Massacre de Khodjaly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

39° 54′ 40″ N 46° 47′ 21″ E / 39.9111, 46.78917 Le massacre de Khodjaly a eu lieu dans la ville de Khodjaly (aujourd'hui Ivanian) entre le 23 et le 26 février 1992 pendant la guerre du Haut-Karabagh.

Le massacre[modifier | modifier le code]

Human Rights Watch a déclaré que :

« Une grande partie de la population, accompagnée d’une bonne douzaine de combattants pour le repli, ont fui la ville à l’arrivée des troupes arméniennes. Lorsqu’ils se sont rapprochés de la frontière de l’Azerbaïdjan, ils ont dû passer devant un poste de contrôle arménien où ils ont tous été tués avec cruauté... Les soldats arméniens ont assassiné des civils sans arme et des soldats hors de combat sans défense et ils ont même parfois brûlé des maisons[1]. »

Bloc-feuillet postal azerbaïdjanais, 2007.

Selon les autorités azerbaïdjanaises, le massacre a été commis par les forces armées arméniennes, lesquelles auraient été aidées par le régiment no 366 de l'armée russe[2]. Le nombre officiel de victimes fourni par les autorités azerbaïdjanaises s'élève à 613 personnes civiles, dont 106 femmes et 83 enfants[3].

Du côté arménien, on rapporte que le massacre fut une conséquence des opérations militaires de guerre, en partie dû au fait que les forces azerbaïdjanaises empêchèrent l'évacuation des habitants de la ville ou se mêlèrent aux réfugiés[4],[5]. Les Arméniens déclarent également que la plupart de ceux qui purent s'enfuir grâce au couloir humanitaire furent tués par les Azerbaïdjanais lorsqu'ils passèrent par Agdam, et cela a priori pour des raisons politiques[6]. Des sources azerbaïdjanaises sont citées en appui (ainsi que des accusations de falsification photographiques), comme cette déclaration d'Ayaz Mutalibov, président azerbaïdjanais au moment de cet événement, au journal russe Novoie Vremia (6 mars 2001) : « Il est clair que l'exécution de civils à Khodjaly fut organisée afin de légitimer un renversement en Azerbaïdjan »[7]

Cette version est également confirmée par différents journalistes azerbaïdjanais. Ainsi, Eynulla Fatullayev, fondateur de Realny Azerbaïdjan et de Gundalik Azerbaïdjan, a publié un article dans lequel il affirmait que les forces armées azerbaïdjanaises partageaient avec l’armée arménienne la responsabilité de la mort des centaines de victimes civiles tuées lors de l’attaque de Khodjaly. Cet article a valu la condamnation du journaliste Eynulla Fatullayev à deux ans et demi de prison pour diffamation et insultes envers les Azerbaïdjanais[8].

Le directeur exécutif de Human Rights Watch a également déclaré : « De nombreux habitants de Khodjaly ont été alertés de l'imminence d'une opération militaire, les forces arméniennes ayant fait parvenir un ultimatum à Alif Gajiyev, alors chef de la milice de Khodjaly, qui avertit à leur tour les civils [...] les membres de la milice en retraite ont fui Khodjaly en se mêlant à de grands groupes de civils [...] ayant gardé armes et uniformes, les miliciens azerbaïdjanais peuvent être considérés comme des combattants, et ont ainsi mis en danger les civils. Nous considérons toutefois les forces arméniennes du Karabakh comme responsables directes des victimes civiles car ni notre rapport, ni celui de Memorial ne comportent de preuves soutenant l'argument que les forces azerbaïdjanaises empêchèrent la fuite de civils azerbaïdjanais ou tirèrent sur eux [...] Ainsi une partie qui disperse ces combattants parmi les civils en fuite met ces civils en danger et viole ainsi son obligation de protéger ses propres civils... Toutefois, la partie attaquante, c'est-à-dire les forces arméniennes du Karabagh, est tenue de prendre les mesures de précaution nécessaires en vue d'éviter ou de limiter le nombre de victimes civiles. En particulier, cette partie doit suspendre son offensive s'il devient apparent que l'attaque peut causer un nombre de victimes excessif par rapport à l'avantage militaire anticipé[9]. »

Réaction internationale[modifier | modifier le code]

Le massacre de Khodjaly a été décrit par Human Rights Watch comme étant « le plus grand massacre dans le conflit » du Haut-Karabagh. En ce qui concerne le nombre de civils tués au cours du massacre, Human Rights Watch affirme « qu'il n'y a pas de chiffres exacts sur le nombre de victimes parmi les civils azerbaïdjanais étant donné que les forces arméniennes du Karabagh prirent le contrôle de la région après le massacre »[2]. Un rapport réalisé par Human Rights Watch en 1993 fit état d'au moins 161 morts[1], bien que des rapports effectués plus tard déclarèrent au moins 200 victimes. D'après Human Rights Watch, alors qu'il est largement admis que 200 Azéris ont été tués, il se pourrait qu'entre 500 et 1 000 y aient trouvé la mort[2].

Qualification[modifier | modifier le code]

Ce massacre est aussi appelé par le gouvernement azerbaïdjanais « génocide de Khodjaly », comme en témoigne par exemple la déclaration écrite no 324 soumise par des membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Cette déclaration, qui a recueilli 30 signatures (dont 20 représentant les délégués azerbaïdjanais et turcs) sur les 618 délégués du Conseil de l'Europe affirme que « les Arméniens ont massacré l'entière population de Khodjaly et ont totalement détruit la ville » et appelle l'Assemblée du Conseil de l'Europe à reconnaître le massacre de Khodjaly comme faisant partie du « génocide perpétré par les Arméniens contre la population azérie »[10].

L'utilisation du terme de génocide pour qualifier les événements de Khodjaly n'a pas été retenue par les Nations unies, dont le Conseil de sécurité a adopté en 1993 la résolution 874 ou il est fait allusion à des violations du droit humanitaire international avec mise en garde « à toutes les parties », sans aucune autre précision[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Human Rights Watch World Report 1993 - The Former Soviet Union », sur Human Rights Watch (consulté le 11 mars 2009).
  2. a, b et c (en) Human Rights Watch/Helsinki, « Azerbaijan: seven years of conflict in Nagorno-Karabakh »,‎ décembre 1994 (consulté le 11 mars 2009).
  3. (en) « Letter dated 23 April 2002 from the Chargé d'affaires a.i. of the Permanent Mission of Azerbaijan to the United Nations Office at Geneva addressed to the Chairperson of the Commission on Human Rights », sur UN Commission on Human Rights,‎ 23 avril 2002 (consulté le 11 mars 2009)
  4. (en) « Massacre by Armenians Being Reported », sur The New York Times,‎ 3 mars 1992 (consulté le 11 mars 2009).
  5. (en) Jill Smolowe et Yuri Zarakhovich, « Tragedy Massacre in Khojaly », sur Time Magazine,‎ 16 mars 1992 (consulté le 11 mars 2009).
  6. (en) « Letter dated 3 March 1997 from the Charge' d'affaires a.i. of the Permanent Mission of Armenia to the United Nations addressed to the Secretary-General », sur ONU,‎ 3 mars 1997 (consulté le 11 mars 2009).
  7. (en) « The Khojalu events: A story of falsification of tragic events », sur Fédération euro-arménienne pour la justice et la démocratie (consulté le 15 février 2011).
  8. « Un journaliste déjà condamné pour diffamation à deux ans et demi de prison, accusé de terrorisme », sur Reporters sans frontières,‎ 5 juillet 2007 (consulté le 11 mars 2009).
  9. (en) « Response to Armenian Government Letter on the town of Khojaly, Nagorno-Karabakh », sur Human Rights Watch,‎ 23 mars 1997 (consulté le 11 mars 2009).
  10. « Reconnaissance du génocide commis par les Arméniens contre la population azerbaïdjanaise, déclaration écrite no 324, doc. 9066, 2e édition, 14 mai 2001 », sur Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe,‎ 14 mai 2001 (consulté le 11 mars 2009).
  11. Conseil de sécurité des Nations unies, « Résolution 874 (1993) », sur ONU,‎ 14 octobre 1993 (consulté le 11 mars 2009).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Svante E. Cornell, Small Nations and Great Powers: A Study of Ethnopolitical Conflict in the Caucasus, S. 94-96, S. 294, 2001 (ISBN 0700711627).
  • (en) Michael P. Croissant, The Armenia-Azerbaijan Conflict: Causes and Implications, S. 78-80, 1998 (ISBN 0275962415).
  • (en) Abbas Malek / Anandam P Kavoori (dir.), The Global Dynamics of News: Studies in International News Coverage and News Agenda, S. 184-187, 1999 (ISBN 1567504620)
  • (en) Thomas De Waal, Black Garden: Armenia and Azerbaijan through Peace and War, NYU Press, 2004 (ISBN 0814719457), ch. 11 « August 1991 – May 1992: War Breaks Out ».
  • (de) Johannes Rau, Der Nagorny-Karabach-Konflikt (1988-2002), Verlag Dr. Köster, Berlin, 2003 (ISBN 3-89574-510-3).

Liens externes[modifier | modifier le code]