mines, détruisant les biens et multipliant les échauffourées avec la Colorado National Guard. L'historien Howard Zinn dit de cette grève qu'elle fut "l'un des plus dur et des plus viloent conflits entre les travailleurs et le capital industriel de l'histoire des États-Unis."[2]

Contexte[modifier | modifier le code]

Ce fut l'événement le plus sanglant de la longue grève du charbon du Colorado en 1913-1914, qui s'étendit sur quatorze mois. La grève fut organisée par le syndicat de l'United Mine Workers of America (UMW ou UMWA), qui engagea la lutte contre les trois principales compagnies minières du Colorado que sont la Colorado Fuel & Iron Company (CF&I) détenue par la famille Rockefeller, la Rocky Mountain Fuel Company (RMF) et la Victor-American Fuel Company (VAF). La grève commence en septembre 1913, onze mille mineurs pour la plupart immigrés travaillaient dans la région[2]. Les conditions de travail sont dangereuses, les salaires bas, les mineurs sont entièrement dépendant des compagnies minières qui les emploient. Ils vivent dans des logements qui appartiennent à la compagnie, les magasins d’alimentation sont également possédés par les compagnies, elle fixe le prix des produits de première nécessitè. Quand la grève commence les mineurs grévistes sont expulsés de leurs logements, ils établissent des campements aux alentours. Ces campements sont régulièrement attaqués par les "détectives" de Baldwin-Felt, ceux-ci effectuaient des raids meurtriers avec un véhicule blindé : la Death Special[3]. Mother Jones qui organisait l'United Mine Workers à ce moment se rendit sur place et fit des discours avant d'être arrêtée et expulsée de l'état[2]. Le 28 octobre 1913, le gouverneur du Colorado Elias M. Ammons (en) fait venir la garde nationale, celle ci tente de faire cesser la grève notamment en faisant venir des briseurs de grèves. Une partie des membres de la garde nationale fût recrutée parmi des hommes de main des Rockfeller, qui payaient les salaires[1].

Ludlow, située à 19 km au nord-ouest de Trinidad, est aujourd'hui une ville fantôme. Le site où eut lieu le massacre appartient à la UMWA, qui érigea en mémoire des grévistes tués lors de ce massacre et de leur famille un monument de granite.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis, Agone, 2002, p. 404. (ISBN 2-910846-79-2)
  2. a, b et c Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis, Agone, 2002, p. 403. (ISBN 2-910846-79-2)
  3. Photo du véhicule et lettre de menaces sur le site du Coal field war project

Bibliographie[modifier | modifier le code]

The Ludlow Massacre, Walter H. Fink, 1914

Liens externes[modifier | modifier le code]

Galerie photo sur le Coal field war project..

Sur les autres projets Wikimedia :